mardi 4 octobre 2016

Chronique : L'Incandescente de Claudie Hunzinger

L'Incandescente de Claudie Hunzinger

éditions Grasset, 2016, 303 p.

biographie, histoire d'amour


Des jeunes filles qui sont des Enfants terribles s'écrivent des lettres d'amour.
«Marcelle était la pire et ma préférée.»
Toutes fuient la mort. La mort les rattrape. Elles y mettent le feu.
Elles sont du côté de la vie. Leur pays est l'adolescence, ce passage de tous les dangers.

Une évocation de l'adolescence, sur fond de tuberculose, à travers les lettres que Marcelle, une jeune fille vive et casse-cou, écrit à son amie Emma, la mère de la narratrice.

C'est le premier roman que je lis de l'auteure. Il s'avère également que c'est le second tome d'une trilogie (ce qui ne gêne absolument pas la lecture) autour de l'histoire de la mère de l'auteure.
On va s'attarder ici plus spécifiquement sur Marcelle, une jeune femme vive, qui a visiblement bouleversé la vie de la belle Emma (la mère, donc) dans son adolescence. A tel point que jamais il ne sera fait mention d'elle plus tard. Coïncidence ou pas, le futur époux d'Emma s'appellera Marcel. Curieuse homonymie, comme le relève l'auteure.
On se plonge donc dans la correspondance entre les deux jeunes femmes. Une Marcelle passionnée, qui ne veut pas grandir pour finir du côté des "Barbares". Mais, plutôt qu'un banal récit épistolaire, l'auteure va reconstruire Marcelle, la faire vivre sous nos yeux dans un roman qui s'avère être une course contre la mort.
En effet, très vite après son cursus scolaire - car Marcelle et Emma seront parmi les premières enseignantes - Marcelle tombe malade. La tuberculose tue encore, et bien souvent, dans ces années 30 où l'antibiotique n'est pas encore un traitement.
Envoyée en cure par son amante, Marcelle lui écrira de longues années. Pour lui parler de sa soif de vie, lui décrire son quotidien de façon farfelue, ses inventions, ses amitiés, ces jeunes femmes fauchées dans leur jeunesse et leur beauté. Elle lui écrira pour la réprimander, aussi, lui reprocher son absence, qui pèse même sur les autres pensionnaires qu'elle ne connaît pas. Car si Marcelle est vive, c'est un feu follet. C'est Emma la solaire, qui glace parfois par son éloignement. Mais surtout, elle lui écrira pour continuer à l'envoûter, en bonne charmeuse de serpents qu'elle est.
L'écriture est belle, le roman étonnant, on veut savoir qui sortira vainqueur de la maladie ou de Marcelle. 
Mais malgré tout, il m'a manqué cette touche d'émotion, je n'ai pas réussi à ressentir la fougue supposée de ce personnage, je n'ai pas réussi à la rencontrer.
C'est une bonne lecture, mais je ne suis pas sûre d'avoir réussi à m'y immerger, ce qui est très personnel et subjectif pour le coup.
Je n'ai pas spécialement adhéré non plus à la toute fin qui sert à l'auteure de transition pour son dernier tome, qui concernera Marcel, cette fois. Ce père énigmatique, qu'elle a finalement si peu connu et que j'ai néanmoins envie de découvrir.
Hormis ces quelques points de détail, ce livre explore magnifiquement la thématique de la liberté (et la liberté d'être femme en France à cette période n'est pas tout à fait ce qu'on pourrait imaginer) : liberté sexuelle et sensuelle, évidemment, mais aussi liberté de vivre comme on l'entend, de ne pas ressembler à ce que l'on attend de nous, liberté de ne pas vouloir devenir un adulte responsable. On sent que ces discours de Marcelle ont particulièrement résonné dans l'esprit de l'auteure, et ce portrait est vraiment un bel hommage.

  • Une plume maîtrisée et très jolie
  • Des portraits de personnages réussis
  • Le traitement de la liberté à travers les personnages
  • La description de la maladie et de la joie qui continue malgré tout
  • Manque d'émotions à mon goût
  • Transition avec le troisième tome un peu trop "facile"




5 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas mais je ne pense pas être tente plus que ça ! Merci pourt ta chronique :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, ce n'est pas forcément le genre de lecture qui intéressera tout le monde :)

      Supprimer
  2. C'est pas mon style de lecture mais le sujet et la manière dont c'est traité, ça me donne envie. Je note on ne sait jamais, merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup ta chronique très détaillée :).
    J'ai trop de livres dans ma PAL donc je passe pour celui-là. Bisous à toi!

    RépondreSupprimer
  4. Tu parles tellement bien de ce roman que je n'ai qu'une envie : me jeter dessus... J'ai peur d'être déçue par le manque d'émotion, mais l'histoire a l'air si belle... Un livre en plus dans ma wish-list grâce à toi, merci !

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)