samedi 9 juillet 2016

Chronique : La Quatrième Fée


La Quatrième fée de Brigitte Guilbau

LiLys éditions, 2016, 198 p.

 Drame, Contemporaine
Lu en partenariat avec NetGalley et LiLys éditions, merci à eux !

Une légende vietnamienne raconte l’histoire de trois fées. La première veille sur l’embryon, le fœtus et la mère pour leur donner force et vigueur pendant la grossesse. La deuxième fée s’occupe de la naissance pour que la mère soit libérée rapidement et que l’enfant vienne au monde en bonne santé. La troisième apparaît quand vient l’heure de mourir : elle nous aide à passer la porte vers ce monde que l’on dit meilleur, à nous donner le courage et à nous apaiser. Qu’arriverait-il si, par un rendez-vous insoupçonné, une quatrième fée venait faire trébucher cette dernière ?

Rien à voir pour commencer, mais l'encodage pour Kindle est tout pourri (dans cette première version, en tout cas, je ne doute pas qu'ils y remédient par la suite), ce qui a pas mal nui à mon confort de lecture : mots au mauvais endroit en plein milieu d'autres phrases, lettres qui se promènent toutes seules, etc. 
J'ai demandé cette lecture après être tombée sur une chronique sur un blog (mais ma mémoire de poisson rouge ne m'aide pas trop à me rappeler lequel) qui était plutôt enthousiaste.
Comme cette personne le soulignait également, je tiens à préciser que si la couverture, le résumé et le titre laissent présager du fantastique, il n'en est RIEN ! Ce qui n'empêche pas le titre d'être très bien trouvé et le récit d'être plutôt poignant.
Il s'agit d'un roman très court où on va rencontrer Natacha, une mère qui va devoir prendre la décision de débrancher ou non son enfant qui est en mort cérébrale suite à un accident. On assiste au déni, à la colère après les médecins incapables de ramener sa fille à la vie, à la douleur, au désespoir, à l'incompréhension. Et petit à petit, on voit comment une telle épreuve transforme.
Des flash-backs de moments entre la mère et sa fille parsèment le texte et, tout en nous apprenant à connaître cette fille, le rendent d'autant plus touchant.
Le problème étant que ces moments servent parfois, à mon sens, de prétexte à l'auteure pour faire passer son message sur divers sujets : féminisme et place de la femme dans notre société, mort, etc. Et même si ces réflexions sont intéressantes et plutôt intelligentes (d'autant que je partage le point de vue des protagonistes), ils arrivaient de façon un peu facile. J'ai vraiment eu l'impression qu'ils étaient là complètement artificiellement et sans vraiment servir le texte (je pense notamment à un passage sur la place de la femme un peu long pour avoir seulement pour but de nous éclairer sur le caractère et la psychologie de la jeune fille).
Les mots utilisés pour décrire l'état d'esprit de la mère sont particulièrement justes, j'ai vraiment eu le sentiment de ressentir sa douleur, son impression d'injustice, sa colère... Ses hésitations quant à ce qu'elle doit faire étaient particulièrement bien décrites, on ressent son tiraillement, et tout l'espoir qu'elle met à obtenir une réaction de la part de son enfant qui remettrait en cause le diagnostic des médecins.
J'ai vu la fin venir à des kilomètres, mais ça n'a absolument pas été un problème : elle est plutôt juste à mon goût, et surtout, il ne s'agit pas d'un roman à suspense.
En bref, ce petit roman se lit très vite, mais il n'est ni dénué de caractère, ni d'émotions. Personnellement, je trouve que la longueur était parfaite, je pense que si le texte avait été plus long, on serait forcément tombé dans le pathos, ce qui n'arrive pas ici. Une jolie découverte.

Ma note en Clochette : 3.5/5


  • Les émotions extrêmement bien décrites
  • Le thème dur mais abordé tout en finesse
  • Le style de l'auteure
  • Quelques réflexions qui m'ont semblé artificielles
  •  Fin que l'on voit venir de loin


6 commentaires:

  1. Moi j'aime bien les fins auquelles on ne s'attend vraiment pas, donc ça me freine un peu, mais le reste de ta chronique me donne quand même envie de lire ce bouquin! Merci pour ta critique��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends. Disons que sur l'intrigue, on s'attend à la fin, mais sur ce que ça va influer pour Natacha, c'est plus surprenant.

      Supprimer
  2. J'ai vu une chronique très positive sur ce roman (chez I Believe in Pixie Dust) ! Elle m'a beaucoup tenté et ta chronique donne envie aussi, je trouve :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je l'avais vue aussi, j'avoue que c'est d'ailleurs en partie ce qui m'a dirigée vers ce livre ! J'ai un peu moins apprécié qu'elle, visiblement, mais ça reste vraiment une jolie découverte.

      Supprimer
  3. Personellement, j'ai adoré la synopsis mais heureusement que j'ai lu ton avis, ces sujets me rendent triste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ! En plus, le résumé et la couverture sont assez trompeurs, je trouve. Malgré tout, je te rassure, ce n'est pas triste à la lecture, l'auteure n'est pas là pour nous arracher des larmes, même si évidemment on n'a pas non plus de fou rire.

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)