mercredi 19 octobre 2016

Chronique : Sortir du mal-logement, c'est possible !

Sortir du mal-logement, c'est possible ! de la Fondation Abbé Pierre

éditions de l'Atelier, 2016, 176 p.

Essai, Société

Lu en partenariat avec Babelio, merci aux éditions de l'Atelier pour leur confiance


« Le logement, c’est une question de justice ! » affirmait l’abbé Pierre.
Comment en effet se projeter dans l’avenir, ou même tout simplement vivre, en étant privé de l’essentiel : un habitat digne et adapté ? Sur le principe, tous les décideurs sont d’accord pour garantir ce droit à chacun.
Mais en pratique, malgré les déclarations d’intention des responsables politiques et des gouvernements successifs, le tableau est plus sombre : depuis le début des années 1980, de nouvelles formes d’exclusion par
le logement apparaissent, la part des dépenses qu’il occasionne dans le budget des familles ne cesse d’augmenter, 900 000 citoyens sont privés de logement personnel et près de 3 millions subissent de mauvaises conditions de logement ou l’exiguïté de leur lieu d’habitation. Y aurait-il une fatalité au mal-logement ? Rien ne serait donc fait pour sortir de ce marasme ?

Ce livre propose de démontrer le contraire. Il décrit vingt initiatives innovantes qui, grâce à l’énergie inventive d’associations et de collectivités, en France ou à l’étranger, permettent à des personnes sans domicile de bénéficier d’un logement autonome, à des jeunes en difficulté de se loger dignement, à des ménages surendettés de ne pas être expulsés… Chacune de ces actions peut être démultipliée et devrait inspirer de nouvelles orientations politiques à l’échelle locale ou nationale. Sortir du mal-logement, c’est possible !
Reconnue d’utilité publique en 1992, la Fondation Abbé Pierre pour le logement des défavorisés agit au quotidien pour que chacun ait accès à un logement digne, quelles que soient ses ressources et sa situation sociale.

Ce livre a été écrit en collaboration avec Thierry Delahaye.

Je ne parle pas énormément de ma vie privée ici parce que ce n'est pas le sujet, et je tiens à ce que ça reste comme ça. Mais un de mes emplois cette année consiste à trouver un logement décent à des jeunes qui en sont dépourvus (il y a d'autres critères, mais peu importe). Autant dire que quand j'ai vu ce livre lors de l'avant-dernière Masse Critique Babelio, je me suis dit que ça serait pas mal utile pour moi de le lire.
J'ai donc commencé ma lecture, en croisant fort les doigts pour m'aider à trouver des pistes de travail (sans déconner, les propriétaires dans ma région doivent fumer du crack quand on voit le montant des loyers), mais aussi peut-être à en inventer de nouvelles.
Pas moi toute seule, je n'ai pas le syndrome du super-héros, merci bien.
Mais voir ce qu'il était possible de faire à ma petite échelle.
C'est donc un essai, mais à tous ceux qui pourraient avoir peur, considérez-le plutôt comme un reportage. C'est court, ça ne requiert aucune connaissance particulière et c'est très concret !
Alors oui, on retrouve pas mal de statistiques et d'informations un peu générales, mais quand on cause de sujets de société (et surtout quand ils sont un peu délicats), il faut poser le contexte. Bon, attention gros spoiler : le contexte est nul. Même dans les petites villes, il y a maintenant des SDF, et quand on demande à quelqu'un de gagner 1500€ en CDI pour vivre dans un studio insalubre de 15m², 2ème spoiler : ça ne va pas en s'arrangeant.
Mais ce qui est bien avec ce petit bouquin, c'est que ces infos ne sont pas toutes données d'un coup. Et ce qui est encore mieux, c'est qu'on y trouve une lueur d'espoir. 20 lueurs d'espoir, même. Des tentatives, des mesures expérimentales, des dispositifs novateurs, et même quelques parcours de vie. 
C'est ce que j'ai aimé dans ce livre. Il donne de l'espoir. Mais il met aussi en colère. Lundi soir (le jour où j'écris cette chronique) c'était justement le jour de mon atelier. Et en voyant les inscrits arriver, j'ai repensé à ce que j'avais lu, et j'avais les boules (du coup, on a joué à une variante de Questions pour un champion spécial logement, mais là n'est pas la question). 
Parce qu'on se rend compte que des solutions existent, que des systèmes fonctionnent mais qu'ils sont limités à un quartier, une ville, parfois une région. Aucune généralisation n'est faite. Alors, bon, je le savais déjà, mais là, c'était d'autant plus parlant qu'on voit toutes ces initiatives en file indienne, mais diablement seules.
Et ce n'est malheureusement pas compliqué de comprendre pourquoi. Quelqu'un qui est SDF n'a pas d'adresse. Il n'est donc pas sur les listes électorales. Du coup, il ne vote pas. Ou alors il est jeune, en rupture familiale et il ne vote pas. De toute façon, il n'existe pas. Pourquoi dépenser de l'argent public pour des gens qui n'existent pas ? Surtout s'ils ne vont même pas voter, quoi. Alors, je grossis le trait, mais je ne pense pas être si loin du compte.
Pour en revenir au livre, un point m'a quand même chagrinée (outre le fait qu'il ne soit pas vendu avec un Xanax), c'est que j'attendais des pistes, à mon échelle. Et qu'il n'y en a pas (sauf si je gagne au Loto, mais comme je ne joue pas, on est d'accord que c'est peu probable).
En bref, c'est ultra intéressant, tant d'un point de vue sociétal, social qu'humain. C'est porteur d'espoir, parfois un peu déprimant, mais ça montre bien qu'il est possible de faire des choses efficaces (et même rentables !) en terme d'accession au logement.
Et ça brise un peu le cliché du "clochard" assis dans la rue qui fait la manche. Parce qu'il y a plein de gens qui vous diront qu'ils ne sont pas sans logement. Ils sont hébergés une nuit par un copain, une autre par une cousine, puis une fois chez leur parent, et s'ils passent une nuit dans leur voiture, bon, ils sont pas sous un carton, quand même, quoi. Non, ils sont pas SDF. Ben si.
C'est donc un petit livre à mettre entre toutes les mains, car il révèle une réalité qu'on ne soupçonne pas forcément.
Pour en savoir plus, je vous encourage à aller voir le site : www.onattendquoi.fr ou même à utiliser le #onattendquoi sur les multiples réseaux sociaux, le but de ce livre étant entre autres de mobiliser les politiques en cette période pré-électorale
Cette chronique est un peu particulière, mais je tenais vraiment à en profiter pour parler de tout ça.

  • Une prise de conscience de la réalité du logement en France aujourd'hui
  • Pas de clichés, de pathos, de misérabilisme
  • Court, facile à comprendre et concret
  • C'est pas joyeux, mais c'est pas vraiment de leur faute




7 commentaires:

  1. Je trouve ton article extra!
    Effectivement, quand on cherche un logement et qu'on a peu de moyens, on se rend compte des difficultés pour accéder à un logement. Et je me dis que j'ai de la chance de ne pas résider à Paris.

    Bisous à toi et à plus sur nos blogs respectifs!

    RépondreSupprimer
  2. Je ne lirais pas ce livre parce que j'avoue que le thème ne me touche pas vraiment. Mais ça devrait changer l'année prochaine, quand je m'ouvrirai un peu plus au monde avec la fac qui est dans une "grande ville". Ta chronique est très bonne, en tout cas !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour la découverte ! Je ne connaissais pas du tout :)

    RépondreSupprimer
  4. C'est très intéressant ce genre de livre ! Je ne connaissais pas du tout.

    RépondreSupprimer
  5. Félicitations pour cette belle chronique ! Je dois dire que trouver un logement est particulièrement difficile, notamment pour les étudiants, ou ceux qui viennent juste de finir leurs études. Mais pour les SDF, c'est encore pire évidemment. Bravo pour ton investissement en tout cas :)

    RépondreSupprimer
  6. C'est un livre qui doit être intéressant à lire pour ceux qui sont intéressés. Pour ma part, ce n'est pas vraiment ce que je lis mais c'est vraiment intéressant de connaître ton propre avis !

    RépondreSupprimer
  7. Le sujet m'intéresse car plus jeune nous avons été "mal logés" (bon tout est relatif, on avait un toit sur la tête au moins!) nous vivions dans un immeuble d'une cité, avec comme compagnons souris et cafards, et comme voisins des revendeurs de cocaine, un vrai bonheur ! La seule solution pour nous à l'époque à été de fuir la ville et de prendre une maison hlm en pleine campagne !
    Nous n'avions rien à perdre à l'époque puisqu'en mauvaise posture financière tu imagines bien, et franchement depuis tout s'est amélioré, le travail trouvé à la campagne, une maison encore mieux par la suite etc...
    Un conseil pour les pauvres gens sans emploi qui cherchent un logement, au moins avoir le permis et chercher à la campagne !!
    Je pense que je vais lire ce livre, le sujet m'intéresse vraiment.

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)