jeudi 9 juin 2016

Chronique : Du sexe en Amérique


lu en partenariat avec NetGalley

Du sexe en Amérique de Nicole Bacharan

Robert Laffont, 2016, 448 p.

Essai, Historique


Le grand roman intime de l'Amérique, une extraordinaire épopée !
Autant que la politique, et peut-être plus encore, la sexualité a construit l'Amérique. Elle a forgé l'identité profonde de ce pays que l'on dit « puritain », accompagné son histoire, orienté son destin. Depuis le choc du XVIIe siècle, lorsque les colons corsetés et condescendants sont tombés nez à nez avec d'insolents sauvages explosant de sensualité, l'obsession du sexe – parfois sa hantise – a nourri l'aventure américaine, avec ses flots de fantasmes, de désirs, de frustrations, de violences aussi, et modelé durablement les moeurs et les esprits.
C'est ce grand roman intime et inédit que Nicole Bacharan nous propose ici. Une autre histoire des États-Unis qui fouille au plus profond des êtres. Cheminant au fil des siècles, l'auteur va à la rencontre des Américains du passé, se glisse dans leur peau, partage leurs émois, dévoile leurs vices enfouis sous la vertu, et nous révèle leurs secrets d'une plume résolument romanesque.
Cette longue épopée sexuelle n'est pas toujours une partie de plaisir. C'est le sexe, si convoité, si haï, qui impose l'ordre chez les Puritains et les sorcières suppliciées. Le sexe, qui imprime l'esclavage dans les corps des Noirs avec une violence inouïe. Le sexe, qui s'avilit dans la guerre civile et les traques perverses du maccarthisme. Mais le sexe aussi, qui s'épanouit dans les années folles et les sixties, et triomphe au temps d'Internet et de la pornographie.
À chaque époque se réinvente le même inconscient collectif : l'obsession de la pureté et de la transparence, et cette recherche frénétique de la perfection morale qui ne peut produire que son contraire, le mensonge et l'hypocrisie. Telle est l'identité américaine, pays de la liberté mais aussi pays de l'esclavage, écartelé entre idéaux inatteignables et pulsions incontrôlables, une nation mal à l'aise avec sa sexualité. Aujourd'hui, à l'heure ou on célèbre tant la liberté des corps, les États-Unis n'en ont pas fini avec ce paradoxe originel.

Étant une bille en histoire des États-Unis et de l'Amérique du Nord en règle générale, je me suis dit que la lecture de cet essai comblerait un peu cette lacune. Il faut dire aussi que la thématique de la sexualité m'intéresse assez.
On va donc partir de ce que l'on sait des tribus indiennes du XIIIème siècle et de leur rencontre avec les premiers colons pour arriver aux États-Unis actuels qui oscillent entre héritage puritain et ultra-liberté sexuelle.
Tous les évènements importants de l'Histoire des USA sont revus à travers la lorgnette de la sexualité dans son sens le plus général. On va donc passer du puritanisme (avec entre autres l'épisode de Salem, hyper intéressant) à l'époque victorienne, on va causer esclavagisme et guerre de Sécession, maccarthysme, scandales politico-sexuels, on va croiser les années JFK et les pin-ups, Marilyn et les hippies. Les différentes guerres (14-18, le Vietnam, la guerre froide), la ségrégation, le Ku Klux Klan, la pandémie de SIDA (et les différentes maladies vénériennes aux cours des siècles), l'affaire Lewinsky, tout est abordé.
On va apprendre comment la sexualité et l'idée que l'Homme s'en fait ont été traités au cours de ces siècles en suivant des personnages historiques (pas toujours très connus pour les néophytes).
Mais, évidemment, ce n'est pas la seule notion abordée, et c'est ce que j'ai apprécié. La religion, par exemple, tient une place conséquente dans cet ouvrage, et est tout aussi importante dans la compréhension de la société américaine d'autant qu'elle (a) régi(t) le rapport des populations à leur corps et à la sexualité.
Mais on va aussi causer racisme (il y a des passages très documentés sur l'esclavagisme dans le Sud, et les abus sexuels sur les jeunes esclaves, on va même parler d'élevage à un moment. Oui, moi aussi, le terme m'a choquée...), féminisme et patriarcat (les femmes ayant été les vilaines tentatrices et devant réguler les pulsions mâles incontrôlables, puis plus tard concernant la contraception ou l'avortement), homosexualité (notamment pendant la Ruée vers l'or ou l'apparition du SIDA) et évidemment politique (tout le monde se rappelle de Monica Lewinsky et Bill Clinton, mais ce n'est pas la seule chose qui ait marqué l'histoire du pays).
L'auteure, en plus de m'avoir fait découvrir bien des passages de l'histoire américaine dont j'ignorais tout, apporte de véritables nuances aux idées que l'on peut avoir a priori. Si je n'ai pas toujours été d'accord avec elle (je ne voyais parfois pas où était le rapport à la sexualité malgré ses démonstrations), ces nuances se sont avérées très utiles : les puritains ne l'étaient pas tant que ça (et se trouvaient de jolies excuses, bien souvent sur le dos des femmes) et les hippies étaient loin d'être une communauté idyllique (femmes exclues des AG (coucou Nuit Debout !), moquées si elles refusaient des rapports ("t'es pas vraiment libérée"), etc.).
Ma lecture s'est donc avérée très intéressante, même si j'ai regretté qu'on  passe autant de temps auprès des puritains (passage où j'ai un peu calé dans ma lecture, car parfois redondant) au détriment d'autres périodes qui auraient mérité plus d'approfondissement à mon goût.

Ma note en pin-up : 4/5


  • contenu très intéressant de manière générale
  • beaucoup d'anecdotes
  • on suit des personnages historiques à chaque fois (ou presque), ce qui rend l'essai plus vivant
  • l'écriture est facile à lire
  • beaucoup de notions annexes que j'ai beaucoup aimé






 
  • certains passages sont un peu redondants
  • beaucoup de parti pris de l'auteure (moi, j'étais plutôt d'accord avec elle, mais ça peut déplaire)

6 commentaires:

  1. Autant cela pourraît être intéressant, surtout que j'aime bien le genre historique, autant ce roman ne m'intéresse pas, en fait. Je pense que je préfère lire un roman qui traite un sujet à la fois ou maximum 2 sur l'Histoire que plusieurs comme ici ! Dommage mais je pense passer mon tour :-/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, comme les notions sont vraiment entremêlées en suivant l'ordre chronologique de l'Histoire, ça ne donne pas une impression de fouillis comme ma chronique laisse peut-être paraître... Par exemple, les puritains considéraient vraiment la femme comme la vilaine tentatrice pécheresse en accord avec la religion, donc forcément, quand on parle de leur sexualité, la religion et la place de la femme sont abordées parce que tout est lié au final.

      Supprimer
  2. Cet ouvrage a l'air vraiment intéressant, d'autant que moi aussi je suis une bille en matière d'histoire des USA XD. Et il y a beaucoup à dire sur un thème pareil !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, c'est mon cas aussi, et j'ai vraiment appris beaucoup de choses (notamment qu'ils ont longtemps considéré les français(es) comme les pires dépravé(e)s ^^).

      Supprimer
  3. Dommage pour la redondance, je ne connaissais pas le roman mais le sujet est intéressant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après, c'est surtout parce que ce n'était pas la période qui m'intéressait le plus, mais quelqu'un d'autre n'aurait peut-être pas la même impression !

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)