vendredi 26 février 2016

La série du mois : A la croisée des mondes

On est presque à la fin du mois, et je me rends compte que je n'ai toujours pas présenté ma série du mois (on est d'accord que cette rubrique est surtout une excuse pour ne faire qu'un article au lieu de un par tome, hein, j'espère que vous en êtes conscients).
Du coup, je regardais ma bibliothèque, j'ai failli parler d'un truc à la mode que tout le monde adore mais moi pas trop, mais comme j'avais déjà un peu tapé sur une célèbre saga le mois dernier, j'ai décidé de vous présenter plutôt une trilogie qui a marqué mon adolescence (lue en fin de collège). Comme c'est elle qui m'a amenée à la fantasy (même s'il paraît que l'auteur a dit que ce n'est pas de la fantasy, je pense qu'il voulait surtout faire son intéressant), que j'ai lâché des larmichettes à la fin du troisième tome, j'ai pensé que ça pouvait être intéressant d'en causer (et grandement porteur de nostalgie pour ma pomme). J'arrête là le non-suspense (rapport que le titre est dans le titre), on parle aujourd'hui de :

A la Croisée des Mondes de Philip Pullman

  1. Les Royaumes du Nord, 1995, 533 p.

  2. La tour des Anges, 1997, 446 p.

  3. Le miroir d'Ambre, 2000, 794 p.

Le tout chez Folio, pour l'édition la plus récente (les miens (qui ont bien vécu) sont les grands formats de chez Gallimard jeunesse).

Existe aussi en intégrale (Gallimard Jeunesse, 2007, 1024 p., 26€)

 

L'histoire :

La jeune Lyra vit dans un monde parallèle au nôtre. Élevée dans un prestigieux collège d'Oxford, elle semble investie d'une mystérieuse mission. Un voyage périlleux vers les terres glacées du nord la conduira aux frontières d'un autre monde, où elle retrouvera Will, qui recherche son père disparu. Réunis dans une quête exaltante, les deux enfants vont affronter des épreuves terrifiantes et des contrées hostiles, peuplées de dæmons, d'ours en armure et de sorcières passionnées.

(le résumé officiel est un peu rapide, mais il a le mérite de ne rien spoiler)

Plus longuement, en commençant avec le tome 1 : On rencontre Lyra, une jeune orpheline élevée dans un monde d'hommes érudits : Jordan College. A priori, le cadre ne colle pas trop avec celui qu'on imagine pour donner une éducation à une petite fille, surtout quand on voit comme elle est casse-cou, rusée et un poil menteuse. Mais elle, elle est ravie comme ça, se contentant de vivre sa petite vie entre deux rares leçons quand les professeurs se rappellent sa présence et deux visites de son oncle, Lord Asriel (qui sont encore plus rares, vu que le gars, c'est un explorateur auréolé d'une tonne de classe aux yeux de Lyra).
Jusqu'au jour où, cachée dans un endroit où elle ne devrait pas être, elle surprend une réunion entre ledit oncle et les érudits de Jordan College où celui-ci leur présente d'étranges phénomènes (la Poussière, on en reparlera, et une ville que l'on distingue sur certains clichés) afin de réclamer des subventions pour monter une expédition vers le Nord.
Dans le même temps, le meilleur ami de Lyra disparaît mystérieusement, et une rumeur commence à enfler au sujet de mystérieux Enfourneurs qui kidnapperaient les enfants. À partir de là, Lyra va vivre toute une série de péripéties, rencontrer beaucoup de personnages étonnants (Iorek keurkeur) et finir par découvrir le système de multivers créé par l'auteur.
Tome 2, on suit tout d'abord Will, jeune garçon vivant dans notre monde, obligé de grandir beaucoup trop vite pour prendre soin de sa mère qui s'avère être psychotique (on soupçonne de la schyzophrénie, mais on peut aussi se dire qu'elle n'est peut-être pas aussi folle qu'il n'y paraît). Obligé de se cacher, il découvre une faille entre notre monde et un autre. C'est par ce biais qu'il finira par rencontrer Lyra, qu'ils vivront un nouveau paquet d'aventures dans ce tome et dans le suivant.

Mon avis :

(comme d'habitude, il y aura des spoilers à surligner si vous avez déjà lu la série, afin de ne pas gâcher le plaisir de ceux qui la découvriraient)
Je vais commencer par une chose très importante. Ne regardez pas le film. N'essayez pas. Même pour rire. Et si c'est déjà trop tard, essayez de l'oublier. C'est dur, je sais, mais avoir l'a priori de l'adaptation si on n'a pas lu les bouquins, c'est se priver d'un petit bijou.
Si la lecture est classée en jeunesse, ce n'est pas pour rien, elle est tout à fait accessible à de jeunes lecteurs (à partir de 12 ans au moins, tout de même, parce que ce sont des pavés et que certaines choses peuvent être un peu complexes). Par contre, Philip Pullman est bien loin de prendre ses lecteurs pour des idiots, même s'ils sont jeunes. Son système de multivers est complexe, réfléchi et il y a beaucoup beaucoup beaucoup de détails qui comptent. On trouve d'ailleurs également quelques notions scientifiques, renommées, qui sont utilisées pour comprendre le fonctionnement de la Poussière notamment. Et causer physique cantique à d'aussi jeunes personnes, ce n'est pas évident.
À partir de là, on se dit qu'un adulte qui apprécierait ce genre de lecture pourra passer un agréable moment. C'est un grand OUI. Mais pas seulement, parce que dans À la Croisée des Mondes, il y a différents niveaux de lecture, et aussi beaucoup de concepts abordés en filigrane, ainsi qu'une paquasse de références, littéraires notamment. En le relisant une fois adulte, je me suis rendue compte que j'étais passée à côté de beaucoup de choses.
On va commencer par le plus important, et le plus évident : la religion et sa critique (j'ai appris que des associations / organisations chrétiennes l'avait beaucoup critiqué, mais après il y a eu Spotlight, et ils ont eu d'autres chats à fouetter). C'est dit explicitement à plusieurs reprises : Lyra est une nouvelle Eve, il faut donc, selon les convictions des personnages, la pousser à la tentation (qui apporterait connaissance et libre-arbitre) ou l'en empêcher (pour éviter de perdre l'état de grâce et d'innocence). SPOIL : On peut aussi noter que Lord Asriel veut entrer en guerre contre l'Autorité (=Dieu) aka le premier ange créé par une agglomération de Poussière. C'est donc clairement un usurpateur, puisqu'il n'a lui-même rien créé du tout, et est issu de la Poussière pourtant dépeinte comme à l'origine du péché /SPOIL
Je ne vais pas développer beaucoup plus, mais il y a pas mal de réflexions très intéressantes autour du sujet dans les livres, et énormément d'analyses de ce pan de l'oeuvre qui ont été faites (et par des gens bien plus capables que moi pour le coup).
À travers les concept de Poussière et de dæmons, on retrouve aussi beaucoup d'allusions à la sexualité (toucher le dæmon d'une autre personne est tabou, celui-ci trouve sa forme définitive au moment de la puberté, moment où la Poussière se fixe sur les personnes, le terme intercision qui ressemble au terme excision, etc.). Évidemment, il n'y pas de sexe à proprement parler dans les livres vu qu'il s'agit d'ouvrages jeunesse, et tout est abordé de façon très subtile.
Découlant de cela, une importance toute particulière est accordée au passage à l'âge adulte (visuellement par la forme définitive du dæmon, mais aussi de façon plus symbolique). En devenant adulte, on perd une partie de son innocence (le fameux état de grâce dont on a parlé plus tôt concernant la religion) mais on acquiert la connaissance. Cela s'illustre parfaitement dans l'évolution de Lyra SPOIL : qui lit l'aléthiomètre instinctivement, puis, une fois sa mission achevée, n'en est plus capable et devra réapprendre /SPOIL.
Les personnages féminins qui ont une réelle utilité. Je n'irai pas jusqu'à parler de féminisme, mais quand même. Mme Coulter ? Véritable femme fatale, elle est certes assoiffée de pouvoir, mais réussit à tenir un rôle primordial au sein du Magisterium où elle ne devrait normalement pas avoir sa place à cause justement de sa condition de femme SPOIL : De plus, elle refuse d'être réduite au statut de mère (bon, après, c'est une méchante, mais quand même, c'est assez rare en littérature surtout jeunesse, pour être souligné) / SPOIL. Mary Mallone ? C'est une femme scientifique. Son métier a plus d'importance que le fait que ce soit une femme. J'applaudis. Lyra ? Elle est pleine de défauts, certes, mais elle n'aime pas les robes et les chichis, rêve d'aventures et est bien loin de ce que l'on voit souvent concernant les petites filles dans les romans. Rita Skaadi ? Reine d'une société complètement matriarcale. Les femmes ont le pouvoir (dans tous les sens du terme) dans la société à laquelle elle appartient. Chef de guerre. Badass.
Je pourrai continuer longtemps (au sujet de la mort, notamment), mais l'article est déjà bien bien long, donc je vais m'arrêter très brièvement sur les références. Le titre anglophone, déjà : His Dark Materials tiré du poème de John Milton Le Paradis Perdu (les titres des tomes en anglais sont d'ailleurs eux aussi des références). Les noms de certains personnages / lieux / objets.
Bref, cette série est d'une richesse et d'une densité assez rare pour de la jeunesse, et franchement, il faut la lire, la faire lire et en parler.
Je ne mettrais qu'un petit bémol : il y a parfois certaines longueurs, notamment au début du tome 2.

Si vous l'avez lu, si vous avez lu les romans hors-série, je veux bien votre avis (je ne les ai pas lus, j'ai un peu peur de perdre l'amour que j'éprouve pour la série sinon).

13 commentaires:

  1. J'aime beaucoup tes chroniques ! Je n'ai aps lu cette saga, mais ce qui tu en dis est vraiment intéressant. De toute manière, j'ai vu le film plus jeune et, même s'il parait qu'il est mauvais comparé aux romans, je l'avais beaucoup aimé. Du coup je n'ai jamais été découragée pour entamer la saga livresque, ce que je compte bien faire un jour ^^ !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :)
      Tant mieux alors ! Par contre, attends-toi à ce que ça n'ait vraiment pas grand-chose à voir. Mais ce sera en mieux, donc.

      Supprimer
  2. J'ai commencé la saga il y a 10 ans et j'ai laissé tombé. Par manque de temps. Mais je pense m'y remettre.

    RépondreSupprimer
  3. Coucou! Je t'ai tagué pour le Liebster Tag :)
    Voici le lien : http://justetroismots.blogspot.com/2016/02/tag-liebster-1.html

    Bises!

    RépondreSupprimer
  4. ça fait super longtemps que je l'ai lu, ça me tombe sacrement envie de la redécouvrir, j'en garde presque aucun souvenir, c'est bête ! (sauf que c'était bien ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as le temps à l'occasion, fonce, vraiment. J'avais assez halluciné d'être passée à côte de tant de trucs lors de ma première lecture.

      Supprimer
    2. Mais ça me fait tellement le même effet. En plus je me souviens à quel point j'avais adoré cette trilogie, en particulier le dernier tome qui a probablement beaucoup influencé la façon dont j'ai pu concevoir la mort en étant plus jeune.

      Bizarrement, j'avais bien vu tous le côté religieux, enfin peut-être pas tout mais une bonne partie.
      Par contre, le côté sexualité, je viens de faire une découverte avec ton article, ça me perturbe beaucoup là xD

      Supprimer
    3. A 13-14 ans, je ne l'avais pas vu non plus ^^ Mais en le relisant, le côté daemon est assez explicitement relié à la sexualité en fait (le parallèle avec l'excision dans les labos du Nord, notamment, le fait que les toucher soit tabou, etc.).
      Franchement, rien que pour ces différents niveaux de lecture, ça vaut le coup de le relire une fois qu'on a un peu plus de maturité.

      Supprimer
  5. Hello =)
    J'avais lu la trilogie quand j'étais au collège et bien que je ne me souvienne plus du tout des deux derniers tomes, je me rappelle avoir adoré l'univers et les personnages =)

    RépondreSupprimer
  6. Chronique intéressante qui pourrait presque me pousser à les lire ^^ mais ce n'est pas mon genre j'ai bien peur de ne pas aimer !

    RépondreSupprimer
  7. Une merveilleuse trilogie que j'avais dorée.Tu me redonnes envie de les lire grâce à ta chronique!

    RépondreSupprimer
  8. J'ai lu aussi le roman dans mon adolescence qui était déjà bien entamée puisqu'au Lycée ^^ Mais j'ai eu aussi les pettites larmes à la fin du tome 3, une volonté absolue de changer cette fin trop triiiste et un amour inconditionnel pour cette série. Je trouve que ton article lui hommage d'une très belle façon. Merci :)

    RépondreSupprimer
  9. J'ai lu cette série en entière et j'avais apprécié mais quelques choses dans l'écriture m'avait dérangé! Va savoir pour quoi. J'ai trouvé cela dense!

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)