mardi 23 janvier 2018

Ma grand-mère vous passe le bonjour


Ma grand-mère vous passe le bonjour de Fredrick Backman

France Loisirs, coll. Piment, 2016, 560 p.

Traduit par Laurence Mennerich

Contemporaine, Feel-good


Elsa est une enfant solitaire et sa seule amie est sa grand-mère. Mais un jour, la vieille dame meurt : la petite fille fera son deuil en allant transmettre des lettres que sa grand-mère avait écrites pour de nombreux destinataires : lettres d'excuses, de regret et d'amour. Elle comprend petit à petit que les contes qu'elle lui racontait s'inspiraient de personnages bien réels.

Si vous suivez mon blog depuis quasiment sa création, vous n'êtes pas sans savoir qu'enceinte et pleine d'hormones, j'avais passé une nuit blanche avec Ove. À pleurer (oui, tout de suite, vous vous faites des idées). Mais pas parce que c'était nul, ni même parce que c'était bourré de pathos. Non, juste parce que c'était émouvant, et tendre, et beau (et probablement aussi parce que j'étais enceinte et plein d'hormones, donc).
Bref, j'avoue que j'avais quand même quelques appréhensions à l'idée de découvrir un autre roman de l'auteur. Mais une relation privilégiée entre une grand-mère et sa petite-fille ? Des secrets ? Allez, banco !

Je ne vais pas tourner autour du pot, je n'ai pas ressenti la palette d'émotions que j'ai pu ressentir en lisant La vie selon Ove (mais sans vouloir radoter, je n'étais pas enceinte et pleine d'hormones lors de cette lecture, donc peut-être que ça joue !). Par contre, il est clair que c'est un récit plein de tendresse, d'humour, de bonne humeur et d'aventures plus ou moins fantastiques. Grâce à sa mamie extraordinaire, Elsa a eu la chance d'avoir une enfance incroyable de folies, malgré tous les mauvais moments qu'elle peut traverser. 
Et après sa mort (celle de la grand-mère, pas celle d'Elsa), on va se rendre compte que ce n'était pas seulement une mamie extra, mais une femme extra. Et même, que ça ne l'empêchait pas d'être pleine de défauts.
À travers les lettres posthumes disséminées par Mamie dans une dernière chasse au trésor, Elsa va la découvrir sous un nouveau jour, pas toujours à son avantage. Elle va aussi se rendre compte que derrière les contes créés à son attention, il y avait une grande part de vérité tangible, dans ce monde-ci. 
Beaucoup d'histoires dures vont être mise au jour, toutes émouvantes, et Elsa va non seulement commencer le long travail de deuil mais surtout grandir et comprendre que dans la vie, il n'y a pas que des super-héros et des ordures. 
Elle va découvrir par elle-même que la limite peut être assez floue et que parfois, on peut même passer d'un extrême à l'autre.
Alors, c'est parfois un peu long, mais c'est surtout parce qu'il va nous falloir du temps pour rencontrer tous les protagonistes qui ont été importants dans la vie de la mamie d'Elsa. Et aussi du temps pour aborder justement  les thématiques, souvent difficiles, qu'on va peu à peu découvrir.
Le harcèlement, les familles recomposées, les liens familiaux de manière générale, l'importance d'une carrière, la guerre, les violences, le handicap, les traumatismes divers et variés... Je ne vais pas faire une liste exhaustive, mais vous vous doutez bien qu'on ne peut pas nous balancer ça dans le nez en 3 lignes et demi. Et je vous promets que tout ça est bien traité. Si c'est  le cas, c'est d'ailleurs beaucoup grâce au support des contes du Pays Presqu'Eveillé que la grand-mère a créé pour Elsa. 
Grâce à cela, l'auteur peut se permettre de rester implicite par moments et de ne pas nous assommer de déprime du fait des épreuves difficiles que ses personnages ont pu subir. Et puis, une fois encore, il fait preuve de pas mal d'humour. La naïveté (et parfois l'extrême lucidité) de sa toute jeune héroïne l'y aide beaucoup, mais pas que. Les dialogues sont savoureux, les péripéties racontées d'un ton qui prête souvent à sourire.
N'empêche, ces personnages sont drôlement attachants. Même ceux qui sont casse-pieds. Même ceux qu'on adore détester. Tous finissent par révéler la faille, le défaut, ou au contraire, la qualité qui va les rendre terriblement humains. 
La fin est assez prévisible, mais peu importe : ce livre donne le sourire, émeut et redonne aussi un peu foi en l'humanité (et pour une cynique comme moi, c'est déjà un sacré tour de force). Et puis, honnêtement, on a aussi presque hâte d'avoir soi-même des petits-enfants pour pouvoir essayer de devenir une grand-mère aussi incroyable que celle-ci !

Ma lecture en un GIF : 



- Les thématiques abordées avec beaucoup de finesse
- Le côté onirique grâce aux contes de la grand-mère
- Les personnages tous touchants à leur manière
- L'humour 
- La palette d'émotions


Parfois un peu long, en particulier au début
- Peut rebuter du fait du côté quasi fantastique



Du même auteur :
La vie selon Ove

5 commentaires:

  1. Oh je le note celui-là ! Il a l'air vraiment pas mal !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connaissais pas du tout ce livre et même si je ne lis pas énormément de contemporains, il pourrait me plaire :)

    RépondreSupprimer
  3. Un livre qui redonne foi en l'humanité... il me le faut!

    RépondreSupprimer
  4. Tu attises ma curiosité avec ce roman alors... Je n'ai pas lu La vie selon Ove non plus donc, bon, j'ai de quoi faire quoi...

    RépondreSupprimer
  5. Je ne savais pas que l'auteure de La vie selon Ove était la même que celui-ci. Tu me tentes bien, aussi bien pour l'un que pour l'autre :)

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)