jeudi 28 juin 2018

TBTL #71 - Lecture estivale

BettieRose a lancé ce RDV pour parler d'une lecture que le thème nous évoque, histoire de pouvoir (re)parler de bouquins qui nous ont marqué et qui passent vite à la trappe avec le flot de nouveautés. Vous pouvez retrouver les liens sur son blog !

 
Je ne vais pas vous mentir : j'ai choisi le livre de cette semaine en faisant une confiance aveugle à mon moi d'il y a quasi un an grâce à mon profil LivrAddict. Ben ouais, j'ai une capacité de mémorisation assez restreinte, que voulez-vous. 
C'est donc parti pour ce qui m'est apparu comme ma lecture la plus estivale de 2017 (après Nous les menteurs, mais j'en ai déjà reparlé récemment). On va causer reconversion, mais plus largement reconstruction, on va découvrir des paysages qui font plaisir, et de jolis personnages. Mais surtout, on va saliver. C'est parti pour un tour dans La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan.

À travers Polly, l'autrice nous délivre en effet un joli message d'espoir : quand plus rien ne va, il faut se lancer, quitte à se ramasser. Et c'est vrai : Polly va finir par essayer de monter sa petite boulangerie, non sans efforts et sans embûches sur son chemin. Et son aspiration au bonheur pour laquelle elle se démène, son courage et sa foi en sa reconversion donnent vraiment de l'espoir (même si bon, on sait que dans la vraie vie, ce n'est malheureusement pas si simple).
Et puis, Polly est attachante. Elle est maladroite, elle se plante, ses réactions sont parfois un peu WTF... mais elle est drôle, pleine de bonne humeur et on a envie qu'elle se sente bien et qu'elle réussisse !
Alors bon, on ne va pas se mentir, mais on retombe quand même comme souvent dans le cliché du lieu complètement paumé où les gens sont teeeeeeellement gentils, et où tout le monde se connaît, et où il y a ce type bourru qui est en vrai un gros nounours, et cette vieille aigrie qui cache un passé si douloureux qu'on lui pardonne, etc. Mais ça aussi, ça fait partie du plaisir, parce qu'on a envie d'y aller et de vivre dans un endroit sans internet nous aussi (mais bon, pas trop longtemps, faut pas déconner).
Soyons clairs, tout de même, j'ai beaucoup moins apprécié la dernière partie qui s'éloigne trop du reste à mon goût, tant dans le temps que dans le ton. 
Néanmoins, on ne peut pas nier que l'on passe par beaucoup d'émotions dans ce livre, de sourires, d'envie de manger du pain (évidemment !) et un super moment grâce à ce lieu qui nous donne envie d'emménager là-tout de suite-maintenant.

2 commentaires:

  1. Je l'ai lu l'été dernier justement (enfin il me semble... ou c'était l'été d'avant ?) et j'avais beaucoup aimé. Effectivement c'est un peu cliché ces endroits perdus où tout le monde est adorable, mais c'est chouette à lire de temps en temps ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, c'est optimiste, ça donne le sourire, et il y a des moments où c'est tout ce qu'on attend d'un livre !

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)