mardi 7 février 2017

Chronique : Dia Linn, tome 1 : Le livre d'Eileen partie 1 -Terra Mahurr

Merci aux éditions Hélène Jacob pour leur confiance

Dia Linn, tome 1 - Le livre d'Eileen, partie 1 : Terra Mahurr de Marie-Pierre Bardou

Éditions Hélène Jacob, 2013, 178 p.

Historique

Irlande, 1845. Dans le comté de Kerry, la vie est rude pour les paysans qui vivent presque exclusivement de la culture de la pomme de terre. Mais la douceur et la beauté sont aussi le lot quotidien des O’Callaghan, attachés à leur clan familial et à la magnificence de leurs terres. Les lacs de Killarney déploient pour eux leur splendeur tranquille, entre criques isolées, monastères dont les ruines cachent des trésors oubliés, forêts denses et tourbières. Les rites religieux, les fêtes, les danses et les trafics en tous genres rythment l’existence d’Eileen et de sa famille, bercée de légendes anciennes et de politique anti-anglaise. Puis la Grande Famine étend ses ailes noires sur l’île d’Émeraude, apportant la disette, la fièvre jaune, la révolte et la mort à tous les paysans d’Irlande. Eileen a quinze ans. Armée de sa résilience et d’un étrange don hérité de sa grand-mère, il lui faudra trouver un moyen pour sauver le peu qu’il reste de son clan, en naviguant entre les alliés et les ennemis dont les visages ne sont parfois qu’un masque.
Terra Mahurr, « la terre du pays de mon père », est une genèse. Celle de Dia Linn, l’histoire d’une lignée familiale à travers les siècles et les continents. Elle y trouve sa source, dans les brumes et l’âpreté des terres irlandaises, qui forgent des hommes fiers et des femmes conquérantes.

Je n'ai pas souvent l'occasion ici de parler de mon amour pour les romans historiques. Alors que les choses soient claires, j'adore les romans historiques. Et les fresques familiales. S'attacher aux personnages, les voir grandir, avoir des enfants, s'attacher aux enfants et recommencer. Ah, et j'aime l'Irlande aussi (kif-kif avec l’Écosse, pour vous donner un ordre d'idée). Du coup, en lisant le résumé, j'étais joie, bonheur et allégresse.
Comme ça, mais avec un nez
Alors, ce bouquin a-t-il tenu ses promesses ?
Je vais vous dire, mes amis, en grande partie, oui ! 
Du coup, on va commencer par le seul point noir de ma lecture. Point noir étant un grand mot. C'est court. Et en grande adoratrice des pavés, j'aurais aimé que l'auteure s'étende davantage. C'est court et c'est dommage parce que certaines révélations, actions, sentiments, évènements arrivent trop vite, sans qu'on ait le temps de s'imprégner ou qu'on puisse en prendre la pleine mesure. J'aurais voulu comprendre les relations entre les personnages davantage avant les éléments perturbateurs. 
Maintenant que le pire est dit, passons au reste. 
Eileen, l'héroïne, a 15 ans. Eileen est une fille de fermiers et sa famille va prendre de plein fouet la famine de 1945, la maladie et le politique menée en Irlande au cours de ces années-là. Vous n'aimez pas les drames,  les pertes et préférez les histoires où les petits oiseaux gazouillent ? Passez votre chemin. Eileen va en baver. Elle va devoir être courageuse, brave, dure. Elle va beaucoup grandir, parce qu'elle va beaucoup perdre. C'est une héroïne attachante, on la comprend, d'autant plus qu'elle reste humaine. Son but, c'est avant tout de protéger aux mieux sa vie et les siens. 
Alors, on ne va pas avoir affaire à l'héroïne classique qu'on voit souvent (en particulier en YA) qui va se rebeller contre un système injuste et mener tout une communauté à la victoire par la force de ses idées. On va simplement suivre une ado, qui a des valeurs mais n'est pas prête à tout sacrifier en leur nom. Au contraire, elle peut s'avouer vaincue. Elle veut pouvoir continuer à se regarder dans une glace - on va d'ailleurs beaucoup parler de la fierté des Irlandais - mais elle veut surtout vivre. Et elle fera ce qu'il faut pour ça. 
 L'intrigue est très bien menée, même si comme je le disais, certaines choses auraient pu être creusées davantage. Comme dans toute bonne fresque familiale, complots, secrets et trahisons sont au rendez-vous. Si j'ai trouvé la fin un peu précipitée, je dois bien avouer que je me suis laissée embarquer avec une facilité déconcertante !
L'autre gros gros point positif, c'est la foultitude de choses que l'on apprend. En 1845, entre le joug toujours exercé par l'Angleterre, les famines, les rébellions et les morts, il faut bien avouer que ce n'est pas une période de faste pour l'Irlande. Personnellement, à part les grandes lignes, je ne connais pas grand-chose à l'histoire de ce pays et ce livre est l'occasion d'en apprendre beaucoup. On sent que l'auteure est extrêmement bien documentée, les notes de bas de page et de fin d'ouvrage nous en apprenant encore davantage que le récit en lui-même. Alors, évidemment, je ne retiendrai pas tous les nouveaux termes que j'ai pu lire, mais j'ai une vision beaucoup plus précise de l'Histoire de ce pays (qui a tout de même pas mal de points communs avec l’Écosse, d'ailleurs), ce qui fait d'ailleurs dire que les Anglais, c'était quand même pas mal des gros empaffés. 
Bien évidemment, je lirai la suite, en espérant retrouver les terres irlandaises, quand même, mais tout autant pour son héroïne attachante.
 
  • Une héroïne humaine et attachante
  • Un contexte historique passionnant et très bien documenté
  • Trahisons, secrets, drames = début de fresque familiale réussi

  • Trop court pour creuser = frustration !

6 commentaires:

  1. A tenter, le cadre de l'Irlande au 19e est déjà un bon début :).
    Bisous à toi et à plus sur nos blogs respectifs!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, et franchement, j'ai passé un très bon moment !

      Supprimer
  2. Oh ben ça me donne envie surtout que l'Irlande, ça fait quand même vachement rêver je trouve! Ce pays est tellement splendide!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est sûr ! Mes souvenirs commencent à dater, mais c'était un bonheur de retrouver l'ambiance et le folklore à travers ce roman !

      Supprimer
  3. Tu me donnes bien envie ! :p
    Dommage qu'il soit un peu trop court mais j'adore les histoires de famille et, en plus, l'historique est un genre que j'aime beaucoup :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une longue saga, et à mon avis, les tomes doivent s'enchaîner tout seuls !

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)