vendredi 9 mars 2018

Compte-rendu : Festival international des jeux - Cannes 2018

Hello !
Comme promis (il y a quasiment 2 semaines, mais tout de même), voici mon compte-rendu du Festival International des Jeux qui a eu lieu à Cannes fin février. Je vous l'annonce de suite : comme d'hab' lorsque je m'amuse bien, ben, je ne prends que très peu de photos (le fait que je n'ai plus de carte SD joue aussi...). L'article sera donc agrémenté de photos piquées sur l'Internet, et je mettrai les crédits, bien évidemment. Un merci particulier à Jief qui m'a permis d'utiliser ses photos à volonté (et sur le blog duquel vous pourrez retrouver un compte-rendu bien plus détaillé en plusieurs articles étou)

Comme nous sommes des petits joueurs (ahah, on commence avec les jeux de mots foireux, hein), nous sommes arrivés seulement le samedi soir pour participer à la nocturne (en vrai, c'est surtout que je suis une maman-poule et que je ne voulais pas laisser ma fille 2 jours complets), et on a ensuite passé la journée du dimanche au festival à proprement parler.

Samedi 24, 22h30

Arrivée sur la Croisette, devant le Palais. Sous la flotte. Qui a dit qu'il faisait toujours beau dans le Sud ?
Le papier, sous la pluie, ça gondole.
Une grande salle était réservée au Off du festival (la nocturne donc), uniquement constitué de prototypes plus ou moins avancés. Malgré la taille de la salle, ils ont clairement été victimes de leur succès puisqu'à notre arrivée, non seulement c'était blindé, mais il était même assez difficile de s'approcher des tables pour voir les parties en cours ou entendre des explications.
Photo de Jief (qui y était la veille, mais c'était exactement le même délire)
Non, mais quand je vous dis que c'était plein, bah c'est que c'était plein !

Mon cher et tendre étant un féru des découvertes et achats (très) (très très) en avance via KickStarter, il avait déjà vu passer quelques-uns des prototypes en question. On a notamment pu blaguer un peu avec l'une des personnes qui participe à la promotion de Déjà Vu dont les graphismes sont hyper originaux pour un jeu de plateau. Je ne sais pas si je serai très fan de la mécanique, mais il me tarde de l'essayer en tout cas.
 Comme on bataillait vraiment pour se déplacer entre les tables et qu'aucune ne se libérait, on a fini par aller boire une bière et prendre un peu d'air frais (et oui, ok, abuser de la nicotine, je ne peux pas être parfaite non plus). 
À notre retour à l'intérieur, nous étions plus déterminés que jamais. Mais toujours impossible de s'asseoir, on était même quasiment obligés de crier pour se parler. On a regardé quelques bouts de parties et certains jeux avaient l'air plutôt marrants. Surtout parce que j'aime bien les pirates, peut-être.
Photo par Jief
Comme on avait repéré un prototype (plutôt bien avancé, mais les créateurs sont visiblement très perfectionnistes) qui nous tentait tous les 4 (oui, j'ai pas dit mais on était 4), on a planté notre tente devant, tout en blaguant avec le concepteur / scénariste (peut-être qu'il faut rayer des mentions inutiles, je ne me souviens plus bien). Au bout d'à peu près 4 siècles et demi (je vous jure, je voyais quasiment pousser mes cheveux blancs) (faut dire que malgré le monde certains joueurs prenaient vraiment leur temps), on a pu tester Vice Division de la boîte 99 Monkeys
C'était plutôt très cool, vraiment immersif et leur projet global est très chouette. Par exemple, on a pseudo râlé parce qu'il n'y avait pas de détective féminin, mais vu que ça se passe dans les années 40 à LA, bah c'est complètement cohérent. Ils ont aussi glissé des anecdotes réelles dans certains scénarios ou traits de caractère des flics. La campagne KickStarter n'est pas pour demain, mais on va clairement suivre ça de très près (en plus, y aura des figurines et on aime bien les figurines). C'est un jeu où chaque détective doit résoudre une enquête, en interrogeant des suspects, trouvant des indices, etc. On peut se faire des coups fourrés entre inspecteurs, obtenir des promotions ou se faire rétrograder comme des sagouins, mais on va surtout se rendre compte que toutes les enquêtes sont liées. Ca se joue de 2 à 4, il y a 4 enquêtes par année et 10 année (de 1940 à 1949). En plus, certaines choses peuvent être modifiées, ce qui devrait laisser une certaine rejouabilité contrairement à beaucoup de jeux du genre.
 Après ça, il était 2h30 du matin, on avait un RDV à 11h pour jouer à un jeu, donc on s'est rentrés et on a fait un gros (non) dodo, parce que c'est pas tout, mais c'est fatigant.

Dimanche 25, 8h00
 Tout le monde se lève avec difficulté. En plus, c'est le semi-marathon de Cannes, ce qui fait qu'on ne peut pas circuler sur la Croisette, et en plus, comme on est 5, il nous faudrait 2 voitures, bref, c'est la misère. 

Dimanche 25, 9h02
Hallelujah, on trouve un Über. Qui peut transporter 5 personnes. Bon, il arrive dans 11 minutes. Évidemment, qui est la seule quiche à être encore en pyjama ? C'est bibi. 

Dimanche 25, 9h40
 Nous l'avons fait, nous sommes devant l'entrée et franchement, il n'y a pas tant de monde que ça. Pour voir que ça n'a pas encore ouvert. 
On fait un tour rapide avant notre RDV pour tester Chronicles of Crime (le KickStarter est en cours pour ceux que ça pourrait intéresser), mais sans trop traîner.
Photo par Jief
Arrivé à notre RDV, on a pu blaguer avec le créateur du jeu et scénariste des différentes enquêtes. L'originalité de ce jeu, c'est clairement l'outil technologique : chaque carte indice, lieu et suspect a un QR code pour nous permettre de nous laisser guider par le jeu sans se référer à des règles par centaines. Attention, il faut bien faire tourner le téléphone ou la tablette quand même parce que sinon, les autres joueurs risquent d'être un peu trop spectateurs. Nous pouvons aussi explorer la scène de crime afin d'y trouver des indices avec (ou sans, hein) des lunettes de réalité virtuelle fixées sur l'appareil, et c'est plutôt cool. 

D'ailleurs, si vous êtes dans les Bouches-du-Rhône ou le Vaucluse et que le jeu vous tente, mon cher et tendre a réussi à négocier un prix un peu inférieur (20$ de moins, il me semble), mais pour ça il faut faire un achat groupé, et il lui manque encore au moins une personne. À bon entendeur !
On a ensuite un peu traîné entre les stands avant d'aller se nourrir, parce que c'est important de se nourrir. (au passage, la nourriture sous vide étant autorisée, je vous conseille de vous ramener votre pique-nique. Vous en aurez pour moins cher et ce sera sûrement meilleur, ahem).
J'ai ensuite fait un tour du côté des chez les enfants histoire de ramener un cadeau pour Paupiette (mais c'est mission impossible de trouver des trucs pour les moins de 2 ans, et même à partir de 2 ans, c'est compliqué). L'espace enfants est d'ailleurs assez bien fichu, pour le coup, ils ont vraiment de la place et des tables en nombre pour pouvoir jouer.
Mais bon, tous ces cris, ça fait mal à la tête, alors je suis vite redescendue rejoindre les autres. On est passé par le stand libellud (dont je vous avais parlé dans mon article sur Dixit), et il y avait d'ailleurs un fort joli coin pour fêter les 10 ans du jeu en question (et des goodies à gagner).

 Il y avait également un hall of fame des différentes cartes du jeu (ma photo est pourrie, OK, le mur n'est même pas en entier, OK, mais c'était la grosse galère de ne pas avoir un bonus qui passe devant, hein)
 Comme on avait envie d'avoir des goodies qui étaient échangeables contre des jetons obtenus si on faisait des parties, on a testé le nouveau jeu de l'éditeur Attack of the Jelly Monster, un jeu d'ambiance plutôt sympa, basé sur des lancers de dés, de la rapidité, de la stratégie. Pour gagner, il vous faudra une intelligence hors du commun. Oui, je dis ça parce que c'est moi qui ai gagné. En vrai, il faut surtout que vous soyez assez rapide. 
Pour finir, on a aussi testé Krom, un jeu au design et aux cartes assez kunky et dont la campagne KissKissBankBank  vient de se terminer. 

On y avait déjà participé, mais c'était l'occasion de le tester sur prototype, et il fera sûrement l'objet d'un article à lui tout seul quand on l'aura reçu. En plus, ça se passe au cours de la préhistoire, et clairement, ce n'est pas une période hyper courante dans le jeu de société. 
Peu après ça, on s'est rentrés, parce que Paupiette nous attendait et qu'on avait quand même 2 bonnes grosses heures de route. Et qu'on était un peu fatigués.

Au final...
J'avais un peu peur du monde, de la foule, des files d'attentes, mais je trouve que le festival est plutôt bien géré de ce côté. Hormis au Off, il y a de l'espace pour naviguer d'un stand à l'autre, et il n'est pas si difficile de réussir à tester un jeu. Après, je pense vraiment qu'il ne faut pas y aller pour jouer, mais pour faire des découvertes, sans quoi on ressort forcément frustrés. On a déjà décidé d'y retourner l'an prochain (en plus, on est logés pas loin grâce à nos copains), probablement sur 2 jours cette fois, mais peut-être sans participer au Off (à moins que ce soit un peu remanié).
En tout cas, l'ambiance reste assez fun et conviviale malgré la taille du machin, et l'entrée est gratuite, ce qui n'est clairement pas négligeable.
 

 

4 commentaires:

  1. ahh c'est chouette ! :D je ne connaissais pas ce festival !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vraiment cool ! Après, c'est sûr que si on n'aime pas les endroits avec un peu de monde, ce n'est pourras forcément agréable, mais or le nombre de personnes présentes, je trouve que ça reste assez aéré !

      Supprimer
  2. Ca a l'air vraiment chouette mais bon, faire Bretagne > Cannes, ça paraît compliqué ;) En tout cas, c'est pas mal du tout, ça donne envie si y en a par chez nous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il doit en exister aussi par chez toi. Mais ils sont sûrement de taille un peu moindres. En tout cas, certains personnes venaient de très loin, mais il fait être un minimum passionné pour ça.

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)