samedi 21 avril 2018

La Perle et la Coquille


Acheter via Les Libraires

La perle et la coquille de Nadia Hasimi

Milady, 2016, 567 p.

Traduit par Emmanuelle Ghez

Contemporaine, Historique


Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses soeurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d'une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.
Comme toujours quand j'ai un gros coup de cœur pour un livre, j'ai énormément de mal à mettre les mots qu'il faut dans ma chronique et toujours peur de ne pas réussir à vous donner envie de lire le petit bijou que j'ai découvert.
Parce que oui, ce livre est un coup de cœur. C'est un roman bouleversant, un de ceux qu'il faut lire absolument. Vous n'aurez pas raté votre vie si vous ne le faites pas, mais vous serez passé à côté de quelque chose de fort, de puissant, de beau et d'horrible à la fois.

On va voir ici se dérouler les destinées parallèles de deux femmes d'une même famille qu'une centaine d'années séparent : Shekiba et Rahima.
Mais à travers elles, c'est un historique du statut et de la place de la femme en Afghanistan qui va nous être raconté. 
Toutes deux ont été travesties en hommes pour pouvoir faire des choses normalement interdites aux femmes. La première, par la force des choses, pour pouvoir exercer un métier, la seconde pour simplement avoir le droit de se promener dans la rue, d'aller à l'école. Toutes deux ont été arrachées à leur vie simplement parce qu'elles étaient des femmes. Toutes deux ont dû apprendre à se réadapter à une condition féminine. Toutes deux ont fait l'expérience de la liberté et aimeraient la retrouver. Toutes deux en sont privées. Mais malgré cela, toutes deux ont des rêves, des espoirs, des attentes qui se transmettent au lecteur.
On tremble avec elles, on espère avec elles, on rit avec elles, on pleure avec elles.
Puisqu'on parle de la condition féminine en Afghanistan, le thème de la liberté est bien entendu central. On s'interroge même sur ce qu'est la liberté. Sauf que quand on n'a même plus le droit de disposer de sa vie, on ne peut qu'accepter qu'on est finalement un esclave. 
C'est étrange, mais surtout extrêmement déprimant de voir que tant d'années ont passé et que les femmes se retrouvent dans une situation quasiment identique, peut-être même pire sous certains aspects. Et surtout, de s'apercevoir, ce qui est très peu évoqué dans le livre mais amorcé vers la fin de l'histoire de Shekiba, que dans les années 30, les femmes afghanes ne différaient guère des européennes en terme de style vestimentaire et surtout de droits.
Années 30
Années 50
On va aussi parler de religion, chacune de ces deux femmes s'interrogeant sur le sens de leur existence, de leur foi, de l'interprétation qui en est faite. La guerre tiendra une place importante, notamment avec les changements de gouvernements.
Vous l'aurez compris, on n'est pas là pour se fendre la poire. C'est dur, évidemment, c'est souvent émouvant, et vous lâcherez peut-être une larme ou deux sur les vies difficiles de ces deux femmes, mais c'est le reflet d'une triste réalité et ça sonne incroyablement juste. Et puis, malgré tout, l'autrice réussit à ne pas nous laisser déprimer dans un marasme noir et réussit à instiller des touches d'espoir dans son récit, qui nous font espérer qu'un jour, la condition des femmes s'améliore dans tous les pays du monde.


Ma lecture en un GIF : 


- Un style bouleversant
- Une fresque historique pertinente
- Des personnages hyper crédibles
- Un message fort


- J'aurais voulu que pour Shekiba, on voit les années suivantes

9 commentaires:

  1. Il est dans ma PAL et je pense le lire cet été, car c'est un gros pavé alors il me faudra un peu de temps je pense ! Mais ton avis me donne encore plus envie de le sortir de ma PAL ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il est assez imposant, mais pour un livre de cette taille, il se lit étonnamment vite !

      Supprimer
  2. Avec un article pareil je suis bien obligé d'ajouter ce roman à ma wish-list. Merci pour la découverte ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée pour ta wishlist, mais je te promets qu'il vaut carrément le détour !

      Supprimer
  3. Mon ressenti à la fin de cette critique: il faut que je lise absolument!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne pouvais pas me faire plus plaisir ! 😊

      Supprimer
  4. Ca fait toujours plaisir de lire des avis coup de cœur :D Et celui-ci est dans ma wishlist depuis quelques temps donc je suis d'autant plus convaincue :)

    RépondreSupprimer
  5. Cela fait un moment que ce livre me tente mais je sais que je vais être émue en le lisant alors j'appréhende.... Comme si c'était mal tu vois.... Pff n'importe quoi...

    Sinon, je ne sais pas si tu l'as lu mais je te recommande Ainsi résonne l'écho infini des montagnes de Khaled HOSSEINI... J'en avais pleuré pfiou.... http://rockandtea.blogspot.fr/2014/02/une-tasse-de-et-un-livre-3-ainsi.html

    RépondreSupprimer
  6. Quel livre magnifique mais dur ! Je l'ai lu fin 2017 et, clairement, c'est MA meilleure lecture de l'année 2017 ! Je suis ravie que tu l'aies autant aimé ❤️️

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)