mardi 8 mai 2018

B.O.A., tome 1 - Loterie funeste

Merci à Babelio et aux éditions de Mortagne


B.O.A., tome 1 - Loterie funeste de Magali Laurent

Editions de Mortagne, 2017, 446 p.

Science-Fiction, Dystopie, Young Adult



Une loterie inhumaine.
Six immortels à gagner.


Dans la grande ville de Liberté, quand les citoyens achètent des billets pour la loterie annuelle, ce n'est pas pour gagner de l'argent.
Les BOA qui dirigent cette société post-apocalyptique espèrent remporter des Sacs à sang. Des esclaves. Des êtres humains auxquels ils pourront s'abreuver pour subsister. Jusqu'à ce que mort s'ensuive.
Mais, cette année, la loterie est différente. Cette année, six adolescents sont en jeu, rendus immortels par un processus révolutionnaire. Destinés à offrir leur sang à leurs futurs propriétaires, ils sont condamnés à souffrir éternellement, car même la mort ne pourra les délivrer.



S'ils résistent, ils seront transformés en créatures terrifiantes. En Charognards. Des bêtes voraces.
S'ils obéissent, ils seront perdus pour toujours...


Cela faisait quelque temps que je n'avais pas lu de YA. Faut dire pour ma défense que les dystopies me lassent pas mal, et que je trouve que le YA vire souvent au niais. Bref, plus ça va, plus j'ai de mal avec le genre.
Mais les quelques notes que le livre avait sur LivrAddict m'ont finalement convaincue.
Et j'ai plutôt bien fait.

Sur le fond de la dystopie, on ne retrouve rien de nouveau, je vous l'accorde. Un système de castes, des humains qui servent la caste supérieure, pas vraiment moyen d'échapper à son destin, un système politique géré par les riches-et-puissants et des héros qui se retrouvent dans des situations indécrottables, qui les dépassent avec en arrière-plan une révolution qui se prépare. À ce stade, vous me dites que c'est du rebattu, et vous n'avez pas tout à fait tort.
Sauf que ça ne s'arrête pas là, mes chers amis (oui, on est à ce stade où tout le monde est mon pote) ! 
Déjà, ce système de caste, il ne vient pas de nulle part. Ces riches étaient déjà riches avant. Parce que c'est le mythe du vampire qui est revisité ici, à la sauce zombie. Pas de gousses d'ail, de rayons de soleil ou d'eau bénite pour vaincre de cruelles mais diablement sexy créatures de la nuit. 
Non, on est face à un virus qui a transformé les humains en espèce de zombies inconscients de leur histoire et de leur humanité passée et les force à se nourrir de sang. On les appelle Charognards, et c'est pas pour rien. Le jour où un vaccin est mis au point, les plus riches se ruent dessus. Sauf que très vite, on se rend compte que ce vaccin, loin de préserver leur vie telle qu'ils la connaissaient les transforme tout de même en une version allégée desdits Charognards. Ce sont les BOA. Ils gardent leur personnalité, mais leur physique pâlit et ils ont eux aussi besoin de sang humain pour se nourrir. 
Qui dit sang humain, dit humains non infectés. Quoi de mieux alors que d'en faire une élevage, mmh ?
Et là, tout de suite, ça donne bien plus envie !
Au niveau des personnages aussi, c'est un peu plus recherché que ce qu'on a l'habitude de voir. L'un des héroïnes est parfois faible, elle est maigrelette, mais elle n'a pas sa langue dans sa poche et sa relation à son jumeau dicte davantage ses choix. Et cette relation fraternelle prendra beaucoup plus de place dans les interactions entre les héros que toutes celles qui se créeront ensuite, ce qui est plutôt cool.
Parce que, c'est comme ça qu'on échappe à la romance mièvre qui caractérise bien souvent le genre !
Bon, ne vous emballez pas trop quand même, on a bien des amorces de relations amoureuses, mais ce ne sont que des amorces, et à aucun moment ça ne prend le pas sur la vraie intrigue !
Bref, si vous êtes amateurs du genre, ça devrait vous plaire parce que c'est plutôt bien écrit, que l'univers est déjà bien campé et que ça foisonne de détails et d'idées intéressantes. Et si comme moi, vous commencez à vous lasser de la dystopie et du YA, vous pouvez quand même tenter le coup pour les bonnes idées, la quasi absence de romance et la réécriture du mythe du vampire vraiment bien trouvée !

Ma lecture en un GIF : 


- Réécriture du mythe du vampire hyper intéressante
- Plein de bonnes idées dans les détails
Pas de romance cucul-la-praline


On n'échappe pas à une trame rebattue
- Une des héroïnes est quand même un peu trop parfaite à mon goût



Acheter via Les Libraires

11 commentaires:

  1. Wow je dois dire que tu me donnes envie de le lire! L'histoire a l'air un peu flippante dans le sens où utiliser des humains, plutôt leur sang, pour survivre, c'est assez particulier mais je suis curieuse. Je te remercie pour la découverte et je note ce titre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu apprécieras si tu te lances alors !

      Supprimer
  2. J'avoue que ce n'est pas le genre de livre qui me tente le plus mais pourquoi pas pour m'ouvrir un peu au genre post-apocalyptique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plus une dystopie qu'autre chose, dans le sens où il y a une civilisation bien présente et un système de lois et règles ancrées.

      Supprimer
  3. EH bien pourquoi pas! J'aime bien le genre, ça peut être rafraichissant, surtout sans romance mièvre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'avoue que c'était un des gros points positifs de la lecture !

      Supprimer
  4. Super chronique qui me donne bien envie... J'aime le fond de l'histoire et cela me tente énormément. Je me le note :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cool, j'espère que tu aimeras alors !

      Supprimer
  5. Oh non, des jumeaux. J'ai trop du mal quand la gémellité est mise en scène dans les bouquins parce que la plupart du temps on se prend tellement de clichés dans la tronche et ça m'énerve moult. Tu trouves que c'est abordé comment dans BOA ?
    Sinon comme toi, les dystopies ça me courent sur le haricot. Là, je suis pas méga emballée par le synopsis donc je reste perplexe XD
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le coup, je ne suis pourras assez calée sur le sujet pour te répondre tout à fait. Ils ont une relation hyper fusionnelle, ce qui peut sembler cliché, peut-être, mais qui ne s'explique pas juste par la gémellité puisque c'est complètement dépendant de leur histoire (pas de parents connus, du fait de la façon dont l'univers est régi, ils se sont donc accrochés l'un à l'autre depuis leur petite enfance)

      Supprimer
  6. Je passe complètement mon tour pour le coup...

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)