mercredi 23 mars 2016

Le classique du mois : Belle du Seigneur

Belle du Seigneur d'Albert Cohen

1968

Grand format chez Gallimard, 853 p, 25€, poche chez Folio, 1110 p., 12,50€


Pourquoi ce classique ? :

Ado, j'étais tombée sous le charme de la plume d'Albert Cohen, incroyablement émouvante. On m'avait vendu ce joli pavé comme LE roman d'amour de la première moitié du XXème siècle, en me disant qu'on y voyait ce que devient la passion après la fin des livres.
Bref, un auteur que j'aime, une histoire d'amour qui sort des sentiers battus de la littérature et un gros pavé, c'était tout ce qui me plaisait.
Je l'ai relu au moins deux fois depuis, et j'aime toujours autant.
Et si la parution vous semble un peu récente pour le faire entrer dans la catégorie "classique", voyez cette dénomination comme un synonyme de culte. Ah, et la rédaction a été commencée dans les années 30, puis interrompue par la deuxième guerre mondiale.

Résumé :

"Du joli, la passion dite amour. Si pas de jalousie, ennui. Si jalousie, enfer bestial. Elle une esclave et lui une brute. Ignobles romanciers, bande de menteurs qui embellissaient la passion, en donnant l'envie aux idiotes et aux idiots." Albert Cohen n'embellit pas la passion mais l'analyse avec une lucidité sans pareille. Des amours entre Ariane et Solal dans la Genève du début du siècle, il n'élude aucun aspect, ni la marche triomphale de la passion, ni les affres de la jalousie, ni la brutalité d'une relation plutôt sadique mais son roman demeure une des histoires d'amour mythiques de la littérature. Brossant au passage un tableau féroce du milieu des fonctionnaires internationaux où il a lui-même fait toute sa carrière, mêlant un foisonnement de récits secondaires à l'intrigue principale et passant avec une maîtrise consommée du lyrisme le plus échevelé au constat le plus froid, Albert Cohen donne avec Belle du Seigneur non seulement son œuvre maîtresse mais un des plus beaux romans du XXe siècle.


Mon avis :

On rencontre ici Ariane et Solal, que l'on va suivre des prémisses de leur relation jusqu'au dénouement du roman. En Suisse, sur fond d'années 30, Solal, jeune homme physiquement sympathique à la brillante carrière (il travaille à la SDN, ancêtre ratée de l'ONU, et c'est un peu la classe) va tomber amoureux de la belle Ariane. Sauf que la dame est mariée et que son époux est un de ses subordonnés.
Amour impossible, tu peux commencer.
On va donc vivre l'attente, la fougue, la passion, l'empressement, les doutes des protagonistes. Et après, plus tard, la routine, la difficulté à pimenter une vie parfois moroses, les stratagèmes, l'ennui.
Derrière tout ça, la montée de l'antisémitisme et les prémisses de la seconde guerre mondiale qui vont venir compliquer la vie de Solal.
C'est lui surtout, qui va se débattre contre cette routine, cherchant des occupations à son oisive compagne, qui semble vraiment incapable de s'occuper seule.
Et c'est elle, surtout, qu'on va avoir de secouer et de claquer. Très superficielle dans la majeure partie du roman, j'ai vraiment eu du mal à l'apprécier. Heureusement, l'écriture pleine de poésie d'Albert Cohen et la vie imaginaire très roche qu'il accorde à son héroïne font un peu passer la pilule.
Derrière tout ça, une question revient : la passion est-elle de l'amour ? Peut-on aimer sans passion ? La passion doit-elle durer toujours ?
(évidemment, adolescente, ces considérations m'avaient beaucoup marquée, et je voulais de la passion et des grands sentiments, et tant pis si on se détruit, blablabla.)
Finalement, on aimerait qu'ils se réveillent, ces deux nigauds. La routine n'est routine que si on la vit comme telle. Vous n'êtes pas obligé de tout faire ensemble. Bougre d'idiote, écris-le, ton roman. Et toi, arrête de vouloir l'occuper en permanence. Faites des gosses, voyagez, ne vivez pas l'un pour l'autre uniquement.
On peut trouver des longueurs dans ce roman, mais pour moi, la poésie de la plume les comble aisément. Évidemment, il ne faut pas le lire si vous n'aimez pas les pavés ou si vous aimez avoir de l'action / des rebondissements à chaque page.
C'est le genre d’œuvre qui met dans un état d'esprit étrange, un peu mélancolique. Mais c'est le genre d’œuvre qu'il faut avoir lue.

Les + :

  • La plume de l'auteur, encore et toujours
  • Les réflexions autour de la passion et de l'amour
  • Les réflexions concernant les mœurs et la société de l'époque
  • Les réflexions concernant les fonctionnaires (qui sont un peu les mêmes qu'actuellement, il y a quelques pépites d'humour au début du roman à ce sujet)
  • Les personnages secondaires, notamment la famille de Solal
  • Le quotidien de la construction du couple, extrêmement bien décrit

Les - :

  • Quelques longueurs
  • Pas de rebondissements à chaque page, loin de là
  • Ceci est un pavé

14 commentaires:

  1. Je ne l'ait parcouru pour l'instant, il faudrait que je me décide à le lire en entier !

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai lu il y a des années, j'avais beaucoup aimé le style de l'auteur et les personnages, même si Ariane est souvent insupportable, elle n'en est pas moins émouvante. Je n'ai pas le courage de le relire : peur d'être déçue, et tant d'autres choses à lire ! Merci de m'avoir rappelé cette lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu le pavé, je te comprends. Je l'ai relu au moins 2 fois pour ma part, mais entre les déménagements successifs et la vie étudiante, c'était toujours des périodes où j'avais peu de livres. Je ne le referai plus pour

      Supprimer
  3. Ca c'est le genre de classique que j'aimerai lire. Mais quand je vois le pavé que c'est!!! Je me dis non. Car je déteste ne pas finir un livre même quand je n'accroche pas alors ces gros pavé j'essaie de les éviter. Celui-ci je vais me risquer à le lire même si il me faut 1 an pour le terminer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut vraiment le coup, quitte à ne pas avoir de scrupules et sauter des passages voire des chapitres (il y a des chapitres du point de vue de la bonne par exemple, sans aucune ponctuation, donc ça peut être un peu illisible, même si je trouve le truc intéressant).

      Supprimer
  4. Merci pour ce billet ! Un classique que je veux découvrir depuis un petit moment. Tu m'as donné envie de l'acheter merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux ! N'hésite pas à me dire si tu en viens à bout !

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup cette idée de lire un classique par mois, celui-ci me tente bien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prévois-toi du temps, et n'hésite pas à faire des pauses :)

      Supprimer
  6. Je n'ai encore jamais lu de livre de cet auteur, mais ce que tu dis sur ce livre me tente énormément, je note :D

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ai jamais lu de livres de cet auteur. La honte. Mais tu me tentes beaucoup avec celui-là ! Le côté pavé m'effrayant un peu, je pense attendre les vacances pour le lire, par contre. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux aussi commencer par un livre plus accessible, comme Le livre de ma mère. Tout aussi émouvant et poétique, le côté pavé en moins, l'autobiographie en plus.

      Supprimer
  8. J'ai adoré et dévoré ce roman (il y a très longtemps), mais je ne sais pas si je pourrais le relire. Même si Ariane est super énervante, j'ai adoré son personnage, la plume de l'auteur et son humour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est certain, c'est qu'Albert Cohen écrit divinement bien, on est d'accord !

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)