samedi 22 avril 2017

Chronique : On s'est juste embrassés

On s'est juste embrassés d'Isabelle Pandazolpoulos

Gallimard, coll. Scripto, 2009, 158 p.

Jeunesse, Drame, Contemporaine

" - J'ai pas couché avec Walid, je l'ai juste embrassé... Une fois, une seule fois! C'est ça, la vérité! Plus je criais, plus elle souriait. -Mais on s'en fout de la vérité, ça compte pas la vérité... Tu comprends pas ça? Je l'ai regardée un long moment et puis j'ai murmuré: - Non, je comprends pas... Je n'avais plus envie de crier, même plus envie de pleurer, je me sentais juste d'une tristesse à mourir. "

Un roman bouleversant. Un auteur à découvrir. Un concentré d'émotion à savourer d'une traite.

J'ai acheté ce bouquin car il était dans la WL d'une personne pour un swap. Et j'avoue que j'ai été très intriguée, je me suis donc dépêchée de le lire. Vu sa taille, c'était carrément jouable.
On va donc rencontrer Aïcha, 15 ans, dont le père s'est carapaté 7 ans plus tôt et que sa mère élève seule. Pas de famille autre, rapport que la mère n'entretient plus de rapport avec la sienne. Elles vivent toutes les deux dans une cité, faute de mieux, et même si sa mère préfèrerait qu'elle n'en fréquente pas les habitants, Aïcha a une BFF de l'infini : Sabrina. Et Sabrina a un grand frère dont Aïcha est secrètement amoureuse.
Du coup, le soir où il l'embrasse, c'est joie, bonheur et allégresse dans son cœur. 
Sauf que. Je sais pas si vous voyez, mais la couverture a franchement rien de jouasse. Il se trouve que Walid, le type en question, est plutôt du genre macho-salaud-blaireau. On va donc rapidement assister à la propagation d'une rumeur qui n'a plus grand-chose à voir avec le fait de départ puisqu'elle va se faire traiter de tous les noms pour avoir couché avec lui. Rappel de base : même si elle l'avait fait, c'est son droit le plus strict, et ce serait plutôt la réaction du jeune homme qui serait à blâmer.
On est donc parti pour du slut-shaming en bonne et due forme.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'autrice en fait un truc facile à lire. Une plume de fifou, je ne vous dis que ça. Le sujet est ciselé, extrêmement bien abordé. Parce que c'est super facile de dire "le harcèlement, c'est mal" ou '"tu fais ce que tu veux de ton corps". C'est vrai, mais c'est facile. Qu'est-ce qu'on peut faire quand on se retrouve dans la même situation qu'Aïcha ? Très honnêtement, je me pose encore la question, et je ne suis pas pressée que ma fille arrive à cet âge délicat (et j'espère très fort que les mentalités auront un peu évolué d'ici 32 ans qu'elle passe à l'acte) (non, je déconne, j'espère qu'elle aura une vie sexuelle épanouie). Bref, ça donne pas mal matière à réflexion.
En ce qui concerne Aïcha, c'est pas compliqué : puisqu'elle traverse une passe qu'on pourrait qualifier de pleine de caca, il va lui arriver une catastrophe sur le coin du nez. 
Et une pire, qui fait que finalement, c'est bien moins important que toute la cité crache sur son passage.
Tout ça va l'amener à aller chercher du soutien, ou au moins des réponses. Et ceux qui sont censés nous les apporter, c'est notre famille.
Tous ces évènements conduisent donc l'ado dans une quête identitaire, pour comprendre pourquoi sa mère s'est coupée de sa famille, et surtout comprendre qui elle est.
Si j'ai préféré la première partie, la deuxième est loin d'être dénuée d'intérêt, et surtout, autant me répéter, la plume d'Isabelle Pandazopoulos est exquise ! Ca sonne juste, c'est beau, et on n'a pas l'impression d'être dans un mauvais téléfilm de M6 du dimanche après-midi qui montre comment c'est trop dur la vie.
Si ce genre de récit est votre came, je vous le recommande clairement !

  • La plume de l'autrice
  • Les thèmes abordés
  • Le personnage d'Aïcha

  • Parfois un peu évident
  • Une deuxième partie moins intéressante

8 commentaires:

  1. Il faudrait que j'y jette un œil, je suis curieuse de voir ce que ça peut donner...

    RépondreSupprimer
  2. Ce que tu en dis me plait beaucoup : je vais me le noter dans ma WL...

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi pas ? C'est toujours bon de rappeler les bases... Et je te vole le gif de "What's the boy word for slut" ^^

    RépondreSupprimer
  4. Pour le sujet et pour les compliments que tu fais à sa plume je dis 1000 fois oui!

    RépondreSupprimer
  5. Ce n’est pas mon genre de lecture habituel mais tu en parles bien et tu m'as donné envie, donc pourquoi pas :)

    RépondreSupprimer
  6. Je ne connaissais pas du tout ce livre mais pourquoi pas. Merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
  7. Moi je dis pourquoi pas ! Mervi pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
  8. Je ne connaissais pas du tout mais tu me donnes bien envie de découvrir cette histoire :)

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)