jeudi 8 septembre 2016

Chronique : Smog of Germania

Smog of Germania de Marianne Stern

Éditions du Chat Noir, 2015, 343 p.

Steampunk

Cette couverture est juste magnifique !

Germania, début des années 1900, capitale du Reich.
À sa tête, le Kaiser Wilhem, qui se préoccupe davantage de transformer sa cité en quelque chose de grandiose plutôt que de se pencher sur la guerre grondant le long de la frontière française - et pour cause : on dit qu'il n'a plus tous ses esprits. Un smog noir a envahi les rues suite à une industrialisation massive, au sein duquel les assassins sont à l'oeuvre.
Une poursuite infernale s'engage dans les rues et les cieux de Germania le jour où la fille du Kaiser échappe de peu à une tentative de meurtre. Objectif : retrouver les commanditaires. La chose serait bien plus aisée s'il ne s'agissait pas en réalité d'un gigantesque complot, qui se développe dans l'ombre depuis trop longtemps.

Le steampunk est un genre qui me plaît bien. J'aime l'ambiance qui s'en dégage en règle générale, le "look" de cette période fantasmée, à mi-chemin entre la machine et le côté victorien. 
Autant dire que j'avais hâte de commencer ce livre ! 
Comme l'indique le titre, on va se trouver dans un monde librement inspiré de l'Europe du XIXème siècle, et plus spécifiquement de l'Allemagne. 
On suit principalement Viktoria, la fille du Kaiser qu'on retrouve au début du roman comme une jeune personne un peu en pleine crise d'adolescence : couvée et protégée jusque là, elle cherche à s'émanciper dans la quête de sensations fortes (elle se promène dans les bas-fonds de la ville, etc.). Son père, visiblement un poil conscient du caractère un poil casse-cou(illes) de sa fille lui a collé un pseudo garde du corps aux fesses, et le personnage est assez glaçant.
Grâce à ce sinitre (mais pas que) personnage, Viktoria échappe de peu à une tentative d'assassinat en bonne et due forme. À partir de là, complots, machinations, zeppelins, automates et violence seront au rendez-vous.
J'ai adoré l'ambiance, très travaillée. Le côté steampunk ne fait vraiment pas factice (contrairement à certains romans où on nous colle 2 nanas en corset, 3 engrenages et des véhicules à vapeur pour avoir l'étiquette). Là, l'univers est réfléchi, on sait comment fonctionnent certaines choses, pourquoi d'autres existent, et on a même un poil d'alchimie qui passe crème ! (je ne spoile pas des masses en disant qu'on croise Flamel, quoi. Que tout le monde connaît depuis Harry Potter).
À cela s'ajoute une écriture agréable avec des descriptions bien dosées. Assez pour s'immerger, sans que l'on saute de lignes pour autant. Bref, l'univers est sombre, dangereux, parfois glauque et comme vous le savez peut-être, j'adore ça !
Un autre point positif, c'est le travail de l'auteure sur les personnages. J'ai personnellement eu un énorme coup de cœur pour Jeremiah qui compense par son charisme sa froideur apparente et ses décisions parfois disctuables. Si vous le lisez / l'avez lu, venez qu'on en discute, parce qu'il faut que j'exorcise cette passion, sans déconner ! Et encore, mon coeur a balancé aussi pour Maxwell. Et Gadoue et Charogne m'ont fait rire (très jaune).
Bon, par contre, j'ai éprouvé un manque de sympathie pour Viktoria tout du long. Elle est capricieuse, tête-à-claques, prétentieuse, bref insupportable. Bon, rassurez-vous, elle évolue (m'enfin, à un moment, elle dit "ouhlàlà, j'étais bien capricieuse avant" alors qu'elle pète une scène pour on ne sait trop quoi...).
Pour ceux qui en sont amateurs, une romance est bien présente mais elle n'est pas primordiale, et pour une fois, elle n'est pas cliché. J'ai particulièrement apprécié la fin, pour le coup, qui s'éloigne de ce que l'on voit habituellement. Et surtout, SURTOUT, même la sensualité de certains personnages ne suit pas le schéma traditionnel, et pour ça, je tiens à remercier l'auteure.
Petit regret néanmoins sur la résolution un peu facile de certaines situations. 

Ma note en zeppelins : 4/5


  •  L'ambiance bien sombre
  • Les personnages
  • La romance (et la sexualité) pas cliché
  • L'écriture
  • Résolutions parfois un peu faciles
  • Une héroïne agaçante (mais quand même attachante)


17 commentaires:

  1. Réponses
    1. SI tu aimes, et si tu es déjà familière du genre, ça devrait fonctionner !

      Supprimer
  2. Je trouve ça toujours intéressant de se plonger dans le steampunk ! Je ne connaissais pas celui ci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vraiment sympa, et pas cliché, même si on retrouve certains codes du genre.

      Supprimer
  3. J'aime aussi beaucoup l'ambiance steampunk, je note celui-ci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi !

      Supprimer
  4. Je n'ai lu qu'un seul livre de Steampunk, je crois, et il ne m'avait pas transcendée. Tu me donnes très envie de découvrir ce livre-là pour approfondir un peu ce genre, même si j'avoue que j'ai un peu peur pour l'héroïne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, l'héroïne est parfois pénible, mais tellement crédible qu'on se dit que ça ne serait pas forcément notre amie, mais qu'elle a ses bons côtés... Je ne sais pas si je suis très claire pour le coup, mais ça ne gâche en rien la lecture en tout cas !

      Supprimer
  5. Je n'ai jamais lu de Steampunk... Du coup, je note celui-ci parce qu'il à l'air pas mal :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si c'est le plus évident pour commencer, mais il me semble plutôt abordable.

      Supprimer
  6. Je découvre le steampunk petit à petit. J'aime bien ! Par contre, avant ta chronique, j'ai vu un avis très décevant et, du coup, je ne pense pas le lire ... Ou du moins, seulement si je peux l'emprunter :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je suis assez étonnée, il me semble qu'il avait de bonnes critiques sur LA notamment...

      Supprimer
  7. Il est dans ma PAL :) Le romance pas clichée, ça m'intéresse pas mal! J'ai hâte de le lire pour voir :)

    RépondreSupprimer
  8. Gros, GROS, coup de cœur pour Jeremiah ! Et pour le livre dans son ensemble, vraiment très bon :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arf, je dois bien avouer que Jeremiah a fait palpiter mon petit cœur à moi aussi !

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)