jeudi 26 avril 2018

TBTL #64 Job and Money

BettieRose a lancé ce RDV pour parler d'une lecture que le thème nous évoque, histoire de pouvoir (re)parler de bouquins qui nous ont marqué et qui passent vite à la trappe avec le flot de nouveautés. Vous pouvez retrouver les liens sur son blog !

 
Cette semaine, sous vos applaudissements (oui, j'aimerais que vous applaudissiez, parce que ça fait un moment que ce que je m'apprête à vous dire n'est pas arrivé), je respecte le thème à la lettre. Vous m'avez bien entendue : je respecte le thème. Sans le détourner, sans tricher, sans interpréter. Boulot et argent, donc. 
On va donc se plonger dans une enquête, un livre recueillant les témoignages de sugar daddies et sugar babes, ces jeunes femmes, souvent étudiantes qui se font entretenir le temps de leurs études faute de moyens, et leurs protecteurs. Oui, on est bien d'accord, ce n'est ni plus ni moins que de la prostitution en forme de relation. Venez, on (re)découvre Les Nouvelles Courtisanes de Nadia Le Brun !

Acheter via Les Libraires
Le contexte économique est tel que je peux comprendre le choix (personnellement, rien qu'avec mes horaires de stage fluctuantes et en internat, je n'aurais clairement pas pu prendre un boulot à côté, donc je remercie les bourses et la "gratification" de stage, même si j'étais clairement en-dessous du seuil de pauvreté).  Je peux même comprendre la curiosité et l'excitation de l'interdit (et de l'argent "facile"), et après tout, chacun fait ce qu'il veut de son derrière.
Mais j'ai trouvé qu'avec le contenant et les témoignages et la façon un peu "boudoir" dont le sujet était abordé, ça apportait quasiment une touche glamour à la prostitution des étudiantes.
Le livre manque parfois un peu de consistance.Quelques analyses socios et psychos auraient été bienvenues pour ma part. Quelques témoignages plus négatifs qu'un soixantenaire en plein chagrin d'amour aussi. Mais malgré la parole libérée qui nous est vendue sur la 4è, aucune des demoiselles interrogées ne parle d'un client qui se serait mal comporté, par exemple. La seule qui l'évoque ne fait que ça, l'évoquer. 
Pour le reste, l'autrice fait à mon sens un sans faute. Elle dévoile complètement les raisons de ceux qui acceptent de lui parler, et on comprend pourquoi le terme de prostitution n'est pas employé. Les jeunes filles ne veulent pas y être réduites, la plupart se préparant à de "grandes" carrières. Comme d'habitude, les hommes s'en tirent plutôt mieux dans ce genre de situation : ce sont eux les grands princes, et ce sont eux qui dirigent ces relations - malgré tout ce qu'elles peuvent avoir de factice - sans même avoir à assumer de faire partie de l'industrie de la prostitution, puisque le terme n'existe pas dans ce joyeux petit monde. 
A final, ce livre est sûrement une bonne entrée en matière, mais si le sujet vous intéresse plus particulièrement, vous risquez de rester un peu sur votre faim et d'avoir besoin de trouver des informations ailleurs. 

4 commentaires:

  1. Un roman que je ne connaissais pas mais qui peut me plaire, je note ! =)

    RépondreSupprimer
  2. C'est très intéressant, dommage que l'analyse ne soit pas plus poussée!

    RépondreSupprimer
  3. Le livre a l'air d'aborder un sujet intéressant mais j'irai peut-être chercher mes informations ailleurs vu ce que tu en dis!

    RépondreSupprimer
  4. Et bien je ne connaissais pas du tout mais je pense qu'il pourrait me plaire même si ce n'est pas ce dont j'ai le plus envie en ce moment alors je le garde en tête :)

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)