mercredi 8 novembre 2017

Fendre l'armure

Lu en partenariat avec Audiolib

Fendre l'armure d'Anna Gavalda

Audio : Audiolib, 2017, 302 mn, 

Lu par Rachel Arditi, Grégori Baquet, Stéphane Boucher, Chloé Lambert

Grand Format : Le Dilettante, 2017, 288 p.

Nouvelles, Contemporaine

On me demande d'écrire quelques mots pour présenter mon nouveau livre aux libraires et aux critiques et, comme à chaque fois, ce sont ces quelques mots qui sont les plus difficiles à trouver. Je pourrais dire que c'est un recueil de nouvelles, que ce sont des histoires, qu'il y en a sept en tout et qu'elles commencent toutes à la première personne du singulier mais je ne le vois pas ainsi. Pour moi, ce ne sont pas des histoires et encore moins des personnages, ce sont des gens.
De vrais gens. Pardon, de vraies gens. C'est une faute que j'avais laissée dans mon manuscrit, "la vraie vie des vrais gens", avant que Camille Cazaubon, la fée du Dilettante, ne me corrige : l'adjectif placé immédiatement avant ce nom se met au féminin. Quelles gens ? Certaines gens. De bonnes gens. Cette règle apprise, je suis allée rechercher tous mes "gens" pour vérifier que tous s'accordaient bien et j'ai réalisé que c'était l'un des mots qui comptait le plus grand nombre d'occurrences.
Il y a beaucoup de "gens" dans ce nouveau livre qui ne parle que de solitude. Il y a Ludmila, il y a Paul, il y a Jean (!) et les autres n'ont pas de nom. Ils disent simplement "je". Presque tous parlent dans la nuit, pendant la nuit, et à un moment de leur vie où ils ne différencient plus très bien la nuit du jour justement. Ils parlent pour essayer d'y voir clair, ils se dévoilent, ils se confient, ils fendent l'armure.
Tous n'y parviennent pas mais de les regarder essayer, déjà, cela m'a émue. C'est prétentieux de parler de ses propres personnages en avouant qu'ils vous ont émue mais je vous le répète : pour moi ce sont pas des personnages, ce sont des gens, de réelles gens, de nouvelles gens et c'est eux que je vous confie aujourd'hui.
Si vous passez ici de temps en temps, vous le savez peut-être : je ne suis pas une grande amatrice de nouvelles. J'aime les pavés, j'aime les récits qui s'étendent, qui s'étirent, qui prennent le temps de se développer. 
Fendre l'armure m'a fait réviser ma position. Est-ce que le format audio m'a aidée à m'immerger plus vite ? Possible. Mais je pense que c'est surtout la plume d'Anna Gavalda, son talent pour nous faire ressentir des émotions en peu de mots qui m'ont convaincue. 
Je n'ai pas envie de parler de chaque nouvelle une par une, mais plutôt de vous donner un avis global. L'autrice le dit très bien sur la 4ème de couverture : on va rencontrer des gens. Et comme le livre porte bien son nom, on va voir ces gens fendre l'armure. Démanteler leur carapace. Se mettre à nu. Être vrais. S'éloigner des mensonges et du paraître, de ce qu'ils laissent voir au monde d'habitude. 

Inutile de préciser que certaines de ces histoires sont extrêmement émouvantes. Ce n'est pas pratique d'avoir la larme à l’œil quand on conduit (lire en conduisant, ça c'est un gain de temps indéniable !), mais ça m'est arrivé. J'ai encore un souvenir ému pour l'histoire de Jean - Jeannot - et de son chien, probablement ma nouvelle préférée de tout le recueil.
Là où l'autrice est vraiment très forte, c'est qu'elle ne se disperse pas. On va avoir droit à une tranche de vie d'un personnage, pas plus, pas moins. On parle d'un personnage, ceux qui l'entoure ne sont pas là pour être dépeints en long, en large et en travers mais pour servir un propos, un but. Leur raison d'être dans cette nouvelle, c'est d'apporter au personnage principal une information, de lui procurer une émotion, bref, d'accompagner cette mise à nu, de la provoquer.
Et là où l'autrice est doublement forte, c'est qu'on n'a pas l'impression d'assister à une liste de faire-valoir quand on rencontre ces personnages secondaires. Non, ils sont traités brièvement, mais avec la même sensibilité, simplement comme si ce n'était pas eux qui étaient sous la lentille du microscope, comme si ce n'était pas à leur tour de "briller".

Mais le gros point positif de ce recueil, c'est bien sûr la plume de l'autrice. Si vous avez aimé ses romans ou ses précédents recueils, vous aimerez celui-ci. Elle est délicate mais précise et son talent pour dresser le portrait de personnages, pour dépeindre des émotions, ne s'amoindrit pas avec le temps, bien au contraire.
Alors évidemment, je suis toujours frustrée de la taille d'une nouvelle, bien sûr que j'en veux quand même plus au final, surtout que certains personnages auraient fait merveille dans un roman, qu'ils sont tous attachants à leur façon et qu'on s'inquiète pour leur avenir. Mais quand même, c'était une jolie lecture, douce, poétique, émouvante et parfois puissante.


  • Chaque personnage est attachant
  • Chacun est hyper travaillé
  • Justesse des émotions
  • Le style de l'autrice
  • Frustration à la fin

6 commentaires:

  1. Jolie chronique ^_^
    Je n'ai jamais lu de roman de l'auteure même si j'en entends beaucoup parler depuis loongtemps ! Et ça fait tellement longtemps que je n'ai pas lu de nouvelles, que tu me donnes envie =D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve que ces romans valent vraiment le détour elle a une plume très poétique et très juste à la fois. Ces personnages ont toujours l'air hyper réel et je pense que c'est pour ça que je l'apprécie beaucoup.

      Supprimer
  2. Je n'ai toujours pas lu de livres d'Anna Gavalda et pourtant, j'ai quelques uns de ces livres dans ma PAL.
    Je ne connaissais pas fendre l'armure mais il a l'air sympa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu te laissera tenter surtout si tu en as dans ta pile à lire, parce que c'est vraiment une plume que j'ai plaisir à retrouver à chaque fois.

      Supprimer
  3. Tu parviens à susciter mon attention alors que je ne serai pas allée naturellement vers ce roman, merci! =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serais curieuse de voir ton avis si tu te laisse tenter !

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)