vendredi 1 juin 2018

Les aventures improbables de Julie Dumont

Acheter via Les Libraires


Les aventures improbables de Julie Dumont de Cassandra O'Donnell

J'ai Lu, 2017, 384 p.

Feel-Good, Chick-Lit



Julie Dumont, ou le mélange détonnant de miss Marple et de Briget Jones. 
« Il y a des filles qui n'ont pas de bol. Celles qui ont tiré les mauvaises cartes dès le début. Celles-là, on n'a ni envie de les engueuler ni de leur tirer dessus. Puis il y a celles qui prennent les mauvaises décisions quoi qu'il arrive. Bref, les filles à emmerdes. J'appartiens clairement à la deuxième catégorie. Oh, je ne m'en glorifie pas. C'est un état de fait. J'attire les catastrophes. Quoique je dise ou quoique je fasse, il y a toujours un couac. Celui du jour est sans nul doute de m'être portée au secours d'un type qu'on venait de balancer nonchalamment dans un fossé. Parce qu'une chose est sûre, si j'avais su dans quoi je mettais les pieds en ramassant ce porte poisse, j'aurais tourné les talons et poursuivi ma route sans me retourner. Mais, la curiosité est un vilain défaut et, dans le petit bourg de province normand où j'ai grandi, les secrets et les drames prolifèrent aussi vite que la gastro et les cancans rattrapent toujours les coupables... » 



Je ne connaissais Cassandra O'Donnell que pour sa série bit-lit Rebecca Kean (que j'aime d'amour) (et dont je n'ai toujours pas parlé dans le coin, soit dit en passant). Du coup, quand j'ai vu ce bouquin sortir, je me suis dit que j'aimerais bien découvrir sa plume dans un autre univers, à savoir le nôtre.
Comme on peut s'y attendre au vu du titre, du résumé, du genre et de la plume de l'autrice, c'est drôle et funky. Julie est un mix entre une Bridget Jones détective à l'insu de son plein gré et un chat noir. Très noir. 

Mais Julie, c'est d'abord une nana lambda. Elle galère au boulot, elle galère dans sa vie sentimentale (même si ça ne lui convient pas si mal), elle a des galères de thunes. Mais elle fait bonne figure. Et toute cette première partie où on nous explique le pourquoi de sa situation actuelle (à savoir, pigiste dans un magazine de mode sans grand espoir, célibataire, fêtarde, en coloc' avec sa cousine) est vachement bien tourné. 
Non, la vie ne se résume pas à avoir un mari, 2 enfants et demi, un labrador et une balançoire dans le jardin de son pavillon de banlieue. Oui, on peut vouloir autre chose. Oui, on peut avoir d'autres objectifs. Et non, on n'est pas obligé de vouloir reprendre l'entreprise familiale. Même si dans ce cas c'est une entreprise de pompes funèbres et que Six Feet Under a rendu ça cool.
Il y a un moment où il faut savoir renvoyer les gens dans leurs pénates s'occuper de leur bichon frisé plutôt que de ce qu'il se passe ou pas dans votre utérus. Mais ça, Julie a du mal à le faire. Et je pense qu'on serait nombreux et nombreuses à s'y reconnaître. 
Bon, niveau poisse, par contre, Julie a carrément un coup d'avance sur moi (et je ne m'en plains pas). Et sur l'ensemble des personnes que je connais. Réunies. 
Evidemment, ça amène son lot de situations aussi loufoques qu'invraisemblables, mais j'ai envie de dire que c'est un classique du genre. Et même si parfois, ça m'a semblé un peu gros, j'étais assez prise dans ma lecture pour que ça me fasse marrer.
À l'inverse du personnage de Julie qui est extrêmement attachant, je n'ai pas pu encadrer sa mère. D'ailleurs, je pense que personne ne le peut. Ce n'est pas tant qu'elle soit le pire cliché de la marieuse irrationnelle qui t'explique par A + B que t'as raté ta vie si t'es pas mariée à 30 ans. C'est qu'elle est détestable dans son comportement avec sa fille. À aucun moment elle ne la soutient, elle n'essaie de la comprendre ou juste d'écouter ce que Julie lui répond. Non, elle agit envers elle comme si c'était son objet. Et elle fait pareil avec le grand-père de celle-ci. Bref, c'est un personnage détestable, mais même pas détestable-intéressant. Juste détestable qui fait que franchement, s'il lui arrive une bricole, on éprouvera absolument zéro empathie.
En fait, sa seule utilité, c'est d'amener quelques scènes fortes en chocolat d'humour et de cocasserie, tout comme le grand-père. Ils forment d'ailleurs un sacré anti-duo, et à côté d'eux, les autres personnages (y compris les potentiels love interests de Julie) sont hyper fades. Voire transparents.
Ah, ben oui, parce qu'on est dans de la chick-lit, hein, donc vous vous doutez bien qu'il va y avoir de la romance. Bon, je rassure les allergiques : ça ne prend pas le pas sur le reste, et Julie reste fidèle à elle-même, à savoir qu'elle ne cherche pas d'un coup à se caser à tout prix. Je les rassure un peu moins : ça sent bien un peu le triangle amoureux (moi, j'étais encore moins contente parce que je désapprouve la fin, du coup).
Concernant l'enquête, parce que c'est bien de cela dont il va être question, elle est plutôt bien amenée, et j'ai été très agréablement surprise. Pour tout vous dire, je n'avais pas vu venir la chute, en tout cas pas dans son intégralité, loin de là. J'ai tellement campé dans mes certitudes de déduction que je me suis faite avoir. 
Au final, je suis donc bien contente d'avoir découvert l'autrice dans un autre registre. Certes, ce n'est pas un bouquin qui restera gravé dans ma mémoire pendant des années, mais il m'a fait passé un bon moment, et je le classe sans problème parmi les plus sympas que j'ai pu lire du genre.


Ma lecture en un GIF : 



- Le personnage de Julie, très attachant
- Les réflexions sur la pression exercée sur les (jeunes) femmes célibataires
L'humour
- L'enquête bien menée

- La mère, détestable au possible
- Le triangle amoureux aaaargh ! (même s'il ne prend pas trop de place)

6 commentaires:

  1. C'est le genre de livre sans prise de tête que j'aime bien lire en été. Dommage pour le triangle amoureux par contre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, franchement, le triangle amoureux passe pas trop mal, je dois bien l'avouer. En tout cas, il ne prend pas trop trop de place. Mais effectivement, c'est un livre qui va être parfait pour la saison.

      Supprimer
  2. Je ne connais l'auteur que pour sa série de Malenfer... mais tu m'a donné envie de découvrir celui-ci, le mélange chick-lit/enquête m'intrigue beaucoup !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu devrais apprécier, surtout que c'est plein d'humour. Mais après, ma série chouchou reste quand même Rebecca Kean. Il faudrait d'ailleurs que je me penche sur malenfer pour voir ce que ça donne.

      Supprimer
  3. On a vu Cassandra O'Donnell aux Imaginales, elle a réussi à convaincre Plouf et Dariane d'acheter ce livre :p J'ai résisté parce que je suis plus trop chick-lit, mais ton avis donne envie de s'y intéresser quand même :p (bon sauf le triangle amoureux è_é)

    RépondreSupprimer
  4. Hum... De la chick-litt hein ? Je pense qu'il est préférable que je découvre l'auteure avec Rebecca Kean ^^

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)