samedi 19 mai 2018

Les rois maudits, tome 1 : Le roi de fer - Le classique du mois

Acheter via Les Libraires

Les Rois maudits, tome 1 - Le roi de fer de Maurice Druon

1ère publication : 1955

mon édition : Audiobook, éditions Sixtrid, 2015, 457 mn, lu par François Berland

poche : Le Livre de Poche, 2013, 367 p.

Classique, Historique



Je suis assez friande du genre historique. Mais comme je suis un peu nulle sur les bords, j'en lis très peu, ce qui fait que ma culture littéraire dans le domaine est quasiment nulle (et par conséquent, mes connaissances historiques laissent aussi sérieusement à désirer, heureusement que je regarde souvent la chaîne YouTube de NotaBene pour compenser !). Du coup, impossible pour moi de cracher sur la possibilité de découvrir un classique du genre (surtout qui concerne une période dont je ne connais absolument que dalle, si ce n'est qu'il y a vaguement eu une longue guerre) !


Le Roi de fer, premier volume du cycle, a pour figure centrale Philippe IV le Bel, roi d'une beauté légendaire qui régnait sur la France en maître absolu. Tout devait s'incliner, plier ou rompre devant l'autorité royale. Mais l'idée nationale logeait dans la tête de ce prince calme et cruel pour qui la raison d'Etat dominait toutes les autres.
Sous son règne, la France était grande et les Français malheureux.



Bon, déjà, on va recontextualiser le bouzin : on cause d'une période qui se situe au tout début du XIVème siècle, autant dire que ça date un brin. Le récit se déroule sur une petite année, mais on a de nombreux rappels des évènements importants qui ont pu se produire auparavant en ce qui concerne l'intrigue. 
Autre truc pas important, Philippe IV - le roi de fer dont il est question (rien à voir avec l'homme au masque de fer vu que ça, c'est bien longtemps après) - est surnommé "le Bel". Clairement, les goûts esthétiques ont bien changé depuis (ou alors, on s'est cogné un paquet de rois bien vilains, va savoir).
J'annonce de suite : c'est palpitant. Game of Thrones n'a rien inventé, tout existait déjà : de sombres machinations, des complots en veux-tu en voilà, de la fesse, du scandale (inter)national, de la cruauté, et des gens qui meurent. Il y a même de la malédiction qui flotte dans l'air. 
En fait, mon seul problème, c'est que je ne sais pas (vu que je suis quichounette en Histoire, on en a déjà causé, merci de ne pas remuer le couteau dans la plaie) quelle part de tout ça est historique "vérifié" et quelle part est complètement romancée.

En tout cas, le fond de l'intrigue a bel (comme Philippe) et bien eu lieu. Du procès sur fond de machinations, du scandale sur fond de délation, et une fin conforme à la réalité.
Quoiqu'il en soit, cela donne très envie de se renseigner davantage, sur ce qu'il s'est passé et le pourquoi du comment. Surtout que je ne sais pas vous, mais dans mon cas, ce n'était pas une période historique qui m'envoyait du rêve en barre et m'intéressait particulièrement a priori (désolée Philou).
Bon, je vous tease, mais de quoi on va parler là-dedans ? Ben, accrochez-vous les gars, parce qu'en quelques mois, ça va avancer sec. On commence avec un procès de Templiers, rapport que ce serait cool de faire main basse sur leurs richesses vu que les coffres du Royaume sont vides. On continue avec un scandale sexuel qui éclate et laisse part aux prémisses de la Guerre de 100 ans, les intrigues de Cour qui se tissent ça et là, la politique des Lombards (les marchands italiens, pétés de thunes mais pas hyper bien vus) et les fameuses histoires de fesses. Et même un soupçon de fantastique qui vient vous embrouiller l'esprit par moments. Je vous l'avais dit, plus d'action que dans Game of Thrones !
Désolée bichette !
Ce qui me faisait peur, à savoir la multiplicité des personnages et des points de vue ne s'avère finalement pas gênante du tout. Au contraire, certains passages en éclairent d'autres et on peut ainsi essayer de démêler les fils des différentes intrigues. En plus, entre la corruption, la cupidité, la jalousie, la soif de pouvoir, l'ambition démesurée et autre joyeusetés, tous font preuve des sentiments les moins nobles et ce sont eux qui mènent la danse.
Au final, mon seul petit regret, c'est qu'il est difficile de s'attacher ou de s'identifier aux personnages car c'est finalement un récit assez court et dont les péripéties s'enchaînent sans réel temps mort.

Ma lecture en un GIF :


- Le contexte historique très bien dépeint
- Le rythme
Les thématiques

- Manque d'empathie envers les personnages

3 commentaires:

  1. C'est gagné. Maintenant je veux lire ce livre. C'est ma gigantesque PAL qui va râler très fort !

    RépondreSupprimer
  2. J'adore ta chronique, bravo !!! Je suis fan du Trône de Fer, alors forcément j'ai investi dans les 7 tomes de Druon, histoire de bien comprendre comment tout a débuté ! L'origine du phénomène GoT enfin révélée, j'ai hâte ;-)

    RépondreSupprimer
  3. C'est le genre de livre que j'aime bien lire de temps en temps :)

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)