jeudi 8 mars 2018

TBTL #58 In the city

BettieRose a lancé ce RDV pour parler d'une lecture que le thème nous évoque, histoire de pouvoir (re)parler de bouquins qui nous ont marqué et qui passent vite à la trappe avec le flot de nouveautés. Vous pouvez retrouver les liens sur son blog !


 
Ok les gars, je crois qu'en ce moment, je n'arrive pas à faire dans le thème avec ce RDV. Je m'auto-proclame donc participante dilettante / à côté de la plaque voire carrément WTF. Le pire, c'est qu'en plus, j'en ai des bouquins qui se passent en ville. Mais je n'ai pas envie de parler de ceux-là. Voilà. Bon, maintenant que le contexte est posé, on va parler de truc qui se passe en ville, mais pas vraiment rapport que c'est une toute petite ville. Mais comme elle sert de huis-clos à notre ville, ça marche complètement, j'ai dit.
J'ai donc décidé de vous parler de Long Island de Christopher Bollen qui se passe comme son nom l'indique à Long Island, et plus précisément dans une petite bourgade joliment prénommée Orient. On va y suivre un jeune homme qui débarque un peu par hasard et sur lequel le voisinage va s'acharner parce qu'il-est-pas-d'ici (et oui, cette excuse est bidon). J'avais beaucoup aimé le côté thriller que prenait rapidement ce roman, mais pas que, et en plus il est sorti en poche depuis, donc vous avez à peu près zéro excuse.
Acheter via Les Libraires
Là où l'auteur est extrêmement fort, c'est qu'on rentre vraiment dans l'intimité des habitants de ce petit bled paumé qu'est Orient. Et à travers ses habitants, qu'ils soient là depuis des décennies (comme le paysan du bout du village, ou encore le prof de géo qui a enseigné à tous les enfants du coin) ou installés tout récemment (comme ces artistes pas assez riches pour acheter dans les Hamptons, ou le jeune paumé recueilli par un des habitants) on va voir un exemple miniature de la société, et bien évidemment de ses travers... Alors, quand des cadavres d'animaux bizarres (aka = qui n'existent pas dans la nature) sont découverts, et que quelques décès suspects ont lieu dans la communauté, inutile de dire que le suspect numéro un, c'est de suite le nouveau venu dont on ne connaît rien, parce que c'était probablement un sacré délinquant avant de débarquer dans notre village où tout est rose. On n'est plus seulement dans une méfiance infondée, on arrive dans une suspicion clairement assumée, et on n'est pas bien loin de la peur juste parce que.Au final, si vous aimez les récits en huis-clos, si vous aimez vous immerger dans une communauté avec des portraits d'une grande finesse psychologique, et si vous aimez voir les gens devenir paranoïaques parce que l'impensable se produit dans leur quotidien, lisez Long Island.

8 commentaires:

  1. Réponses
    1. Je ne l'ai pas beaucoup vu passer mais elle mérite d'être davantage connu.

      Supprimer
  2. Je note! J'adore les romans qui se déroulent à Long Island^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais te régaler alors, parce que la ville est vraiment un personnage à part entière de ce roman.

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas mais ça a l'air sympa !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça l'est valent ! Je ne l'ai pas beaucoup croisé sur la blogo, et c'est bien dommage !

      Supprimer
  4. C'est une totale découverte pour moi aussi, et je t'en remercie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ! N'hésite pourras à le découvrir si tu en as l'occasion, j'avais passé un très bon moment pour ma part.

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)