vendredi 7 juillet 2017

Chronique : Aeternia, tome 2 - L'envers du monde

Aeternia, tome 2 - L'envers du monde de Gabriel Katz

poche : Pocket, 2016, 448 p.

grand format : Scrineo, 2015, 390 p.

Fantasy

C’est l’heure du duel décisif entre les deux camps qui s’entredéchirent pour la cité mère de Kyrenia. Deux champions vont s’affronter sur le sable de l’arène, un combat qui peut faire basculer le destin d’un peuple entier. Mais quelques heures à peine avant le coup de gong, le culte du Prophète a perdu son champion. Qui affrontera le Corbeau, redoutable gladiateur du Temple ?

Déchirée par les luttes de pouvoir, la plus grande cité du monde est au bord de la guerre civile. Le culte millénaire de la Grand déesse, menacé par celui d’Ochin qui se répand comme un raz-de-marée, n’a plus qu’un recours : la violence. Entre complots, combats et trahisons, chacun lutte pour sauver sa place et parfois sa vie…

J'annonce, je vais spoiler outrageusement la fin du premier tome, rapport que c'est un peu super important dans l'intrigue de ce second tome, si vous n'avez pas lu le 1, je vous encourage donc à découvrir ma chronique pour venir avec moi vous baigner dans l'univers sombre, violent, malsain et plein de termes du genre du merveilleux Gabriel Katz.
Si vous avez lu le premier, vous pouvez continuer sans problème votre lecture, rapport que je suis mignonne et que je ne spoile jamais sans avertissement.
À la fin du premier, j'étais littéralement sur le popotin. Je pense avoir fait une petite attaque cérébrale. Puis je me suis dit "naaaaaan, j'ai mal compris" et j'ai relu les 3 dernières pages. Le dernier chapitre. Bah j'avais bien compris. Après, j'ai eu quelques stéréotypies du genre balancements et compagnie, en répétant d'un air mi-horrifié mi-absent "il a pas fait ça, il a pas fait ça". Et j'ai potentiellement maudit l'auteur sur 4 générations (heureusement pour lui, mes talents de vaudou sont nuls).
J'ai donc plongé dans cette histoire avec autant d'appréhension (pression de la claque du premier tome) que de délectation. L'univers est toujours aussi sombre malsain, glauque et violent. Sûrement même plus.
Et le fier, drôle et funky Desmeon que l'on retrouve commence à se dévoiler lui aussi. Heureusement qu'il est là pour apporter de l'humour avec son arrogance insolente, d'ailleurs. Ce n'est cependant pas sa seule utilité puisqu'on va rapidement lui découvrir des failles et une histoire bien plus mystérieuses et torturées que ce que l'on aurait pu imaginer au premier abord.
Les deux clans, les deux religions s'affrontent et l'alternance des points de vue entre partisans de chacun des côtés nous montre le pire. Ca tue, ça saigne, ça manipule et ça ment sans vergogne des deux côtés. Pas de gentils contre les méchants, tous pourris partout, comme on commençait à s'en rendre compte dans le premier tome. Et notre mercenaire est enfoncé jusqu'au cou dans cet imbroglio. Sauf qu'il va découvrir des choses qu'il aurait peut-être préféré ne pas savoir, comme quoi, toute vérité n'est pas bonne à dire. 
Nope. Mauvaise idée. Tu l'aurais su si tu avais lu Aeternia.
Une nouvelle fois, l'auteur nous réserve des surprises jusqu'à la dernière page. M'étant un peu familiarisée avec son style, je m'attendais bien à un coup pendable du genre, mais tout de même, WOW. 
En-dehors de l'action, des rebondissements et des péripéties très bien amenées (une chose est claire, on ne peut pas reprocher au roman de manquer de rythme), on va aussi avoir un peu de grain à moudre. Les questions de morale, d'éthique, de foi, de justice, de conscience vont être abordées. Quand faut-il sauver sa peau, et peut-on encore se regarder en face une fois qu'on l'a fait ? Est-on complice si on veut juste survivre ? Est-ce que le courage n'est pas une valeur un peu surestimée ?
Leth Marek n'avait pas été épargné dans le premier tome, Desmeon ne le sera pas ici non plus, tant physiquement que psychologiquement. Entre trahisons, dilemmes et blessures, il n'y a pas à dire, Gabriel Katz sait torturer ses personnages (et ses lecteurs avec).
Je conseille 1000 fois cette duologie : si vous aimez les univers sombres où rien n'est manichéen, elle est facile d'accès pour de la fantasy et vous aurez en sus droit à quelques traits d'humour bien sentis (et très très noirs).
De mon côté, je vais me tourner vers les autres romans de l'auteur avec plaisir !
  • Le rythme de l'intrigue
  • Des révélations jusqu'à la toute fin
  • Desmeon, pour l'ensemble de son oeuvre
  • L'humour

  • C'est sombre, très sombre, et souvent glauque, donc pas à mettre entre toutes les mains


Du même auteur
http://delaplumeauclic.blogspot.fr/2016/03/chronique-aeternia-1-la-marche-du.html
Aeternia, tome 1 - La marche du prophète

9 commentaires:

  1. J'ai adoré cette duologie, un gros coup de coeur. Et je me réjouis d'avoir Le Puits des mémoires dans ma PAL :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut vraiment que je me procure d'autres livres de l'auteur, j'ai adoré sa plume et son humour !

      Supprimer
  2. Ce n'est pas les livres qui me tente le plus, j'avoue... Je les garde dans un coin pour quand ma PAL sera plus basse :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas à les sortir quand tu auras envie de ce genre, parce qu'ils valent vraiment le détour !

      Supprimer
  3. Malheureusement je n'ai pas du tout accroché au tome 1 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ? Je suis curieuse : qu'est-ce qui ne t'a pas plu ?

      Supprimer
  4. Au début, cette duologie ne me tentait pas plus que ça mais maintenant, j'ai bien envie de le découvrir ainsi que Gabriel Katz :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne regrette pas les lectures en tout cas, loin de là !

      Supprimer
  5. J'avais beaucoup apprécié le premier tome donc j'ai hâte de lire le second. J'ai très envie de retrouver les personnages et leurs machinations, surtout Desmeon que j'ai aimé tout particulièrement !

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)