dimanche 26 mars 2017

Lazy Sunday #57 avec No Home


Je ne sais pas vous, mais moi, le dimanche, j'ai souvent un peu la flemme d'écrire une jolie chronique. Ou même une moche
Lazy Sunday (j'ai hésité avec "Dimanche de feignasse", mais ça faisait moins cosy et plus loque humaine, donc je me suis rabattue sur la version anglophone du machin) sert à vous présenter rapidement ma lecture en cours (ou celle que je viens de finir), et à vous teaser en vous mettant quelques phrases tirées d'une page au hasard.

  

No Home de Yaa Gyasi
Calmann-Lévy, 2017, 450 p.
Historique








Le résumé me tentait bien, et après avoir vu la chronique hyper enthousiaste de BettieRose, je me suis dit que ce livre allait ma plaire. Une petite demande via NetGalley, et c'était plié !

De deux jeunes femmes qui sont aussi demi-sœurs, Effia et Esi, nées au Ghana au XVIII siècle. L'une va épouser un Anglais, et l'autre va être vendue comme esclave. Nous allons les suivre, puis suivre leurs descendants. Et j'ai l'impression de vendre tout ça super mal !

Elle avait entendu les anglais les appeler "filles", pas épouses. "Épouse" était un mot réservé aux femmes blanches de l'autre côté de l'Atlantique. "Fille" était quelque chose de totalement différent, un mot que les soldats utilisaient pour garder les mains propres et ne pas avoir d'ennuis avec leur dieu, un être qui lui-même était composé de trois parties mais n'autorisait les hommes à n'épouser qu'une seule femme.

6 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas mais la couverture est vraiment belle ! Je te souhaite une bonne lecture :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avoue, j'avais flashé d'abord pour la couverture !

      Supprimer
  2. bonne lecture à toi et bon dimanche

    RépondreSupprimer
  3. Intriguant! Bonne semaine et bonne lecture :)

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)