vendredi 17 novembre 2017

La petite boulangerie du bout du monde

La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan

Pocket, 2016, 494 p.

traduit par Etienne Menanteau, Francis Sirven et Eve Vila

Contemporaine, Feel-Good

Quand son mariage et son entreprise familiale font naufrage, Polly Waterford quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d'une île des Cornouailles. Elle s'installe seule dans un minuscule appartement situé au-dessus d'une boutique laissée à l'abandon. Pour se remonter le moral, elle se consacre à son plaisir favori : fabriquer du pain. Alors qu'il n'y a plus dans le village qu'une boulangère irascible au pain sans saveur, les arômes de levain qui s'échappent de chez elle attirent très vite la curiosité et la sympathie des habitants. Petit à petit, d'échanges de services en petits bonheurs partagés, elle ravive l'esprit d'entraide et de partage dans le village. Au fil des rencontres farfelues (un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands) et au gré des événements heureux ou tragiques qui touchent la communauté, ce qui ne devait être qu'un simple " break " devient l'entreprise de sa vie. Polly se révèle enfin à elle-même : une femme déterminée et créative, prête à mordre dans la vie comme dans une mie de pain chaude et croustillante. Un feel good book qui, sur fond de crise économique prône des valeurs de partage et d'entraide. Un ton bienveillant et drôle, pour une histoire romantique avec quelques accents mélancoliques qui ne tombe jamais dans la mièvrerie.
J'avais besoin d'une lecture doudou et j'avais beaucoup entendu parler de ce livre. Eh bien, je confirme : j'ai beaucoup aimé cette histoire qui met de bonne humeur, donne de l'espoir dans l'avenir et surtout... donne grave  la dalle. Genre vraiment.
Bon, avant d'avoir faim, on va quand même être face à un début un peu longuet qui va nous expliquer en long, en large et en travers la chute sociale de Polly. Une société qui s'écroule, un divorce qui pointe le bout de son nez, aucune perspective d'avenir. Du coup, Polly plaque tout et va louer un appartement miteux sur une île difficilement accessible et chercher du boulot depuis là-bas. Tout ça prend un nombre de pages assez conséquent, ce qui a un peu nui à mon entrain de début de lecture. Mais passons, parce que la suite est à la hauteur.

À travers Polly, l'autrice nous délivre en effet un joli message d'espoir : quand plus rien ne va, il faut se lancer, quitte à se ramasser. Et c'est vrai : Polly va finir par essayer de monter sa petite boulangerie, non sans efforts et sans embûches sur son chemin. Et son aspiration au bonheur pour laquelle elle se démène, son courage et sa foi en sa reconversion donnent vraiment de l'espoir (même si bon, on sait que dans la vraie vie, ce n'est malheureusement pas si simple).
Et puis, Polly est attachante. Elle est maladroite, elle se plante, ses réactions sont parfois un peu WTF...
... mais elle est drôle, pleine de bonne humeur et on a envie qu'elle se sente bien et qu'elle réussisse !
Alors bon, on ne va pas se mentir, mais on retombe quand même comme souvent dans le cliché du lieu complètement paumé où les gens sont teeeeeeellement gentils, et où tout le monde se connaît, et où il y a ce type bourru qui est en vrai un gros nounours, et cette vieille aigrie qui cache un passé si douloureux qu'on lui pardonne, etc. Mais ça aussi, ça fait partie du plaisir, parce qu'on a envie d'y aller et de vivre dans un endroit sans internet nous aussi (mais bon, pas trop longtemps, faut pas déconner).
Parce que cette petite île de pêcheurs qui se frotte aux tempêtes, de laquelle on ne peut parfois pas rejoindre le continent, elle a un quelque chose de magique sous la plume de Jenny Colgan. Et on sent bien que si on y allait, nous aussi, on trouverait comme une deuxième famille là-bas.
Et c'est vrai que c'est un peu cliché aussi ce côté "la vie citadine nous éloigne des choses vraies pour se complaire dans le paraître et le superficiel, alors que la vie à la campagne est si épanouissante et pleine de sens". Mais là encore, il est plus question de valeurs et de trajectoire personnelles. Parce que ça a été le cas de Polly, et bien évidemment, ça ne correspond pas aux souhaits et aux aspirations de tout le monde. En tout cas, j'ai apprécié cet espèce de retour à la simplicité, parce que le bonheur, ce n'est pas seulement posséder des choses, loin de là. Et c'est surtout ça que nous raconte ce livre.
Soyons clairs, tout de même, j'ai beaucoup moins apprécié la dernière partie qui s'éloigne trop du reste à mon goût, tant dans le temps que dans le ton. Cette fin avait un côté bisounours / happy end un peu forcé, alors que rester sur ce qui se passait juste avant m'aurait finalement très bien convenu.
Néanmoins, on ne peut pas nier que l'on passe par beaucoup d'émotions dans ce livre, de sourires, d'envie de manger du pain (évidemment !) et un super moment grâce à ce lieu qui nous donne envie d'emménager là-tout de suite-maintenant.
Et puis, bonus loin d'être anodin : les recettes diverses de pain en fin d'ouvrage qui m'ont donné une furieuse envie de les tester !

- Un récit qui met de bonne humeur
- L'espoir qui s'en dégage
- Des personnages attachants

- Une fin un brin trop niaise
- Quelques clichés, mais c'est le jeu

12 commentaires:

  1. J'aimerai beaucoup le lire celui-ci et pourtant, à chaque fois que je l'ai à portée de main : je passe à autre chose... La prochaine fois, sera la bonne ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas, si tu as besoin d'un bon livre doudou, tu peux foncer.

      Supprimer
  2. Haa et bah écoute, je note, quand j'aurais envie d'une lecture toute douce, je m'y mettrais !
    Dommage pour la fin, j'espère qu'elle ne me fera pas le même effet que toi ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arf, on verra, en tout cas si et quand tu le lis, je veux bien que tu viennes m'en parler voir si c'est moi qui suis complètement hermétique ou pas.

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas du tout mais je pense que je vais passer mon tour :/ Le début un peu long va sûrement me faire décrocher

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je comprends, après, tout dépend comment tu l'envisages. Vu qu'il s'agit quand même d'une histoire de reconstruction, le début est nécessaire même s'il est un peu long.

      Supprimer
  4. J'ai vraiment envie de découvrir ce roman depuis quelques temps, ton avis me pousse en cette direction encore plus! Merci ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette ! Curieuse d'avoir ton avis, donc.

      Supprimer
  5. Ce livre me tente depuis une éternité et il faudrait vraiment que je l'achète même si il y a quelques longueurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment le genre de livre qui fait du bien, j'espère que tu l'aimeras aussi !

      Supprimer
  6. J'avais déjà lu un avis similaire au tien sur ce bouquin. Ca m'avait ralentie le côté cliché mais finalement, si tu dis que ça passe bien, je peux tout de même tenter l'aventure de cette lecture...
    Par contre, pour le côté écart ville / campagne, je ne pensais pas dire ça mais, franchement, je l'ai constaté quand j'ai quitté la ville de Nantes. Là je fais tout à pied, je suis dans une assoc', j'entends les oiseaux, je vois des arbres, j'ai un appart' + grand (bon, aussi, parce que maintenant, on est 2), on respire mieux. Cliché bobo mais j'assume ^^

    RépondreSupprimer
  7. Il a l'air cool ce livre.Le parfait roman détente (malgré les clichés :) )^^

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)