jeudi 22 septembre 2016

Chronique : Coulez mes larmes, dit le policier

Coulez mes larmes, dit le policier de Philip K. Dick

éditions 10/18, coll. Domaine étranger, 2002, 309 p. (première parution en 1975)

traduit par Gilles Goulet

SF

 

 

 

 

Ceci est l'histoire d'un homme qui ne disparut pas mais dont l'identité s'évanouit sans laisser de traces. La veille encore, il était Jason Taverner, producteur de télévision respecté, chanteur à ses heures et idole d'au moins trente millions de téléspectateurs. Mais losrqu'il s'éveilla dans cette chambre sordide, il semblait être le seul être humain au monde à savoir qui était — qui avait été — Jason Taverner. Ses amis, ses collaborateurs, et même Heather, sa maîtresse et complice de toujours, disaient ne l'avoir jamais rencontré. Une situation embarrassante dans un monde où les campus sont assiégés depuis vingt ans et où le défaut de papiers d'identité suffit à vous envoyer au bagne. Mais il était un Six. Ses gènes étaient spéciaux. Il avait des nerfs d'acier. Et si le monde entier avait basculé dans la folie ou l'absurde, il allait le remettre à l'endroit. Sous l'oeil blasé du policier sentimental.

Mitigé, c'est mon sentiment suite à cette lecture (qui date, j'ai un retard monstrueux dans mes chroniques !).
Pourtant, l'intrigue est hyper intéressante. On suit une super star de la télé, un animateur à succès qui devient moins que personne du jour au lendemain dans une société hyper policière, bien inspirée du stalinisme (camps de travail et tout le toutim).
Mais l'auteur m'a perdue (probablement parce que je ne suis pas habituée) : il y avait pour moi trop de thèmes abordés dans des dialogues un peu trop poussés. Oui, il y a une réelle critique de la société, mais je n'ai pas trouvé que la façon dont elle était amenée était crédible. J'avais par moments l'impression de voir une dissertation. De plus, certains personnages arrivent et repartent sans que leur histoire n'ait un impact ou même un intérêt pour l'évolution de la trame générale. Et, comme à mon habitude, l'épilogue ne m'a pas convaincue du tout (mais ça, c'est moi, j'ai TOUJOURS un problème avec les épilogues).
Le monde futuriste dans lequel on se trouve n'est que très peu décrit. On se retrouve face à des détails, mais comme on a aucune vue globale, j'ai eu du mal à comprendre les tenants et les aboutissants. J'aurais aimé avoir une explication de ce qui a bien pu se passer pour qu'on en arrive à la situation actuelle, ce n'est pas le cas, et ça m'a frustrée.
Le gros point noir, pour moi, c'est le personnage principal. Rien à faire, je n'ai pas réussi à m'y attacher. Je n'ai eu aucune empathie pour lui et sa situation, au contraire, il m'a parfois agacée. A plusieurs reprises, sa supériorité intellectuelle est mentionnée, mais on n'en a pas vraiment de preuve (d'ailleurs, il se fait souvent avoir comme un bleu !) et quasiment aucune explication sur le fond. Une fois encore = frustration !
Je me fichais donc un peu de son sort, à vrai dire. J'ai lu jusqu'au bout pour avoir le fin mot de l'histoire et comprendre comment il était passé d'un statut ultra privilégié à celui de quasi clandestin du jour au lendemain, mais c'est tout.
Par contre, je dois reconnaître que la fin est très bien trouvée ! Pour le coup, j'ai été agréablement surprise.
Au final, le maître mot de ce roman aura été la frustration, mais je compte bien lire autre chose de cet auteur. Je pense très franchement que j'aurais d'ailleurs dû commencer par un autre de ses livres pour pouvoir apprécier celui-ci. 
Je n'ai pas réussi à accrocher, mais si vous êtes plus friands de cet univers que moi, cela pourrait vous plaire car la qualité littéraire est bien présente.
  •  Le style de l'auteur
  • Le monde construit
  • La fin


  • Le personnage principal clairement en-dessous de ce que j'aurais aimé
  • Les dialogues tirés par les cheveux
  • Le manque de détails et d'une vision globale


4 commentaires:

  1. Eh bien pour une fois que tu ne me donnes pas envie de lire un livre ! Dommage que tu n'ai pas aimé tant que ça alors :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'étais un peu déçue aussi. Après, je pense que c'est aussi en partie parce que je ne suis pas très friande de SF et que j'en attendais beaucoup de l'auteur.

      Supprimer
  2. Dommage pour tous les points négatifs que tu cites :-/
    Du coup, je ne connaissais pas et ne pense pas le lire ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ta réaction. J'essaierai de lire un autre des livres de l'auteur pour le réhabiliter, mais je dois t'avouer que j'étais assez déçue moi aussi !

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)