vendredi 11 mars 2016

Chronique : Petits suicides entre amis

Petits suicides entre amis d'Arto Paasilinna

Folio, rééd. 2014 (1ère ed. 2003), 292 p., 8,20€

Contemporain, Aventure


Résumé :

"SONGEZ-VOUS AU SUICIDE ?
Pas de panique, vous n'êtes pas seul.
Nous sommes plusieurs à partager les mêmes idées, et même un début d'expérience. Ecrivez-nous en exposant brièvement votre situation, peut-être pourrons-nous vous aider. Joignez vos nom et adresse, nous vous contacterons. Toutes les informations recueillies seront considérées comme strictement confidentielles et ne seront communiquées à aucun tiers. Pas sérieux s'abstenir. Veuillez adresser vos réponses Poste restante, Bureau central de Helsinki, nom de code "Essayons ensemble"."

Deux suicidaires se retrouvent fortuitement dans une vieille grange où ils souhaitaient partir tranquilles. Entravés dans leurs funestes projets, ils se mettent en tête de rassembler d'autres désespérés pour monter une association. Commence alors, à bord d'un car de tourisme flambant neuf, un périple loufoque mené à un train d'enfer, des falaises de l'océan Arctique jusqu'au cap Saint-Vincent au Portugal pour un saut de l'ange final. Un récit désopilant doublé d'une réflexion mordante sur le suicide.

Mon avis :

J'ai toujours bien aimé cet auteur. Et ce malgré les noms imprononçables pour moi de ses personnages (que je renomme mentalement Robert ou Georgette, ou d'après la première lettre de leur prénom. Je ne sais pas si je suis la seule, mais je n'arrive pas à lire si je ne comprends pas la prononciation d'un nom). Je trouve qu'il aborde très souvent des thèmes intéressants, et j'aime sa façon à mi-chemin entre le loufoque et le tragique de les décrire.
Bref, le titre, le résumé, l'auteur, j'avais très envie de lire ce livre.
Mon avis est néanmoins en demi-teinte, et je m'en vais vous expliquer pourquoi.
Quand un entrepreneur se retrouve pour la quatrième fois à devoir mettre la clé sous la porte, il songe au suicide. Et quand un ancien militaire déprimé par ces temps de paix et la perte de sa femme décide de faire de même, quelles sont les chances qu'ils se retrouvent le même jour au même endroit pour accomplir leur funeste projets ? C'est sur cette improbabilité qu'est bâti tout le roman.
On y retrouve la touche d'humour noir, cynique, absurde de l'auteur et malgré (ou grâce ?) au thème principal qu'est le suicide, on se régale à suivre les différents protagonistes dans leur quête de la fin parfaite.
Le roman est classé sur plusieurs sites comme un roman d'aventures, je dirais plutôt qu'il s'agit d'un voyage initiatique qui va permettre de s'interroger sur l'amitié, la vie, la mort bien sûr, mais sans lourdeur.
Si le ton et la façon dont les thèmes sont abordés m'ont vraiment beaucoup plu, j'ai connu quelques déceptions.
La première, c'est à cause du résumé. Je le sais pourtant, très souvent les quatrième de couv' en dévoilent trop ou pas assez. Là, ça m'a plutôt fait l'effet d'une publicité mensongère. Parce qu'avant qu'on se retrouve à bord de l'autocar de tourisme pour se balader à travers l'Europe, il se passe un temps monstrueux. Et en plus, je m'attendais à davantage de détails concernant ce voyage, mais après les 2-3 premières destinations, on a une espèce d'ellipse qui nous emmène directement au Portugal. Bref, j'ai un peu eu le sentiment d'être trompée sur la marchandise, ce qui est bien dommage (et je n'aurais pas eu cette impression si je n'avais pas lu le résumé).
Mon deuxième problème a été avec les personnages. Il y en a une galerie assez imposante, et hormis les 4 personnages principaux, j'ai eu du mal à m'y repérer (d'autant que je mélangeais les noms, ou que je les confondais).
Conséquence à peu près directe : j'ai eu du mal à m'attacher aux personnages. Ils sont tellement nombreux, et j'ai mis tellement de temps à réussir à les identifier qu'ils ont assez peu réussi à me toucher, même si ça a été le cas de certains d'entre eux.
Enfin, quelques longueurs ont un peu nui à mon plaisir de lecture. Sur un roman aussi court et vendu comme de l'aventure, je m'attendais à ce que l'action démarre plus vite, ou à tout le moins que les périodes "creuses" servent davantage le propos. Je dois avouer que j'ai sauté certains paragraphes.
Évidemment, comme souvent chez Arto Paasilinna, les situations sont rocambolesques et incroyables, parfois peut-être un peu trop, mais nous arrachent très souvent un sourire malgré la lourdeur du sujet traité.
En bref, je ne regrette pas ma lecture, loin de là, mais elle a été en même temps source de quelques déceptions.

Les + :

  • L'humour absurde
  • Le ton abordé pour traiter les sujets
  • L'idée de départ qui m'a vraiment beaucoup plu
  • Les situations abracadabrantes rencontrées par les personnages.

Les - :

  • Des longueurs
  • Trop de personnages auxquels on a du mal à s'attacher
  • Une fin précipitée
  • La quatrième de couverture, bon sang !

10 commentaires:

  1. Je lis jamais la quatrieme de couverture. Plusieur fois ca m'à gache ma lecrture. C'est uniquement le titre qui m'attirai. Du coup comme ce livre me fait de l'oeil depuis quelques jours, ton avis me plaît même si ta lecture a été un peu mitigé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans la quatrième de couverture, j'aurais davantage apprécié, je pense. En tout cas, c'était une lecture sympa, même si je m'attendais à encore plus de loufoque.

      Supprimer
  2. Je ne suis pas du tout intéressée. Je pense que le côté humour noir me dérangerait de trop !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'humour concerne davantage les situations et les personnages que le thème en lui-même, j'ai trouvé au contraire que ça amenait pas mal de légèreté finalement. Mais je conçois qu'on puisse ne pas être tenté.

      Supprimer
  3. Je ne suis pas trop tentée par ce livre : ce genre, avec l'humour absurde... Pas trop mon truc. ^^'

    RépondreSupprimer
  4. Je ne suis pas très intéressée par ce genre de lecture...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il en faut pour tous les goûts, c'est sûr, d'autant que c'est effectivement assez particulier.

      Supprimer
  5. Hou HOU, c'est fou ce que l'on fait entre amis :) Les tentatives d'autolyses sont des sujets sensibles et je comprends que certains soient mis en difficulté sur cette thématique... Merci pour ta chronique courageuse, @ bientôt, Grybouille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a bien des "clubs" d'aide au suicide dans certains pays (mais en général, ça concerne plutôt quelque chose qui se rapprocherait de l'euthanasie, en cas de maladie incurable), alors pourquoi pas :)

      Supprimer
  6. Je l'ai dans ma bibliothèque il me semble et tout le monde me dit de lire quelque chose de cet auteur tant apprécié! Il faudrait que je lise celui-ci. Concernant le résumé trompeur, je suis à 100% d'accord avec toi concernant ton mécontentement puisque personnellement, ça m'arrive assez souvent et concrètement : ça m'énerve. Certains résumés sont racoleurs pour appâter le lecteur qui se retrouve déçu du contenu. Bref, tout ça pour dire qu'il faut que je le lise ! ;)

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)