dimanche 20 mars 2016

Lazy Sunday #10 avec Morwenna

Je ne sais pas vous, mais moi, le dimanche, j'ai souvent un peu la flemme d'écrire une jolie chronique. Ou même une moche. J'ai donc totalement plagié le "Tous à la barre" de Cristy pour faire une chronique du dimanche. Ouais.
La mienne s'appellera Lazy Sunday (j'ai hésité avec "Dimanche de feignasse", mais ça faisait moins cosy et plus loque humaine, donc je me suis rabattue sur la version anglophone du machin). Il s'agira donc de vous présenter rapidement ma lecture en cours (ou celle que je viens de finir), et de vous teaser en vous mettant quelques phrases tirées d'une page au hasard. 



En ce moment, je lis :
Morwenna de Jo Walton
Denoël, coll. Lunes d'encre, 2014, 334 p., 21,50€
Fantasy, Fantastique

Pourquoi ? :
Je l'ai trouvé à la médiathèque par hasard. Et la couverture est très jolie. Et en survolant le résumé (je ne les lis plus vraiment), j'ai vu que ça parlait de fées, et j'aime bien les livres qui parlent de fées, donc bingo. En plus, j'ai failli me battre avec quelqu'un qui attendait que je le repose visiblement et a essayé de me faire une tête toute malheureuse quand ce n'est pas arrivé. Eh, je suis enceinte, ta tête de chat Potté, elle peut pas battre mon gros bide, mec !

De quoi ça parle ? :
De Morwenna, qui a depuis toujours la capacité de voir les fées. Et les fées sont des créatures beaucoup plus étranges et incompréhensibles que ce qu'on est habitué à voir dans les romans. Bref, Morwenna a 15 ans, et elle change de vie pour aller vivre avec son père qu'elle ne connaissait pas jusque là. Elle essaie de se remettre d'un mystérieux accident qui l'a laissée éclopée et a tué sa soeur jumelle, Morganna. Et visiblement, elle essaie de se cacher de sa mère qui aurait de noirs desseins.
Ca se passe entre le pays de Galles et l'Angleterre, et c'est plein de références à la SF et à la fantasy vu que notre héroïne adore lire et s'enfile une douzaine de bouquins par semaine.

Tease me :
"À la maison, je me déplaçais dans une halo d'objets qui savaient, au moins vaguement, à qui ils appartenaient. Le fauteuil de Grampar en voulait au moins autant que lui à quiconque d'autre s'asseyait dedans. Les chemises et les pulls de Gramma s'ajustaient d'eux-mêmes pour cacher son sein absent. Les chaussures de ma mère vibraient pratiquement de conscience. Nos jouets nous cherchaient." p. 60

8 commentaires:

  1. J'ai ce livre dans ma wish list depuis un moment, et l'extrait que tu proposes confirme mon envie de le lire! Il a l'air très bien! Bon dimanche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai fini hier soir, et je m'attendais à autre chose au final, mais c'était quand même une lecture agréable.

      Supprimer
  2. J'ai assez la fantasy! Bonnes lectures et bonne fin de week-end :D

    RépondreSupprimer
  3. Ça n'a pas l'air mal ! En plus, la couverture est sublime ;) Bonne lecture !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais flashé aussi sur la couverture !

      Supprimer
  4. J'adore l'univers des fées, je l'avais emprunter à la médiathèque et je ne l'avais lu en entier, à retenter je pense

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre pourquoi, je m'attendais à une présence plus importante du fantastique et à un peu plus d'action, alors que finalement, c'est vraiment axé sur le quotidien. Mais je ne regrette pas ma lecture pour autant.

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)