samedi 7 juillet 2018

Peyton Place- Le classique du mois


Peyton Place de Grace Metalious

1ère publication : 1956

mon édition : GF, Presses de la Cité, 2015, 618 p.

poche : 10/18, 2016, 653 p.

Classique, Drame



Parce que je suis une quiche en littérature américaine. Parce que ça a été un des premiers best-sellers et que j'avais envie de comprendre pourquoi.
Puis, parce que le thème me tentait, que j'en entendais du bien, qu'il était dispo dans ma médiathèque et me faisait très envie. Parfois, il ne faut pas chercher plus loin !

Etats-Unis, années 40. Peyton Place est une petite ville de la Nouvelle-Angleterre, aux apparences tranquilles. Le paysage est en réalité moins glorieux : derrière les façades proprettes des demeures victoriennes ou celles plus vétustes des maisons des faubourgs, de nombreux drames se jouent.
Dans les beaux quartiers, la jeune Allison ignore tout du secret qui entoure sa naissance et du passé immoral de sa mère, la belle et froide Constance McKenzie. Tout ce qui lui importe pour le moment est l'amitié de la jolie Selena Cross, issue des taudis de la ville et qui subit les violences d'un beau-père alcoolique...

Chronique au vitriol d'une petite ville américaine, où la condition des femmes est sans cesse bafouée, Peyton Place fit scandale lorsqu'il parut en 1956. Jugé «vulgaire», «amoral», «vicieux» ou encore «indécent», le roman -auquel l'on accorda tout de même d'indéniables qualités littéraires- connut cependant un engouement sans précédent, puisque soixante mille exemplaires furent vendus en à peine dix jours pour atteindre aujourd'hui quelque dix millions.



Pour être tout à fait honnête, ma première impression en refermant ce livre, c'est que ça m'avait fait le même effet que de binge-watcher une série TV. J'avais le sentiment d'avoir regardé une série style Melrose Place (mais en carrément mieux), en particulier concernant les interactions entre les personnages et les évènements qui vont leur arriver.

Parce que c'est toute une ville qui va prendre vie sous vos yeux ébahis (oui, on attaque fort) grâce à des personnages qui vont paraître assez cliché au premier abord mais se révéler bien plus intéressants.
Une lycéenne rêveuse et lunaire, une ado aussi jolie qu'intelligence mais qui a la malchance de venir des bas-fonds de la ville, une mère célibataire businesswoman accomplie (ce qui fait un peu tâche dans les années 50), un médecin avec des problèmes d'éthique et qui fait face à de gros dilemmes moraux, un nouvel arrivant qui va mettre le feu aux poudres et bien d'autres personnages plus ou moins sympathiques vont vous tenir compagnie pendant plus de 600 pages, et à la fin, vous aurez l'impression de les connaître intimement. 

Et avec l'air de ne pas y toucher, l'autrice va aborder un tas de thèmes et de problématiques qui étaient de vrais sujets de société à l'époque (et sont toujours très actuels). 
En premier lieu, le problème de classe sociale, le gouffre entre les très-précaires et les très-riches. C'est la toile de fond sur laquelle toutes les destinées et autres thématiques vont se greffer, et c'est bien le nœud de chaque situation que l'on va rencontrer.
Mais c'est loin d'être le seul sujet important que l'on va croiser : éducation (en particulier des classes populaires), place de la femme, sexualité, violences familiales aussi bien physiques que psychologiques, alcoolisme... 
On comprend bien les qualificatifs que les critiques de l'époque ont employé. À une époque aussi puritaine, les relations sexuelles hors mariage, les femmes qui travaillent et la liberté de disposer de son corps étaient loin d'être monnaie courante, ni même envisageables.

Vous l'aurez compris, ça ne va pas être la grosse marrade tous les jours à Peyton Place. Mais l'énorme talent de l'autrice vient du fait qu'il est impossible de lâcher le bouquin tant ce qui est décrit l'est de façon addictive avec ces destins qui s'emboîtent, se répondent, se mêlent. On va effectivement disséquer avec minutie la communauté qui nous est présentée, mais le style est tellement léger malgré la gravité de certaines choses abordées qu'on se croirait devant une série dont on veut absolument connaître le dénouement. L'écriture est en plus très visuelle ce qui renforce encore ce sentiment.

Après avoir pris autant de plaisir à découvrir ce classique de la littérature moderne américaine, j'ai un peu peur de découvrir la "suite", mais je la lirai avec plaisir, parce que j'ai justement très envie de retourner à Peyton Place, même des années après. 

Ma lecture en un GIF :



- Les personnages
- Les thématiques abordées
Le côté féministe
- La plume

- Les personnages peuvent paraître cliché au premier abord

5 commentaires:

  1. Merci pour cette découverte, tu en parles tellement bien que je garde le titre en tête :D !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! J'ai vraiment beaucoup aimé. C'est hyper visuel et addictif, mais en plus ça traite de plein de sujets de société !

      Supprimer
  2. Là je suis en train de lire tout tes derniers billets (depuis avril je suis du retard LOL) et j’ai noté plein plein de nouvelles lectures à lire (mercimerci) dont celle-ci. Je suis bien intriguée d’autant que j’en ai jamais JAMAIS entendu parlé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une honte ! Pas le retard suite mes merveilleuses chroniques, mais que tu n'en aies jamais entendu parler !
      Ceci fuit, c'était mon cas aussi, c'est ma bibliothécaire qui me l'a bien vendu.

      Supprimer
  3. Un classique qui me tente bien (alors que je n'en lis jamais, d'habitude). Mais celui-ci m'intrigue :)

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)