dimanche 20 août 2017

Lazy Sunday #71 avec Les petites reines

Je ne sais pas vous, mais moi, le dimanche, j'ai souvent un peu la flemme d'écrire une jolie chronique. Ou même une moche
Lazy Sunday (j'ai hésité avec "Dimanche de feignasse", mais ça faisait moins cosy et plus loque humaine, donc je me suis rabattue sur la version anglophone du machin) sert à vous présenter rapidement ma lecture en cours (ou celle que je viens de finir), et à vous teaser en vous mettant quelques phrases tirées d'une page au hasard.

 

Les petites reines de Clémentine Beauvais
Audiolib, 2017, lu par Rachel Arditi
Sarbacane, 2015, 270 p.
Contemporaine, Jeunesse

Parce que j'aime Clémentine Beauvais et sa plume (enfin, surtout sa plume, je ne la connais pas la dame, hein) d'amouuuuuur. Parce que tout le monde en parle en bien. Parce que ça semblait causer avec beaucoup d'humour de sujets importants. Parce que j'aime Clémentine Beauvais et sa plume d'amouuuur. Oui, je l'ai déjà dit, mais ça me semblait important de le répéter.

De trois jeunes demoiselles en collège / lycée qui ont été élues avec beaucoup de classe Boudins d'or, d'argent et de bronze. Mireille, notre héroïne, est pleine d'humour et tente de réconforter ses deux collègues de boudins. Quoi de mieux pour ça qu'un petit périple à travers la France ? C'est parti, les 3 ados iront à Paris gate-crasher la soirée de l’Élysée du 14 juillet. À bicyclette.

Le féminisme, chère Hakima, c'est l'idée qu'on ne naît pas femme, on le devient. Et que c'est un peu la merde de le devenir dans un monde où les mecs en sont encore à faire des concours de Boudins.

3 commentaires:

Laissez une petite trace de votre passage :)