jeudi 28 avril 2016

Le Classique du mois : La petite Fadette

La Petite Fadette de George Sand

1849

Le Livre de Poche, coll. Les Classiques de Poche, 288 p., mais aussi en ebook gratuit

Classique









Pourquoi ce classique ? :

Parce que George Sand, aka la baronne Dudevant est un personnage assez fascinant, je trouve, en particulier pour l'époque. Déjà, c'est la première femme à utiliser un pseudonyme masculin, une des premières à décrire le statut des femmes dans ses textes, elle s'habille de façon masculine (ce qui est assez mal vu pour l'époque) et elle a une vie amoureuse particulièrement trépidante (coucou Alfred de Musset !).
Bref, avant de me plonger dans ses œuvres un peu plus politiques, j'ai choisi un roman champêtre qui me semblait peut-être plus facile à lire pour me familiariser avec son style.

Résumé :

Dans le pays, on l'appelait la petite Fadette, car elle avait la taille d'un farfadet et les pouvoirs d'une fée. Comme sa grand-mère, elle guérissait les hommes et les animaux. Landry, l'un des jumeaux de la ferme voisine, tombe amoureux d'elle. Mais l'amour d'une sorcière est mal vu dans cette famille, et il rend malade de jalousie Sylvinet, l'autre "besson."
Après La mare au diable, et François le Champi, c'est le troisième roman champêtre de George Sand. Elle y exprime tout ce que la vie lui a appris. L'apparence des êtres ne compte pas, il faut percer l'écorce. La richesse des filles ne fait pas leur bonheur et l'amour est difficile à construire. Son désir inassouvi est là, aussi, d'un amour qui durerait toujours.
La petite Fadette illustre le grand dessein de George Sand : enseigner le respect de Dieu, de la nature, de la sagesse, de l'amour.


Mon avis :

Le problème de la plupart des classiques, c'est la lourdeur du style par rapport à ce à quoi on est habitué du fait de la littérature contemporaine. Pour peu que le vocabulaire soit un peu daté, la lecture devient fastidieuse assez rapidement quand on n'en a pas l'habitude.
Ici, clairement, l'écriture est datée, le vocabulaire est parfois un peu particulier, mais le contexte du récit le fait assez facilement oublier puisqu'on se retrouve au fin fond du Berry, dans un village vraiment rural. Bref, ça passe limite pour du patois avec de la tournure de phrase un peu alambiquée par moments.
Et surtout, même si l'écriture à vieilli, le thème principal reste cruellement d'actualité.
Il me semble que l'auteure cherche ici à illustrer l'adage : l'habit ne fait pas le moine. Elle va en profiter pour distiller quelques petites réflexions sur la condition des femmes (j'ai quand même du mal à les qualifier de "féministes", même pour l'époque, je vous dirai pourquoi un peu plus tard).
Comme je le disais plus haut, on se retrouve dans un contexte rural comme George Sand les apprécie, encore teinté de croyances et superstitions (feux follets, sorcellerie). Fadette (qui en vrai s'appelle Françoise), fillette chétive et pauvre, petite-fille de la Mère Fadet qui est réputée comme étant sorcière et guérisseuse, va en faire les frais. Il faut dire aussi que la gamine n'est pas franchement du genre à se fondre dans la masse : elle parle beaucoup (alors que c'est une fille !), elle a parfois des attitudes ou des activités "de garçon" (alors que c'est une fille !) et pour se venger de ce désamour général, il faut bien avouer qu'elle joue parfois un peu de cette réputation de sorcière en utilisant des propos sibyllins. Donc, même sans compter son apparence et son ascendance douteuses, inutile de dire que ce n'est pas la favorite du village.
Si sur le papier, ce personnage plutôt atypique est plutôt séduisant, le problème pour moi, c'est qu'il aura fallu qu'elle change du tout au tout non seulement pour se faire accepter (à la limite, c'est plutôt réaliste), mais surtout pour trouver le bonheur. Certes, sa relation amoureuse date d'avant ce changement, mais tout de même. Rentrer dans le moule (c'est-à-dire se marier, avoir un métier honorable si on n'est pas mère au foyer, faire attention à ses robes et à son apparence) est donc la solution proposée pour pouvoir être apprécié du commun des mortels. Pas super féministe pour le coup.
Mais La petite Fadette, c'est aussi l'histoire de 2 frères, jumeaux ("bessons" dans le parler du Berry) fusionnels, qui vont devoir apprendre à grandir et donc à avoir chacun une vie propre, ce qui ne se fera sans difficultés, en particulier pour l'un des deux. Cette partie de l'histoire est plutôt touchante même si pour ma part, j'ai trouvé Sylvain plutôt tête à claques (et c'est super injuste, de mon point de vue, parce que Fadette est mal vue parce qu'elle grimpe aux arbres, ce qui est une activité "de garçon", mais par contre, le Sylvain, il peut passer son temps à chouiner, on ne lui dit pas qu'il n'est pas viril, hein...).
Au final, je suis très contente d'avoir lu ce petit roman qui dépeint avec réalisme mais sans passages trop lourds, la société française et rurale du XIXème siècle. Le seul bémol étant le style parfois un peu vieilli, notamment au début du récit.

Ma note en feu follet d'Hearthstone : 4/5


Les + :

  • Un personnage féminin atypique et intéressant
  • Une bonne description de la ruralité de l'époque
  • Beaucoup de réflexions autour de la différence et des préjugés
  • Un récit rafraîchissant dans sa globalité

Les - :

  • Longueurs, en particulier au début du récit
  • Une morale en demie-teinte selon moi

9 commentaires:

  1. Je dois avouer à ma grande honte que je n'ai pas encore découvert George Sand ! Mais j'ai vu le film "La petite fadette" et j'avais beaucoup aimé. Je pense comme toi que je commencerais par celui-ci pour découvrir l'auteure. Et puis quelle vie fascinante elle a eu, elle ne peut que nous inspirer de la curiosité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça ! J'ai vraiment envie de découvrir ses textes un peu plus politiques maintenant.

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas, je note !

    RépondreSupprimer
  3. Je garde un doux souvenir de Fadette, lu il y a bien longtemps! Tu me donne envie de redécouvrir George Sand.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours bon de relire des classiques, surtout qu'on ne les lit pas forcément au bon moment au départ.

      Supprimer
  4. Je n'ai jamais lu cette auteure, mais tu me donnes envie de découvrir ce livre ! Je note.

    RépondreSupprimer
  5. J'aimerais bien découvrir George Sand, je le ferai peut-être avec cette histoire-là.

    RépondreSupprimer
  6. Moi qui n'aime pas les classiques, je ne sais pas trop. Certains me tentent mais si tu dis que le style est un peu "patois", ça ne me tente pas :-/

    RépondreSupprimer
  7. Encore une auteure de classiques que je me dois de découvrir ^^

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)