mercredi 27 juillet 2016

Chronique : Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers

Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers de Benjamin Alire Saenz

PKJ, 2015, 359 p.

Contemporaine, YA

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n'ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais... C'est donc l'un avec l'autre, et l'un pour l'autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l'univers.

Fortes d'une première lecture commune avec Valentine Pumpkins du Brocoli de Merlin (diantre ! où a-t-elle été pêcher un nom pareil ?) où on avait un avis tellement similaire qu'on aurait quasiment pu inverser nos chroniques (à part que les siennes ont de jolies illustrations, hein), on s'est dit qu'on allait remettre ça, rapport qu'on avait toutes les deux ce livre qui avait été un coup de cœur général pour toute la blogo. Moi, ça me met carrément la pression quand tout le monde aime un bouquin. Je ne sais pas si c'est par esprit de contradiction ou si je deviens une vieille conne exigeante, mais en général, je suis beaucoup moins enthousiaste. 
Que les choses soient claires, j'ai beaucoup aimé ma lecture. Mais je me demande encore pourquoi cet euphorie générale, parce que clairement, quelques petits trucs m'ont gênée.
Ce livre se lit avec beaucoup de facilité, le style est simple mais assez poétique, les chapitres sont courts (surtout vers la fin) mais utiles au récit, ce qui fait qu'on enchaîne les pages hyper facilement.
Aristote est un ado assez renfermé, pas très populaire, mais pas bouc émissaire non plus. (j'ai lu dans des chroniques qu'il était marginal, ça n'a pas du tout été mon ressenti, il est plutôt banal dans son comportement, simplement un peu solitaire, mais sans en souffrir ni avoir des attitudes hors norme). Solitaire, donc. Jusqu'à sa rencontre avec Dante, un autre ado bien plus expansif que lui.
Il ne se passe pas grand-chose dans cette histoire, mais les personnages sont remarquablement bien décrits, leur psychologie est fouillée et le style de l'auteur rend leur quotidien intéressant. Moi qui ne suis pas une grande fan des dialogues, j'ai adoré leurs échanges, souvent drôles, toujours improbables.
C'est une très belle histoire d'amitié, et ça fait du bien d'en lire une. Je ne sais pas si c'est moi, mais je trouve que souvent en YA, l'amitié est plutôt à sens unique : le héros a un ami qui va se sacrifier pour lui et en retour, c'est un peu peanuts. Ici, ce n'est pas le cas.
On retrouve aussi une grande importance de la famille. Et une famille dont les parents ne sont ni parfaits ni ultra-permissifs (voire inexistants comme c'est encore une fois souvent le cas en YA, ce qui a tendance à me taper sur les nerfs). Là, les parents sont bien présents, ils font des erreurs, mais ils essaient de faire de leur mieux. Ils s'inquiètent, soutiennent, interdisent, aiment. Bref, ce sont des parents normaux. 
Malgré tous ces points positifs, ce n'est pas le coup de cœur annoncé.
Attention, à partir de maintenant, je vais être obligée de spoiler un peu pour m'expliquer !
La quête identitaire d'Ari est très bien décrite dans un premier temps. On sent cet ado paumé, chercher des réponses. J'ai aimé que la question de l'homosexualité soit abordée, parce que c'est encore rare. Mais pour moi, ça n'a pas pris. Parce qu'à aucun moment Ari ne se pose la question d'une éventuelle homosexualité ou même bisexualité. Il ne le fait pas quand Dante lui avoue son attirance, il ne le fait pas quand on lui dit que Dante a des sentiments pour lui, ni quand Dante l'embrasse. D'ailleurs, c'est le seul moment où on n'est pas dans la tête d'Ari, donc pour moi, quand il explique que oui, il a aimé, bien plus tard, j'ai vraiment eu l'impression de voir une grosse ficelle. Ce qui fait que je n'ai absolument pas eu l'impression qu'il s'était finalement "trouvé", bien au contraire. Il suit encore ce qu'on lui dit. En mode "ah, ben si maman dit que je suis amoureux, c'est que je dois l'être". 
En plus, très franchement, pour ceux qui l'ont lu, j'ai trouvé l'argument de l'accident complètement bidon. Je suis persuadée que oui, ça aurait pu être un réflexe, d'ailleurs, j'aurais probablement réagi de la même façon même envers un inconnu, simplement parce qu'on ne mesure pas le danger dans ce genre de situation. 
Du coup, la fin ne m'a pas vraiment convaincue, même si j'ai énormément apprécié ma lecture. Je le conseille quand même vivement à ceux qui ne l'auraient pas encore lu, car c'est très beau, rapide à lire (et que concernant les points négatifs, mon ressenti est très personnel).

Ma note en potrait d'Aristote : 4/5


  • Le style de l'auteur, simple et poétique
  • L'homosexualité bien abordée dans un premier temps
  • Les dialogues savoureux
  • Une très belle histoire d'amitié
  • Des familles crédibles
  • L'homosexualité mal amenée pour Aristote
  • Dante est un poil trop parfait


18 commentaires:

  1. Encore une fois, on a quasi le même avis ! On devrait vraiment en faire plus souvent, va falloir coordonner les pals ^^ :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai une petite MAJ à faire justement *sifflote*

      Supprimer
  2. Contrairement à beaucoup de personnes, j'avais été très déçue par ce livre. Même si je suis d'accord avec ce que tu as dit dans ta chronique, je n'avais pas du tout accroché aux personnages, surtout Dante qui est juste exaspérant pour moi. Pareil pour l'histoire, je n'y voyais pas trop d'intérêt. ^^' En tout cas je suis contente que ce livre t'ait plu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que Dante est à la fois limite trop parfait et parfois exaspérant de naïveté.

      Supprimer
  3. J'avais beaucoup aimé cette histoire, elle m'avait vraiment touchée. Par contre, je suis entièrement d'accord avec toi pour la quête de soi d'Ari, ce point m'avait également dérangée, il arrive presque d'un bloc et ne se remet pas vraiment en question... C'est chouette que tu aies passé un bon moment de lecture, toi aussi. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la fin m'a un peu laissée sur ma faim, je suis contente de voir que je n'ai pas été la seule dans ce cas...

      Supprimer
  4. J'avais lu de jolies choses de ce roman du coup je suis contente de voir que tu as passé un bon moment aussi. Dommage pour la fin par contre... Peut etre un jour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as l'occasion, je te le conseille, surtout qu'il se lit vraiment très vite.

      Supprimer
  5. J'ai lu ce livre en VO avant sa sortie française et je me souviens l'avoir adoré pour la plume de l'auteur :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le style est vraiment à la fois addictif et poétique, c'est assez rare pour être souligné !

      Supprimer
  6. Personnellement, j'aurais clairement dû passer mon tour pour ce bouquin. Je l'ai lu car on entendait tellement de bien que je me suis dit "Ça doit être génial". Et bien, non. J'ai trouvé ma lecture très ennuyante et je me suis plus attaché à Dante qu'à Aristote :( En plus, le côté homosexuel arrive un peu comme un cheveux sur la soupe, comme tu dis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, c'est l'inverse, Dante a parfois eu tendance à m'exaspérer.
      Par contre, comme j'ai vraiment aimé le style de l'auteur, ça a effacé les défauts du récit dans mon ressenti. Par contre, je comprends qu'on puisse s'ennuyer.

      Supprimer
  7. RAHHHHHHHHH CE LIIIIIIIIIIVRE :'(

    J'le voulais déjà avant qu'il sorte en français! Je l'aurai un jour... JE L'AURAI! :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il doit se trouver en occasion assez facilement maintenant en plus, tu n'as plus d'excuse :p

      Supprimer
  8. Je ne sais vraiment pas si j'accrocherai à cette histoire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'histoire en elle-même est sympa, mais c'est sûr que si tu es une grande fan d'action, ça ne le fera sûrement pas !

      Supprimer
  9. J'ai adoré ce livre :)
    Je ne m'y attendais pas, du coup ça a été une vraie bonne surprise !

    RépondreSupprimer
  10. J'ai commencé à le lire et puis je me suis arrêtée...je ne sais plus pourquoi parce que j'aimais bien. Mais je crois que ça ne correspondait pas à mon humeur du moment. Après je comprend ce que tu veux dire, j'ai lu environ la moitié et même si c'est une très bonne lecture, ce n'est pas aussi transcendant que ce qu'on n'a pu me vendre. Mais bon, je reviendrais ici quand j'aurais terminé de le lire XD.

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)