samedi 16 septembre 2017

Les femelles

Les femelles de Joyce Carol Oates

GF : Philippe Rey, 2007, 281 p.

poche : Points, 2010, 331 p.

Nouvelles, Contemporaine

Petite fille jalouse, prostituée précoce, vierge effarouchée, bourgeoise en mal de sexe ou infirmière dévouée, elles ont six, onze, vingt, trente-cinq ans et, à première vue, paraissent inoffensives. A ceci près qu'il vaut mieux ne pas laisser traîner un revolver, un couteau ou une seringue à leur portée. Car ce sont des tueuses, les (anti) héroïnes de ces neuf nouvelles dérangeantes, que Oates met en scène avec un sadisme d'une sournoise sobriété. Une savante économie de moyens qui explique sans doute la montée de tension que le lecteur ressent à chacune de ces pages où l'horreur s'installe tranquillement...

Je ne suis pas fan du format nouvelle. Ce n'est pas nouveau, mais je fais régulièrement des tentatives, histoire de voir si j'évolue ou pas. Bon, bah j'évolue pas des masses, hein, inutile de vous mentir.
Je m'étais dit qu'en prenant une autrice que j'aimais a priori plutôt bien ne serait-ce que pour les thèmes abordés, je devrais m'en sortir honorablement.
Parce que mon gros problème avec les nouvelles, c'est que d'habitude, j'aime plutôt asse les pavés. J'aime qu'on prenne le temps de développer des personnages, de construire leur univers, leurs motivations, leur vie. J'aime que l'auteur m'explique tout ça, et qu'il prenne le temps histoire de bien m'immerger dans l'histoire.

Clairement, ce n'est pas possible dans une nouvelle, ou c'est hyper rare en tout cas.
Je vais ici donner mon ressenti général pour une chronique qui sera du coup assez courte, mais je n'ai franchement pas envie de m'étendre sur chaque histoire, parce que le problème avec les nouvelles, c'est qu'il y en a toujours des vachement moins bien qui nous marquent moins. Et aussi parce que j'en ai très certainement déjà oublié quelques-unes.
J'ai donc eu sans surprise un goût de trop peu. Certaines histoires sont vraiment marquantes et restent en tête, mais non seulement le format ne me convient pas des masses, mais en plus certaines s'arrêtent vraiment subitement. Presque au milieu d'une action. Alors je me suis retrouvée à pester un paquet de fois, sans mentir. Parce que j'aurais voulu savoir ce qui allait arriver à certaines des héroïnes, ou comprendre pourquoi-comment elles en étaient arrivées là.
Oui, parce que tous les personnages principaux sont des femmes, comme le titre l'indique. Mais on est très très très très très très très loin des princesses de contes de fées. Non. Là, c'est sinistre, violent, glauque, malsain, il y a une ambiance très sombre, et plus les héroïnes sont jeunes, pire c'est. Les filles et les femmes sont sexualisées, objectivées, meurtries, infantilisées et bien évidemment rabaissées. Il n'y a tout simplement pas une seule image de femme heureuse et épanouie. Oui, bon, vous aurez compris, ce n'est pas très gai. Et il n'y a pas masse happy ends.
Mais là où c'est intéressant et où toutes ces nouvelles se révèlent finalement assez féministes, c'est que chaque femme dans chaque nouvelle arrive à certaines extrémités parce qu'elle y est poussée. Pas par son sexe, mais du fait de son sexe. Et que c'est bien souvent par des hommes que les situations dramatiques / violentes / horribles arrivent au final.
Et là où l'autrice est merveilleuse, c'est qu'il n'y a jamais de pathos, de mélo pour qu'on s'apitoie sur leur sort (d'ailleurs, certaines sont assez flippantes et pas du tout attachantes). Les faits sont relatés parfois presque cliniquement pour donner plus de portée à son propos.
C'est assez brillant, je trouve.
Mais bon, je l'ai assez dit, le format ne me plaît vraiment pas. Par contre, si vous aimez les nouvelles, je suis persuadée que vous serez séduit.e.s !
  • On découvre davantage les personnages
  • Abrahel
  • Découverte d'une nouvelle partie de l'univers
  • Personnages imparfaits
  • La dernière partie
  • Quelques longueurs
  • Une fin qui va un peu vite 

10 commentaires:

  1. Nine <3 !
    Sinon je serais curieuse de voir ce que ça donne, je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu aimes bien les nouvelles, ça peut carrément le faire.

      Supprimer
  2. J'ai aussi souvent du mal avec les nouvelles, même si j'ai eu quelques bonnes expériences avec le genre ces dernières années. Malgré les défauts soulevés et le risque de ne pas accrocher au format (surtout quand ça coupe en plein milieu de l'action... quelle frustration!) je le note parce que le sujet m'interpelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu ne connais pas l'autrice, je te conseillerais plutôt un de ses romans, parce que c'est quand même un de ses sujets de prédilection.

      Supprimer
  3. J'aime bien cette autrice et le thème abordé me tente pas mal. Merci pour cette découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ! J'espère que ça te plaira, alors.

      Supprimer
  4. J'ai aussi un peu de mal avec les nouvelles, comme toi, je trouve parfois un gout de trop peu :/
    Je ne sais pas si j'aimerai parce que je suis pas trop fan des histoires glauques /malsaines (Plouf petite nature)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah, oui, si tu n'aimes pas ni les nouvelles ni les ambiances pas joyeuses-joyeuses, je ne pense pas que ce soit pour toi !

      Supprimer
  5. Personnellement, j'aime bien les nouvelles mais je ne sais pas si ce recueil pourrait vraiment me plaire même si il y a un côté intrigant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si les thèmes abordés te tentent, ça peut le faire, mais c'est vrai que si ce n'est pas trop ton truc, ça risque de coincer.

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)