jeudi 14 juin 2018

Le jardin des bonheurs égarés

Merci à NetGalley et Préludes

Le jardin des bonheurs égarés de Tor Udall

Préudes, 2018, 416 p.

Traduit par Claire Desserey

Contemporaine



Un portrait intime de cinq vies inextricablement liées, tout au long d'une année à Kew Gardens - un début exquis, étrange et beau pour les fans d'Alice Sebold, Curtis Sittenfeld, Barbara Kingsolver et Audrey Niffenegger.
Après la mort subite de sa femme, Audrey, Jonah est assis sur un banc dans Kew Gardens, essayant de rassembler les pièces brisées de sa vie. Chloé, à la tête rasé et abrasive, trouve la consolation dans les origamis qu'elle plient méticuleusement . Mais quand elle rencontre Jonah, ses défenses soigneusement construites menacent de tomber. Milly, un enfant facilement rieur, se proméne librement à Kew Gardens, trouvant la beauté partout où elle est. Mais où est sa mère et où va-t-elle quand les jardins sont fermés ? Le but d'Harry est de sauver des plantes de l'extinction. Calme et énigmatique, il attend que quelque chose - ou quelqu'un - l'enracine plus fermement à la terre.
Audrey lie ces étrangers ensemble. Comme le mystère de sa mort s'effondre, les scènes au fil des saisons nous apprenent que les histoires, comme le papier, peuvent être repliées et reformées. Hanté par des chansons et des oiseaux d'origami, ce roman est une lettre d'amour à un jardin et un hymne aux choses perdues.


La première chose qui m'a frappée en commençant ce roman, c'est son style. Très poétique, il ravira les amoureux de la nature. Mais il peut aussi se révéler très déconcertant par moments, dans la tournure des phrases. Quoiqu'il en soit, je m'en suis délectée dès le départ.
Mais même si toutes les descriptions, tous les passages de ressentis des différents personnages étaient un plaisir à lire, même si une aura de mystère et de sérénité en même temps planait sur l'intrigue et sur ce lieu visiblement magnifique qu'est Kew Gardens, je n'arrivais pas à avancer. C'était chouette, mais ça manquait un peu de rythme. Et au-delà du deuil de Jonah, de la disparition d'Audrey, de Chloe, la jeune artiste un peu paumée, et du mystère autour d'Harry et Milly, ça donnait plutôt envie d'aller découvrir Kew Gardens (et c'est définitivement une visite en tête sur ma to-do list pour mon prochain voyage en Angleterre), d'admirer ces jardins, de s'y promener et de s'y reposer.

Puis, alors que je ne savais franchement pas comment tout ça allait tourner, si la sauce allait prendre, le roman qui arrive déjà à la moitié, voire un peu plus, prend un tournant fantastique. 
Et je me suis dit "Oh, non, c'est trop facile". Mais en même temps, c'est à partir de là que les pages ont enfin commencé à défiler. Pas que le roman soit devenu hyper addictif à la sauce thriller, mais finalement, il se passait quelque chose et ce quelque chose allait bien avec le style de Tor Udall. C'était joli, toujours poétique, ça nous disait quelque chose de la vie, du deuil, de l'amour et de la joie. Et même si je n'appréciais pas la façon dont l'autrice s'était dépêtrée du mystère qui entourait les personnages, j'étais contente de lire ça et de le lire à ce moment-là.
Alors oui, mon avis est un peu confus. C'était chouette, mais pas ce que j'attendais. C'était beau, mais pas de la façon dont je le voyais. C'était imprévu.
Et comme la vie est souvent un peu comme ça, ben j'ai laissé faire, j'ai essayé de me laisser emporter par les mots. Par la douceur de l'immense tristesse qui règne sur ce livre (où on va parler deuil, dépression, ruptures, pertes en tout genre) mais aussi par la nature et la vie qui reprend ses droits, comme dans Kew Gardens, finalement.
Je n'ai pas envie de parler des personnages, parce que ce ne serait pas leur rendre justice d'en dire trop peu, et qu'en dire trop vous spoilerait éhontément (et on sait tous que le spoil, c'est mal !), mais tous ont su me toucher, m'émouvoir, m'intriguer et m'inspirer énormément de compassion. 
C'est donc un bouquin déstabilisant. Mais peut-être qu'il n'aurais pas pu être différent pour produire exactement cet effet-là.


Ma lecture en un GIF : 




- La poésie du style
- Les thématiques abordées avec délicatesse
Les émotions
- Le cadre de l'intrigue


- Beaucoup de longueurs, surtout dans la première partie
- Un tournant fantastique un peu incongru et facile
- Une intrigue un peu faiblarde, finalement

7 commentaires:

  1. Eh bah ça me fait très très envie tout çaa !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis curieuse d'avoir ton avis. Pour tout te dire, pendant la première partie même si j'adorais le style, j'ai failli l'abandonner. Mais finalement après les pages ont commencé à se tourner tout seul même si j'adhère et moi à la façon dont l'autrice amenait son histoire.

      Supprimer
  2. Ce n'est clairement pas fait pour moi. Dommage le titre était tellement beau xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zut, pourtant je t'assure que final j'ai passé un super moment de lecture.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Je serais curieuse d'avoir ton avis si tu le lis, parce que je dois avouer qu'il m'a laissé un goût assez perplexe.

      Supprimer
  4. J'ai bien envie de tenter, juste pour le style si particulier et poétique.

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)