mardi 28 juin 2016

Chronique : À moi seul bien des personnages


À moi seul bien des personnages de John Irving

Points, 2014, 590 p.

Contemporaine


Adolescent, Bill est troublé par ses béguins contre nature pour son beau-père, ses camarades de classe, et pour des femmes adultes aux petits seins juvéniles… Plus tard, il assumera son statut de suspect sexuel, et sa vie entière sera marquée par des amours inassouvies pour les hommes, les femmes et ceux ou celles qu’on appellera bientôt transgenres.

Dans ce roman drôle et touchant, jubilatoire et tragique, John Irving nous parle du désir, de la dissimulation et des affres d’une identité sexuelle « différente ». Du théâtre amateur de son enfance jusqu’au bar hot où se joue la révélation finale, en passant par la bibliothèque où la sculpturale Miss Frost l’initie — tout d’abord — à la littérature, le narrateur s’efforce de trouver un sens à sa vie sans rien nous cacher de ses frasques, de ses doutes et de son engagement pour la tolérance, pour la liberté de toutes les altérités.


Bon. On est d'accord, ça ne vaut pas Le Monde selon Garp. Mais on va retrouver dans ce roman une similitude appréciable : des personnages bien campés qui réservent leur lot de surprises, de failles et de secrets. Des personnages cohérents, vivants. Humains.
Dans ce roman, une nouvelle fois, on  va rencontrer une famille quelque peu atypique, et son histoire pleine de non-dits va peser parfois lourdement sur le narrateur.

Nous allons donc suivre Bill, de son enfance dans le Vermont des années 60, jusqu'à un âge relativement avancé. Ses "erreurs d'aiguillage amoureux", comme il les appelle vont lourdement marquer sa vie, et ce dès l'enfance. L'homophobie étant alors la norme, en particulier dans un état aussi peu peuplé. Heureusement, il va rencontrer dans son entourage des personnages qui vont l'aider à s'accepter et même à se découvrir lui-même.
De son enfance à nos jours, Bill va évoluer, apprendre de son passé, de son histoire pour essayer de se définir lui-même ; le tout en traversant homophobie, honte, culpabilité, violences, pandémie de SIDA, et incompréhension tant par des hétéros que par des homos (lui-même se définissant comme bi, ce qui était vu comme de l'hypocrisie à l'époque).
Évidemment, vu le thème, la sexualité est à nouveau très importante (il n'y a pas de réelle scène érotique, c'est plutôt dans la réflexion et les interrogations posées) dans ce roman et l'auteur nous amène à revoir notre notion de l'acceptation de l'autre, et à aller plus loin.
Il n'y a pas ici de rebondissements à chaque page, c'est plutôt un roman de vie, un accumulation de scènes et d'expériences qui l'ont aidé à devenir lui-même. 
J'ai pour ma part beaucoup apprécié le passage concernant la pandémie de SIDA. Vue de l'intérieur, on pose un tout autre regard sur la façon dont les gens vivaient avec cette épée de Damoclès (pour rappel, on l'appelait au départ le "cancer gay", donc vous imaginez un peu ce qu'on va pouvoir rencontrer comme scènes...).
La transexualité (il garde ce terme pour des raisons expliquées, je ne vais pas épiloguer, je sais bien que l'on parle de transgenre de nos jours) est également remarquablement mise en scène et expliquée (y compris aux sceptiques), en particulier vers la fin du livre. Trois personnages très différents l'illustrent, c'est assez rare et appréciable pour être souligné.
Si je devais avoir un regret, outre les quelques longueurs qui parsèment le roman, c'est que l'on s'attarde autant sur l'enfance et l'adolescence de Bill par rapport au reste, car si ses questionnements et sa quête identitaire sont intéressants et forcément cruciaux à cet âge-là, on passe par la suite un peu vite à mon goût sur certains passages qui auraient mérité plus d'approfondissement. De plus, la société ayant évolué, tout comme sa maturité, j'aurais aimé avoir davantage de choses concernant sa vie d'adulte.

Ma note en drapeau LGBTQA (tristement d'actualité) : 4/5


  • Des personnages bien campés, humains, vivants
  • Sujet toujours trop rarement abordé
  • Style agréable à lire
  • Bel hymne à la tolérance
  • Quelques longueurs
  • Passages trop longs concernant l'enfance et l'adolescence du héros

14 commentaires:

  1. C'est un livre qui a l'air très intéressant. Je le note, on ne sait jamais. Merci pour la découverte en tout cas, je ne connaissais pas du tout !

    Ton nouveau fond fait très été, j'aime bien. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :)
      C'est très intéressant, mais ce n'est clairement pas mon préféré de l'auteur !

      Supprimer
  2. Comme le dit Emilie, c'est un livre qui a l'air vraiment intéressant ! Si j'ai l'occasion, je n'hésiterai pas à le lire.
    J'aime beaucoup ce nouveau thème sur ton blog. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si la thématique t'intéresse, je ne peux que te le conseiller !
      Et merci, j'essaie de bosser sur un truc joli depuis un moment, mais comme je n'arrive à rien, je suis partie sur du basique.

      Supprimer
  3. Un sujet intéressant mais c'est vrai que dommage pour les longueurs. Je ne connaissais pas du tout, merci de la découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, c'est le but de nos blogs, après tout !

      Supprimer
  4. Le sujet sort de l'ordinaire et me donne vraiment envie, je le glisse dans ma WL si je cherche un roman qui me change de ma routine littéraire. Je ne connais pas l'auteur donc prochainement pourquoi pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu ne connais pas l'auteur, je te conseille quand même Le monde selon Garp, qui est mon préféré (mais c'est un bon gros pavé!)

      Supprimer
  5. Ca a l'air très intéressant, en plus j'ai en tout cas envie de découvrir cet auteur depuis un moment mais je pense que je commencerais par celui que j'ai de lui dans ma PAL (le titre c'est The cider house rules en anglais) :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne le connais pas, celui-ci ! Du coup, je suis curieuse d'avoir ton avis quand il sera sorti de ta PAL.
      Et au niveau du thème, il parle souvent de sexualité dans ses bouquins, même si c'est souvent plus en retrait qu'ici.

      Supprimer
  6. Je ne connaissais pas alors merci pour la découverte :)
    Je dois dire que ta chronique me donne envie de tester !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux, parce qu'à part les longueurs dont je parle (qui sont essentiellement dans le premier tiers du livre), j'ai vraiment passé un bon moment de lecture.

      Supprimer
  7. Moi non plus je ne connaissais pas du tout ! Je note car je pense que ça pourrait vraiment me plaire ;) Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me donneras ton avis si tu te lances, alors, je suis curieuse :)

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)