mardi 26 juin 2018

L'amie prodigieuse, tome 2 - Le nouveau nom


L'amie prodigieuse, tome 2 - Le nouveau nom d'Elena Ferrante

Folio, 2017, 623 p.

Traduit par Elsa Damien

Contemporaine, Italie



Naples, années soixante. Au cours de son repas de mariage, Lila découvre que son mari Stefano a offert les chaussures imaginées et dessinées par elle à Marcello Solara, qui règne sur le quartier avec son frère, Michele, deux hommes qu'elle déteste. Pour Lila, née pauvre et devenue riche en épousant l'épicier Carracci, c'est le début d'une période trouble : elle méprise son mari, refuse qu'il la touche, mais finit par céder.
Elle va travailler dans la nouvelle boutique de la famille Carracci, tandis que Stefano ouvre également un magasin de chaussures en partenariat avec les Solara. De son côté, son amie Elena, la narratrice, continue ses études au lycée et est toujours amoureuse de Nino Sarratore, qui fréquente à présent l'université. Quand les vacances d'été arrivent, les deux amies partent pour Ischia en compagnie de Nunzia, la mère de Lila, et de Pinuccia, sa belle-soeur, car l'air de la mer doit aider Lila à prendre des forces pour qu'elle puisse donner un fils à Stefano.
La famille Sarratore aussi est en vacances à Ischia et bientôt Lila et Elena revoient Nino. Le nouveau nom est la suite de L'amie prodigieuse , qui évoque l'enfance et l'adolescence de Lila et Elena. Avec force et justesse, Elena Ferrante y poursuit sa reconstitution d'un monde, Naples et l'Italie, et d'une époque, des années cinquante à nos jours, donnant naissance à une saga romanesque au souffle unique.


Malgré un avis à chaud où je pouvais paraître un peu mitigée, j'avais plutôt bien aimé ma lecture du premier tome de cette fresque. D'autant que la fin donnait sacrément envie de découvrir la suite. 
Commençons donc par les avertissements. Si vous arrivez ici sans avoir lu le début, le contenu sera forcément spoilant. Donc vous pouvez arrêter votre lecture ici, en particulier si vous envisagez de découvrir cette saga (et je vous le recommande).

Il se passe quelque chose de très étrange entre cette saga et moi. Je n'apprécie que très peu les personnages. Et, soyons honnêtes, parfois, je les déteste franchement. Genre j'ai envie de les secouer / baffer / grogner d'incompréhension et il n'y a pas de mention inutile à rayer.
Mais j'en arrive à un point où je ne peux pas m'empêcher de continuer à lire cette histoire. Alors que d'habitude, c'est assez rédhibitoire pour moi. Ceci dit, nuançons.

Les 2 héroïnes (notre narratrice Léna et sa BFF Lila) sont certes souvent tête à claques, mais elles sont entourées d'une flopée d'autres personnages qui soit sont eux-mêmes super attachants, soit sont au contraire tellement exécrables qu'ils les rendent sympas par opposition. Ouep, y a du level en gros naze dans ce bouquin.
 
Et en fait, cette variété de personnages, ça aide à les rendre humains (parfois très machiavéliques, mais quand même) et une nouvelle fois, le quartier prend vie sous nos yeux. C'est très fort !
Le récit est prenant, passionnant. Même dans les temps "mous", il se trame quelque chose. Alors oui, la narratrice a toujours assez souvent du caca dans les yeux, oui, sa copine est toujours un brin manipulatrice et parfois mauvaise, mais ce tome est bien meilleur que le premier à mes yeux.
Déjà, je n'ai pas rencontré le problème de rythme et de chronologie que j'avais connu dans le premier (ou alors, je me suis faite à la narration), j'ai vraiment le sentiment que l'intrigue était bien moins décousue.
Et puis, les rôles se sont un peu inversés. La rivalité entre les deux amies est bien moins frontale ici. D'ailleurs, j'ai pas mal eu le sentiment qu'elle existait surtout dans la tête d'Elena (qui adopte souvent un rôle mi-condescendant mi-geignard particulièrement pénible) alors que Lila essaie juste de vivre sa vie le mieux possible. Et au final, on se prend à préférer la fameuse "amie prodigieuse" à notre narratrice.
Faut dire qu'elle en bave, et que très clairement, c'est Lena la chanceuse du groupe.
Elle a pu faire des études, travailler en parallèle en été, vivre une vie d'étudiante libre, loin des carcans et des images de la femme comme il faut véhiculées dans son quartier. Bref, elle a la possibilité de s'émanciper quand Lila malgré son charisme et son intelligence ne peut que se battre contre des moulins à vent et essayer de s'épanouir dans le sang et les larmes.
Faut dire qu'elle n'est pas aidée par son entourage masculin, entre son époux qui a la main-mise sur elle et la traite comme une possession, un trophée, son frère qui se sert d'elle, et à peu près tout le reste de son entourage...
Une fois encore, la fresque sociale de l'Italie de l'époque est particulièrement réussie et l'esprit avant-gardiste de Lila s'y heurte de façon constante. C'est un bonheur à lire, on prend en même temps forcément son parti tout en se doutant bien qu'elle devra sacrifier énormément de choses quel que soit le chemin qu'elle emprunte.
J'ai donc très envie de lire le tome 3,et ça devrait être pour cet été !


Ma lecture en un GIF : 


- Les personnages très humains
- L'immersion dans l'Italie des années 60-70
Les thématiques, en particulier sur la place des femmes
- Le style

Lena est de plus en plus agaçante
- Difficile de s'attacher à certains personnages


De la même autrice :

4 commentaires:

  1. Je ne me suis pas encore lancée dans cette saga, mais c'est prévu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cool ! J'espère que tu apprécieras autant que moi, même si le premier tome est assez particulier.

      Supprimer
  2. C'est foufou comme tu m'intrigues en lisant ton avis sur cette saga (que j'ai jamais trop voulu lire mais en te lisant j'ai drôlement envie de voir ce que ça donne).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'annonce, le premier tome sir leur enfance et leur adolescence est assez particulier. Mais c'est le genre de récit qui reste en tête malgré tout.

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)