jeudi 7 janvier 2016

Chronique : The Book of Ivy

The Book of Ivy d'Amy Engel

Lumen, 2015, 342 p., 15€


Résumé :

Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.
J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.
Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…
Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.
Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes.


Mon avis :

Inutile de le cacher plus longtemps, j'ai littéralement dévoré ce livre. 4H non-stop de lecture, pauses pipi incluses. Pour dire.
Pourtant, on partait pas forcément super copains tous les deux. Je l'ai emprunté à la médiathèque parce qu'à force de le voir partout, j'étais TRÈS curieuse. Mais au fond de moi, je me disais : "encore une dystopie, encore une adolescente héroïne, pffff...". Parce que je ne sais pas si c'est moi, mais je trouve que très souvent, les ados dans ce genre de bouquins sont tout sauf crédibles. Ils font littéralement ce qu'ils veulent, quand ils veulent, et ils ont une maturité qui est loin d'être celle de vraies personnes de 16-17 ans (n'en déplaise aux jeunes gens qui passeraient par là). En fait, j'ai souvent l'impression que les auteurs caressent leur cible potentielle dans le sens du poil en leur montrant des héros "libres" auxquels s'identifier, mais qui en fait pourraient tout à fait avoir 25 piges. Bref, ça a tendance à m'agacer sérieusement. Surtout qu'en général, paye tes modèles parentaux, complètement dans le déni ou je-m'en-foutistes à souhait.
Bref, ce n'est pas cette caricature que l'on retrouve ici. Et ça, c'est bien. Effectivement, Ivy est mûre pour son âge, mais quand on vit dans un monde où on doit se marier à 16 piges sans avoir le choix du futur élu, et qu'on est élevée dans une famille qui déteste la classe dirigeante (et qui plus est, formatée pour tuer son promis), ça se comprend.
En parallèle de ça, l'évolution d'Ivy est parfaite. Elle va douter (et on va douter avec elle), elle va se rendre compte qu'elle n'est pas obligée de partager les idées et idéaux de sa famille, qu'elle peut prendre du recul, que même les parents font des erreurs et ont des secrets. En fait, ce qui est sous-jacent est tout à fait transposable dans notre société : elle apprend à devenir adulte, à faire ses propres choix, quitte à faire tomber son père de son piédestal, mais sans remettre en cause l'amour qu'elle lui porte, ni le respect qu'elle peut avoir pour lui.
Les doutes qu'elle peut être amenée à avoir concernant sa mission, son mari, sa famille et sa belle-famille, la société dans laquelle elle vit, son idée de la liberté sont très bien décrits. On doute, on s'interroge avec elle, on change d'avis sur certains personnages, avant de re-changer d'avis, et rebelote.
Elle va aussi apprendre, et j'ai trouvé ça raconté de façon plutôt intelligente, que la liberté que l'on souhaite pour soi n'est pas forcément celle qui conviendra à d'autres, que certaines personnes se satisfont de leur sort et n'ont pas besoin de plus, et surtout, qu'on n'a pas à penser à leur place. En gros, l’ingérence, même avec les meilleures intentions du monde, ce n'est pas forcément une sinécure.
Et enfin, même si l'évolution de sa relation avec Bishop est repérable dès le départ, la façon dont son opinion à son sujet se nuance et la naissance des sentiments amoureux est incroyablement bien décrite. J'ai littéralement vibré avec elle.
Bref, j'ai très hâte de lire la suite !


Les + :

  • Les personnages sont bien construits, on découvre peu à peu leurs motivations, leur caractère. Rien n'est joué d'avance et notre point de vue évolue en fonction des éléments rapportés
  • Image de l'adolescence crédible et transposable malgré l'univers dystopique
  • Relation Bishop / Ivy très bien décrite, on se prend au jeu
  • Vraies réflexions sur la famille, les valeurs et la conception de la liberté qui est propre à chacun

Les - :

  • On est tellement embarqué dans le livre qu'on en oublie un peu de savourer la lecture

    http://www.livraddict.com/forum/viewtopic.php?id=22158
     6/40

8 commentaires:

  1. Une dysptopie que j'aimerai vraiment découvrir cette année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ma chronique est claire, mais au risque d'en rajouter une couche : FONCE !!!

      Supprimer
  2. Cela avait été une très bonne lecture. J'ai moins aimé que toi mais j'en garde un bon souvenir !

    RépondreSupprimer
  3. J'espère que le second tome te plaira autant :) Pour ma part, j'ai beaucoup aimé cette duologie :)
    Bonne prochaine lecture :)

    RépondreSupprimer
  4. Ce n'est pas forcément mon style de lecture mais ta chronique est encourageante !

    RépondreSupprimer
  5. Cette saga me tente vraiment beaucoup surtout que j'ai vu beaucoup d'avis positifs :)

    RépondreSupprimer
  6. J'ai les deux tomes dans ma PAL, mais je dois dire que ça me tente moyen! J'ai peur de tomber sur une intrigue facile (un peu comme pour la saga de la Sélection), mais bon, je les lirais quand même! En espérant les adorer comme toi :)

    RépondreSupprimer
  7. J'ai adoréééé ce livre, sinon mon pseudo ne viendrait pas de cette saga :)

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)