mercredi 19 avril 2017

Chronique : Là où tu iras j'irai

Merci à Mazarine et NetGalley

Là où tu iras j'irai de Marie Vareille

Mazarine, 2017, 358 p.

Chick-lit, Feel good, Contemporain

Isabelle rêve d'une vie d'actrice mais mène une vie lambda. Un jour, fauchée, elle accepte pour travail de séduire un jeune veuf sur le point de se remarier. Elle doit alors partir en Italie et se faire passer pour la nourrice de la famille riche famille des Kozlowski. Ce qu'elle n'avait pas prévu, c'est que les enfants lui en font voir de toutes les couleurs.

J'ai dans ma PAL depuis un petit moment déjà un autre roman de l'autrice Je peux très bien me passer de toi. J'étais moins convaincue par le titre de celui-ci, rapport que je préfère de loin la Mano Negra à sieur Goldman, mais les circonstances ont fait que j'ai sorti celui-ci en premier.
Et c'est une excellente surprise. De celles qui donnent le sourire (voire qui te font te marrer comme une baleine), qui se lisent vite et qui n'oublient pas d'aborder des thèmes intéressants, le tout sans succomber à toutes les grosses ficelles du genre !
Pourtant, j'ai eu un poil peur au début. On rencontre une jeune trentenaire (OUI, ON EST JEUNE À 30 ANS !!!) (hem, pardon) qui a des amis funky, un chihuahua nommé Woody-Allen (on ne juge pas) et un dulciné sympa, drôle et sexy. Bon, là où ça se corse, c'est sa vie professionnelle, vu que sa vocation c'est plutôt actrice ratée.
Puis, pas de chance, c'est la rupture, et je sens gros comme une maison le truc venir qu'elle va s'envoyer le séduisant producteur veuf qu'elle est payée pour séduire (j'insiste : elle est actrice ratée, on a les rôles qu'on peut) afin qu'il ne se marie avec une prof de bonheur hippie.
Ben c'est là que l'autrice dépote : si elle ne détruit pas tous les codes du genre à cheval entre romcom, chick lit et feel good, elle ne les respecte pas à la lettre non plus. Parce qu'évidemment, on s'attend à des péripéties aussi hasardeuses que rocambolesques, et oui, elles vont arriver. Mais pas du tout pour nous amener là où on l'aurait pensé. Marie Vareille est une rebelle, et j'aime ça !
Et elle ne nous propose pas que du rebondissement réjouissant en veux-tu en voilà, on va aussi avoir droit à (c'est dans le désordre) des moments d'émotion, des moments de prends-toi-la-vérité-dans-les-dents, des disputes qui ne finissent pas loin du fratricide, une vision des réseaux sociaux positive (pour une fois !), une relation avec un petit bout très touchant, la notion de deuil dans ce qu'elle a de plus large, et (ce qui explique le choix des gifs) l'apologie d'Harry Potter. Qu'on peut découvrir et adorer à tout âge. 
Sans rire, retrouver une de ses sagas préférées dans un bouquin, c'est une truc que j'adore. Inception de la littérature, tavu. 
Et pour ne rien enlever, le ton de l'autrice est top. Et je suis en pâmoison (pas moins) devant ses choix de métaphores et de comparaisons. C'est vraiment drôle. Pas comme parfois quand on sent que l'auteur veut que tu ries, là, maintenant, à ce moment précis. C'est juste cohérent avec le caractère de la narratrice et le style du bouquin. Et ça marche. 
Petit point bonus également : des adolescentes sont présentes et une fois n'est pas coutume, elles parlent comme des ados, vivent comme des ados. Alors on peut déplorer une certaine avalanche de gros mots lors des disputes (j'aime pas trop ça, mais c'est cohérent), mais en tout cas, on n'a pas l'impression de voir des adultes miniatures. Et même si les ados sont souvent casse-noisettes tel l'opéra (désolée pour ceux qui sont à cet âge-là, mais rassurez-vous, je n'ai toujours pas décidé d'être adulte), ça sonne aussi très juste !
Au final, c'est donc une excellente lecture que je vous recommande vivement si vous avez envie de quelque chose de drôle et plutôt léger, sans pour autant débrancher votre cerveau, parce que sinon, on meurt.

  • Renouvellement des codes du genre
  • Personnages attachants et cohérents
  • Thèmes abordés
  • Humour

  • Petite frayeur au début
  • Gros mots (j'aime pas, mais c'est très personnel)

12 commentaires:

  1. j'ai dans ma PAL "Je peux très bien me passer de toi" de cette auteure !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, et du coup, je suis très curieuse de l'en sortir !

      Supprimer
  2. Hahaha excellent, on a eu la même frayeur au début ! Elle est fortiche, Marie Vareille :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair ! Ça la vraiment fait sourire quand j'ai lu ta chronique.

      Supprimer
  3. Je passe toujours d'excellents moments avec Marie Vareille. Elle a du punch, de l'humour et cela se sent dans son écriture. J'ai adoré cette lecture aussi qui se lit rapidement, qui fait du bien et qui nous donne envie de partir en Italie à l'aventure! Je ne peux que te conseiller de lire les autres romans de l'auteure :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça ! Un autre m'attend dans ma PAL, et j'avoue que j'ai très envie de découvrir Elia passeuse d'âme aussi

      Supprimer
  4. Ce livre me semble génial ! En plus, Marie Vareille est une auteure que j'ai bien envie de découvrir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plein de fraîcheur et de bonne humeur, et elle a un sens de la métaphore à te faire rire tout seul devant ton livre !

      Supprimer
  5. Dans un sens, je suis tenté par cette histoire (un peu) mais je me rends compte que j'apprécie de moins en moins la chick-litt alors j'hésite :-/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas, ça sort quand même pas mal des sentiers battus

      Supprimer
  6. C'est une auteure qui m'interpelait, mais je n'avais pas osé me lancer dans la lecture d'un de ses romans. Après ta chronique, je suis convaincue!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas pour les autres, mais celui-ci était un régal !

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)