mardi 13 mars 2018

La fille du roi des marais


Merci à JC Lattès et Babelio !

La fille du roi des marais de Karen Dionne

JC Lattès, coll.  Thrillers, 2018, 298 p.

Traduit par Dominique Defert

Thriller


Enfin, Helena a la vie qu’elle mérite ! Un mari aimant, deux ravissantes petites filles, un travail qui occupe ses journées. Mais quand un détenu s’évade d’une prison de sa région, elle mesure son erreur : comment a-t-elle pu croire qu’elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé ?
Car Helena a un secret : elle est l’enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des marais du Michigan, sans électricité, sans chauffage, sans eau courante. Née deux ans plus tard, Helena aimait cette enfance de sauvageonne. Et même si son père était parfois brutal, elle l’aimait aussi… jusqu’à ce qu’elle découvre toute sa cruauté.
Vingt ans après, elle a enfoui ses souvenirs si profondément que même son mari ignore la vérité. Mais aujourd’hui son père a tué deux gardiens de prison et s’est volatilisé dans les marais, une zone qu’il connaît mieux que personne. Malgré la chasse à l’homme lancée par les autorités, Helena sait que la police n’a aucune chance de l’arrêter. Parce qu’elle a été son élève, la seule personne capable de retrouver cet expert en survie, que la presse a surnommé Le Roi des Marais, c'est sa fille.


Si vous passez régulièrement dans le coin, vous le savez : j'aime les thrillers, mais je fais parfois de mauvais choix. Pour être tout à fait honnête, à 2 ou 3 exceptions près, je n'ai pas été happée par mes dernières lectures du genre (et quand je dis "dernières", on peut dire que ça remonte à deux ans). J'ai même été assez déçue, en fait. Depuis, c'est un peu couillon, mais j'appréhende chaque lecture du genre. Du coup, j'ai encore plus la pression de ne pas aimer, et c'est un cercle vicieux.
Comme je sais que c'est un genre qui a pourtant tout pour me plaire, je continue à faire des tentatives. Et je vais vous avouer un truc : j'ai bien fait de laisser sa chance à La fille du roi des marais. Rien que le titre, déjà, il te met grave dans l'ambiance. 
Pas ce genre d'ambiance, donc

Pour ceux qui ne le savaient pas, il s'agit d'un titre inspiré d'un conte d'Andersen (d'ailleurs, je ne connaissais pas ce conte non plus). Et c'est à travers les yeux de cette fille que l'on va voir arriver cette adaptation.
La fille du roi des marais, c'est la fille d'un kidnappeur, d'un violeur, d'un tueur. Elle a changé de nom et s'est créé une nouvelle vie, elle a essayé de se reconstruire. Elle a deux filles et un mari adorables, des gens dans sa vie qui ne lui posent pas de questions sur son passé et acceptent ses excentricités sans broncher. Des gens qu'elle aime plus que tout mais auxquels elle ment. Parce qu'à force, on s'enfonce dans ce qu'on cache et quand on s'en rend compte, il est trop tard pour faire machine arrière.
Sauf si tu as un Tardis, bien sûr.
C'est ce qui arrive à Helena. Quand son père s'échappe de prison, elle est persuadée qu'elle seule peut le retrouver. En plus de ce défi, de sa peur pour sa petite famille, les souvenirs de son enfance reviennent à elle.
Et peu à peu, en filigrane, on voit se dessiner le portrait de ce père, aussi pervers que narcissique, mais un père tout de même. Qui lui a appris tout ce qu'elle sait, mais qui l'a privée du monde. Qui a fait du mal volontairement, mais qu'elle aimait quand même. L'emprise de ce père sur sa fille fait partie des gros points forts du livre, et on se demande fréquemment si Helena a vraiment réussi à s'en libérer.

Cette alternance entre son enfance d'enfant sauvage qui lui semblait être la norme, elle qui s'est éduquée à coups de National Geographic vieux de 40 ans, et son point de vue de femme adulte, qui a toujours du mal à s'adapter à la société mais a trouvé un certain équilibre est sûrement le point fort de ce roman.
Et psychologiquement, l'autrice nous fait passer par des montagnes russes : Helena admire son père autant qu'elle le hait, elle espère qu'il l'aime malgré tout, même si elle est la raison de ses années de prison, elle se sent coupable d'avoir aimé son enfance, d'avoir appris des choses de son père, et plus encore d'avoir pris son parti alors que ce qu'il faisait était mal, simplement parce qu'elle n'en avait pas conscience ou ne voulait pas en prendre conscience.

Alors, cette chasse à l'homme, c'est bien plus que ça. C'est une preuve de sa force, de sa libération, tout en étant quelque chose d'un peu plus personnel : une volonté de prouver sa valeur à l'homme qui l'a façonnée mais qui ne la possède pas. 
Malgré le point de vue unique, l'alternance entre passé et présent et les interludes correspondant au conte original qui émaillent le récit font clairement monter la tension. Il arrive donc fatalement un moment où on ne lâche plus le livre et où on veut juste avoir le mot de la fin. Pas de grosses surprises sur cette fin, mais un beau parcours de femme et une empathie pour ce personnage telle que j'étais presque angoissée de son devenir.

Ma lecture en un GIF : 


- L'alternance passé / présent
- Le côté réécriture de conte
- L'emprise psychologique très bien dépeinte

-Peut-être un peu long sur la deuxième partie


Acheter via Les Libraires

10 commentaires:

  1. J'ai lu très récemment une chronique sur ce livre, ton retour me donne encore plus envie de me procurer et de lire ce livre. Comme toi le titre me tente énormément !

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai vu que de sublimes avis sur cet ouvrage. Je pense que je vais me laisser tenter. My absolute darling recueille également de très bons retours. Cela peut te donner une idée de future lecture.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connaissais pas mais c'est quelque chose qui pourrait me plaire !

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de lire un mauvais avis alors je ne sais pas... Je vais peut-être attendre sa sortie poche !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai adoré lire ton avis, c'est très animé ;)

    RépondreSupprimer
  6. Il faut toujours laisser sa chance aux thrillers ;) En tout cas celui-ci a l'air absolument génial, merci pour cette découverte.

    RépondreSupprimer
  7. Donc ce n'est quand même pas le coup de cœur tant attendu alors ... ?
    En tout cas, ce roman me donne envie quand même et du fait que tu l'aies aimé alors que tu as plus d'exigences que moi en la matière (enfin, j'imagine) me laisse présager un bon bouquin je pense...

    RépondreSupprimer
  8. Je ne connaissais pas du tout mais tu m'intrigues énormément ! :)

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)