mardi 8 novembre 2016

Chronique : The Paper Magician de Charlie N. Holmberg

Lu via NetGalley, merci à AmazonCrossing pour leur confiance

The Paper Magician de Charlie N. Holmberg

Amazon Crossing, 2016, 221 p.

traduit par Abigaïl Tal

Fantasy


C'est le cœur brisé que Ceony Twill, 19 ans, débarque chez le magicien Emery Thane. Sortie major de sa promotion à l'école Tagis Praff, elle se voit contrainte d'embrasser la magie du papier, elle qui rêvait de travailler le métal. Or une fois qu’elle sera liée au papier, matériau qu’elle dédaigne, elle sait que c'est pour le restant de sa vie.

Dès le début de son apprentissage chez l'excentrique mais si charmant Emery, Ceony découvre un monde merveilleux qu'elle ne soupçonnait pas : animer des créatures de papier, donner vie à des récits grâce aux images qui les illustrent, prédire l'avenir… Mais son bonheur se ternit quand elle se trouve confrontée aux dangers de la magie interdite.

Une Exciseuse - pratiquant la magie noire liée à l'élément de chair - attaque le magicien et lui arrache le cœur avant de s'enfuir avec son précieux butin. Pour le sauver, Ceony devra affronter l'horrible sorcière assoiffée de sang et se lancer dans un périlleux périple qui la mènera dans les méandres du cœur de son mentor dont elle va découvrir les lourds secrets.


Dès le départ, cette couverture m'avait attirée. Ensuite, j'ai lu la 4ème de couverture. Et entre le résumé et le joli dessin, je m'étais tâtée à le précommander. Je ne l'avais pas fait pour des raisons indépendantes de ma volonté (aka je dépense mon salaire dans du carrelage, je peux pas tout faire). 
Donc quand je l'ai vu débarquer sur NetGalley, je me suis ruée dessus. Ruée, oui oui. Et j'ai carrément bien fait, parce que j'ai adoré.
 Ceony ne voulait pas apprendre la magie du papier. Parce que le papier ce n'est pas très noble, et les origamis, c'est pas son truc. Elle, elle voulait apprendre le métal et faire des trucs vraiment impressionnants, des trucs qui claquent, des trucs utiles. Elle a un petit côté bling-bling, Ceony.
Pas de chance pour elle, elle n'a pas le choix. Pénurie de magiciens du papier, ce sera son apprentissage. Ça ou rien. Elle va donc se retrouver chez Emery Thane, un maître du genre. Et elle va être plutôt antipathique au premier abord, puisqu'elle va râler un moment. C'est dommage, parce que ça rend les premières pages où le monde nous est introduit un moins agréables. A ce moment-là, c'est vraiment le prototype de l'ado renfrognée : et moi je râle, je voulais le métal, d'abord, le papier, c'est tout pourri, et en plus, ici c'est moche, et Thane a l'air cinglé, et j'ai pas envie, j'aurais mieux fait d'être cuisinière.
 En gros, voilà les 20 premières pages.
Elle va longtemps critiquer son maître, qu'elle suppose fou pour des raisons incompréhensibles par ma petite personne. C'était assez agaçant, parce que bon, OK, le type est un poil maniaque et un peu excentrique, mais enfin bon, il est quand même pas du genre à se mettre un entonnoir sur la tête et à courir tout nu dans la rue en criant "la fin est proche !". Elle est un peu intolérante, la Ceony. 
Puis on vante son intelligence à notre héroïne : et vas-y qu'elle a une mémoire visuelle du tonnerre, et qu'elle a fini major de sa promo, et qu'elle est vive et maline. Bon, pour être honnête, dans la première moitié du roman, elle a quand même l'esprit de déduction d'une poule sous Prozac. A un moment, elle se pose quand même une question sur une phrase alors que la réponse est dans cette même phrase. Pour caricaturer, Darth Vador lui aurait dit "je suis ton père" elle aurait répondu "comment ça "père" ?". Vous voyez le genre.
Mais tous ces passages sont quand même agréables. On découvre l'univers, on se pose des questions, et le charisme d'Emery n'y est pas pour rien (moi, j'ai eu envie de l'épouser dès le début, hein).
 Passé ce début où notre héroïne est donc un peu dinde, elle va finir par se révéler dans l'action. Un brin téméraire quand même, elle va vraiment faire honneur à cette première description de jeune femme intelligente et réactive. Ses neurones se mettent en marche, elle devient surprenante et attachante.
On pourra peut-être reprocher qu'une des péripéties pour sauver le magicien prenne beaucoup de place au prorata du nombre de pages, mais cela permet clairement d'en apprendre plus sur le maître et son passé, zones d'ombres incluses.
Le style est agréable et le livre est un vrai page-turner que je recommande aux amateurs d'univers originaux et d'action. Pas énormément de profondeur dans ce qui me semble être un premier tome, mais beaucoup de bonnes idées.


  • Un maître hyper charismatique (oui, je suis complètement in love)
  • Un monde qui semble bien ficelé
  • De très bonnes idées notamment en matière de magie
  • Un style fluide et agréable
  • Une héroïne un peu antipathique et dinde en début de récit
  • Un livre finalement très court



(N'oubliez pas le concours anniversaire du blog !)


9 commentaires:

  1. Je viens de le voir passer et même s'il n'a pas l'air exceptionnel, il faudrait quand même que je tente !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment passé un bon moment avec !

      Supprimer
  2. C'est vrai que la couverture est très attractive.
    Bisous à toi et à plus sur nos blogs respectifs!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que mon côté superficiel a vraiment craqué !

      Supprimer
  3. J'ai vu la chronique de BettieRose Books. Malgré vos bons avis sur ce premier tome, je ne suis pas très tenté. Je ne pense pas que j'arriverais à accrocher ... En tout cas, pour le moment, je ne l'ajoute pas à ma wish-list ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que si tu n'es pas fan du genre, ça risque de ne pas te plaire, parce que ça reprend malgré tout quelques codes du genre.

      Supprimer
  4. Ta chronique m'a bien fait sourire à certains moments. ^^ J'avoue, vu ce que tu en dis, je n'ai pas très très envie de découvrir l'héroïne, mais bon, si elle s'améliore par la suite, pourquoi pas. Après, je n'irais jusqu'à me jeter dessus parce que ce n'est pas trop mon genre, mais si j'ai l'occasion de l'emprunter pourquoi pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que je ne l'ai peut-être pas présentée sous son meilleur jour, mais je t'assure qu'il vaut quand même vraiment le coup !

      Supprimer
  5. Ce livre a l'air d'être une petite lecture sympathique (cf. la couverture). Malgré ton avis mitigé, je vais tenter !

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)