samedi 28 juillet 2018

Miss Alabama et ses petits secrets


Miss Alabama et ses petits secrets de Fannie Flagg

Pocket, 2015, 445 p.

traduit par Jean-Luc Piningre

Contemporaine



Birmingham, États-Unis. Ex-Miss Alabama, Maggie Fortenberry a pris une grande décision : elle va mettre fin à ses jours. Elle n'est ni malade ni déprimée, son travail dans une petite agence immobilière est plutôt agréable, mais elle a trouvé malgré tout seize bonnes raisons d'en finir, la principale étant peut-être que, à 60 ans, elle pense avoir connu le meilleur de la vie.
Maggie a donc arrêté la date de sa mort et se consacre désormais en toute discrétion à en régler les détails.
Or, peu de temps avant de passer à l'acte, Maggie est invitée par une collègue, Brenda, à un spectacle de derviches tourneurs. La représentation étant dans moins d'une semaine, elle décide, pour faire plaisir à Brenda, de retarder l'ultime échéance.
Elle est alors loin de se douter combien les jours à venir vont être riches en secrets dévoilés et en événements imprévus, lesquels vont lui montrer que l'existence a encore beaucoup plus à lui offrir qu'elle ne le croyait.


J'avais envie de découvrir Fannie Flagg depuis fort longtemps. Du coup, quand j'ai pu emprunter ce livre, j'étais bien contente, même s'il n'était pas mon premier choix dans la bibliographie de l'autrice.
Malheureusement, ce n'est pas une lecture qui me restera en mémoire. Et au final, elle ne m'aura même pas vraiment fait passer un bon moment, occupée que j'étais à compter les pages restantes...

Je m'attendais à un livre empli d'humour, pas forcément réaliste, qui aurait parlé avec des personnages bien campés de regrets, du temps qui passe mais aurait surtout été plein d'ondes positives. Un livre qui aurait montré les joies de l'existence, en somme.
Alors, ça existe, dans ce livre. Mais en partie seulement. Sauf que pour moi, le tout manquait vraiment de charme.
L'intrigue est bien trop WTF à mon goût, les rebondissements au-delà de l'invraisemblable et si je peux parfois y adhérer, ça ne l'a pas fait ici. 

Parce que j'ai eu un vrai gros problème de personnages. Déjà, je n'ai pas aimé Maggie. C'est dommage, parce que c'est l'héroïne. Ca a mal commencé entre nous, et ce n'est pas allé en s'arrangeant. Rien que sa liste "pour le suicide" m'a semblé pathétique. Ses raisons étant pour la plupart extrêmement superficielles (genre, ne plus avoir à acheter de bas...) j'ai levé les yeux au ciel quasiment dès le départ. 
Maggie se plaint beaucoup, pas forcément à bon escient. Elle a ce côté superficiel doublé de celui "femme-de-bonne-famille-coincée" hyper agaçant. Elle me sortait tellement par les yeux que je ne sais pas dire qui m'a le plus donné envie de la secouer d'elle ou de la Super-Méchante Babs. 

Voui, parce que même la méchante de l'histoire ne peut pas avoir un peu de profondeur. Pourquoi est-elle si méchante ? Parce queeeeeeeeee ! Pas de nuances, pas d'approfondissement, à croire que c'est le diable en personne.
Heureusement, la meilleure amie de Maggie, Brenda, sauve un peu la mise. Mais même là, c'est compliqué : on se moque tellement d'elle dans le livre que je n'était plus sûre que l'autrice tenait vraiment à faire d'elle un vrai personnage ou simplement une caution humour. Genre la grosse bonne copine.
Ce qui fait que les personnages les plus intéressants sont ceux qui sont morts. 
La fantasque Hazel, en premier lieu, dotée d'une ambition et d'une bonne humeur à toute épreuve. Une vraie héroïne et une véritable source d'inspiration. Et l'histoire parallèle de Crestview, évidemment.
Mais c'est un peu dommage pour un livre qui part d'une volonté de suicide et va énormément parler du statut de la femme, en particulier dans le monde du travail.
Et puis, j'ai aussi trouvé qu'il y avait un gros problème de rythme. La première partie est excessivement longue, et si le milieu rattrape le coup, le côté trop happy end à mon goût a fini de ternir mon léger intérêt...

Alors oui, certains passages font sourire et les situations plus que loufoques peuvent faire rire (ou le feraient si elles n'étaient pas prévisibles 70 pages à l'avance) ce qui fait que vous vous détendrez peut-être. Mais en attendant, je connais plein d'autres bouquins qui ont eu le même effet et ont bien mieux fait le job pour moi.

Ma lecture en un GIF : 




- L'histoire parallèle de Crestview
- Hazel
- Quelques sourires


- Maggie, Babs et presque tous les personnages
- Manque de rythme
- Trop de WTF

8 commentaires:

  1. Oooh bien déçue pour toi :/
    Fannie Flagg est également une autrice que j'ai envie de découvrir, j'ai Beignets de Tomate Verte dans ma PaL ! J'espère que je serais plus emballée par celui-ci que toi avec Miss Alabama... x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'était pas forcément celui que je voulais lire en premier. J'avais entendu beaucoup de bien de Beignets de tomates vertes mais je n'ai pas eu l'occasion de l'emprunter, donc bon.

      Supprimer
  2. Mouahaha ta chronique et tes gifs m'ont bien fait rire j'avoue :D

    Bon je passe mon chemin alors ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah, désolée ! Aies, je pense que ça peut plaire à certains, hein, mais avec moi, ça ne l'a clairement pas fait.

      Supprimer
  3. Autant le résumé est assez tentant et prête à rire, autant ta chronique montre un tout autre visage de ce livre.
    Je pense passer mon tour pour ce livre mais je te remercie pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est justement pour ça que j'ai été si déçue...

      Supprimer
  4. Eh ben dis-donc... J'étais attirée par ce titre mais je vais clairement passer mon tour du coup...

    RépondreSupprimer
  5. J'ai lu un seul roman de cette auteure : La réunion des filles de la station service. J'avais beaucoup aimé ma lecture puisqu'on y traite de secrets de famille et que j'adore ça, en général ! Dommage que cela ne l'ait pas du tout fiat avec Miss Alabama... Je ne suis pas certaine de le lire, pour le coup :-/

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)