vendredi 10 février 2017

Le classique du mois : Jane Eyre

Jane Eyre de Charlotte Brontë

1ère publication : 1847

Archipoche, 2014, 631 p.

ebook gratuit 

traduit par Mme Le Bazeilles Souvestre

Classique




Enfant, j'avais lu une version abrégée qui m'avait assez marquée pour que je me rappelle cette lecture (j'en ai oublié un paquet), mais tout ça restait assez flou dans ma mémoire. Alors je me suis dit : diantre, il faudrait le (re)lire, et cette fois en version intégrale !
Me voilà donc accrochée à ma liseuse, et en avant les zamis.

Jane Eyre est pauvre, orpheline, pas très jolie. Pourtant, grâce à sa seule force de caractère, et sans faillir à ses principes, elle parviendra à faire sa place dans la société rigide de l'Angleterre victorienne et à trouver l'amour... Une héroïne qui surmonte les épreuves sans perdre foi en son avenir, une intrigue où se succèdent mystères et coups de théâtre, une passion amoureuse qui défie tous les obstacles : le plaisir de lire Jane Eyre est toujours aussi vif. Comme elle, on veut croire que rien n'est écrit d'avance et que la vie réserve des bonheurs imprévus.


Tout le monde a un tête la folle histoire d'amour entre une Jane Eyre pas très jolie et son boss, le fougueux Rochester. Histoire d'amour contrariée rapport que le monsieur, il a déjà une épouse. La pauvrette est un peu ravagée du cervelet, et enfermée dans une des chambres du manoir (d'ailleurs, c'est assez amusant, parce que gros gros parallèle avec Downton Abbey pour ceux qui regardent la série). 

Mais Jane Eyre, ce n'est vraiment pas qu'une histoire d'amour. C'est assez peu une histoire d'amour, dans le sens où on est loin de voir  la romance occuper le devant de la scène. De toute façon, pas d'étreintes passionnées, pas d'expansion outre mesure de sentiments : on est en Angleterre, et c'est le XIXème siècle, diantre !
Jane, notre héroïne, est plutôt atypique. Loin de représenter la perfection, notamment en terme de standards de beauté de l'époque. Comme quoi la diversité existe, même (surtout ?) dans les classiques ! Parce que, pas de chance, Jane n'est pas jolie. Et ce depuis sa plus tendre enfance (qui n'a pas eu grand-chose de tendre, soit dit en passant).
Élevée par une tante suite au décès de ses parents, elle ne tarde pas à être placée en pension où ça ne va pas être rose tous les jours. Elle y restera quelques années, passant finalement du statut de pensionnaire à celui de maîtresse. 
Sans le sou mais intelligente et déterminée, elle se risquera à quitter tout ce qu'elle connaît du monde pour obtenir un poste de gouvernante auprès de la petite Adèle, sur le domaine de Thornfield. Le maître des lieux, Rochester, est rarement présent et il est aussi sombre que cynique et mystérieux
Se fiant toujours à son sens moral, Jane va devoir évoluer dans ce monde inconnu qui s'ouvre à elle. 
Jane Eyre est un pavé, mais un de ceux qui se savourent. Des descriptions de la lande brumeuse aux réflexions des personnages en passant évidemment par la passion amoureuse, tout est bon (comme dans le cochon)
Mais ce qui est pour moi le gros point fort de ce livre, ce sont les personnages. On a parlé de Jane, forte, indépendante, volontaire et pleine de principes, mais les autres personnages ne sont pas en reste.
Non.
Rochester possède cette passion brûlante dans tout ce qu'il entreprend, mais c'est finalement le personnage qui possède le plus de défauts : brillant, oui, mais surtout exigeant, autoritaire. Loin d'être très vertueux, il est lunatique, moqueur et n'aime pas grand-monde. Puis lui non plus n'est pas beau, mais ce qu'il n'a pas de grâce il le compense en charisme et présence.
St John est également un personnage particulièrement intéressant. Droit, sûr de lui, il résiste à toutes les tentations. Inflexible, exigeant, dur, froid et parfois presque despotique, il demeure plein de bonnes intentions et est encore pire envers lui-même, donc on lui pardonne.
Bref, Jane va en baver, mais à force de droiture et de détermination, elle arrivera néanmoins à trouver une vie qui lui convient.
J'ai tout de même eu  parfois du mal avec le côté religieux et hyper moralisateur, mais malheureusement, difficile d'y couper dans les textes datant de cette période. J'aurais tout de même aimé qu'on voie davantage l'hypocrisie des grenouilles de bénitier qui sauvent les apparences davantage que leur âme. 
Je ne vous dirai pas si Rochester et Jane finiront ensemble.
 Z'avez qu'à lire le bouquin (ou aller vous faire spoiler sur à peu près n'importe quel site).
  • Les personnages : tous sont bien construits
  • Des héros plutôt atypiques et qui vont en baver
  • Chaque page se savoure
  • Très moralisateur par moments

16 commentaires:

  1. Haha pas mal avec les gifs DA ! ;) J'aime énormément cette histoire, je crois avoir tout vu en terme d'adaptation (sauf celles qui remontent avant les années 60-70) et le bouquin n'en parlons pas. Lu bien deux ou trois fois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, y a un siècle d'écart, mais ça passe, hein. Je crois que je n'ai pas vu beaucoup d'adaptations moi. Peut-être même aucune.

      Supprimer
  2. Je l'ai dans ma PAL. J'avais déjà bien envie de le lire mais ton article m'incite encore plus :).
    Bisous à toi et à plus sur nos blogs respectifs!

    RépondreSupprimer
  3. Aïe ce classique me tente déjà depuis un moment mais ta critique donne encore plus envie ! Je vais vite me le procurer et le dévorer à mon avis (c'est ta faute ça !)

    RépondreSupprimer
  4. Je connais la fin (mais chut) Voilà en tout cas un billet qui donne envie de lire (et relire) ce classique.Après, on peut se lancer dans Jasper Fforde (premier volume) histoire de découvrir l'imagination de l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je n'ai pas lu Jasper Fforde, mais sa série est dans ma WL depuis un moment. J'espère la découvrir rapidement !

      Supprimer
    2. J'en ai quasiment tout lu! L'affaire Jane Eyre est le premier de la série, justement.
      Les soeurs Brontë méritent bien d'être lues, d'ailleurs.

      Supprimer
    3. Oui, j'en entends beaucoup de bien, et rien que la couverture du premier tome (celle avec le dodo) m'envoie du rêve en barres !

      Supprimer
  5. Un de mes livres préférés EVER <3 !! Avec Orgueil et Préjugés, Nord et Sud, Autant en emporte le vent, je le classe dans les livres à lire de toute urgence <3 !
    (Et je plussoie l'avis de keisha : il faut absolument lire la série Thursday Next de Jasper Fforde !!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haaan, je sais ! Mais c'est pas bien de vouloir me faire craquer en période de travaux !

      Supprimer
  6. Merci de ta visite sur le blog :)
    Jane Eyre fait parti des livres que j'ai envie de lire, de ces classiques anglais qu'il me tarde de découvrir. Une belle chronique qui pourrait hâter ma lecture!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, je l'ai découvert par hasard, mais avec plaisir !
      Et pour le coup, c'est un classique qui vaut le détour, je ne peux que le conseiller !

      Supprimer
  7. Jane Eyre c'est l'un de mes romans préférés dans le genre gothique. Puis il y a toute une ambiance et je suis drôlement attachée à Jane qui en a bavé et pourtant elle reste intègre, sûre d'elle, indépendante. C'est l'un de mes personnages de littérature préférés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'elle est très attachanbte malgré son côté plutôt froid. De toute façon, j'aime beaucoup les autrices anglaises de cette période, je ne saurais dire quels romans sont mes préférés ^^

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)