vendredi 18 mai 2018

La Disparition de Josef Mengele


Merci à Audiolib

La Disparition de Josef Mengele d'Olivier Guez

audio : Audiolib, 2018, 349 mn

Lu par l'auteur
GF : Grasset, 2017, 240 p.
Historique

1949 : ancien médecin SS à Auschwitz, coupable d’expérimentations atroces sur les déportés, Josef Mengele s’enfuit en Argentine.
1979 : après trente ans de traque, il meurt mystérieusement au Brésil.

Caché derrière divers pseudonymes, protégé par ses réseaux et par l’argent de sa famille, soutenu à Buenos Aires par une communauté qui rêve du Quatrième Reich, Mengele croit d’abord pouvoir s’inventer une nouvelle vie... En Allemagne, l’heure est à la reconstruction, l’Argentine de Peron est bienveillante, le monde entier veut oublier. Mais la traque reprend, menée par le Mossad puis par le chasseur de nazis Simon Wiesenthal. Avec l’aide de sympathisants, Mengele trouve un temps refuge au Brésil, auprès d’un couple de Hongrois, dans une ferme reculée. Son errance ne connaîtra plus de répit. De planque en planque, entouré d’une meute de chiens, perché sur le mirador qu’il a fait construire pour guetter les dangers qui le menacent, isolé, déguisé, dévoré d’angoisse, Mengele finira noyé sur une plage brésilienne.
Comment le médecin SS a-t-il pu passer entre les mailles du filet international trente ans durant ? De quelles complicités en Allemagne de l’Ouest et en Amérique du Sud a-t-il bénéficié ? L’histoire est inouïe, elle est dérangeante. La barbarie nazie y croise la modernité des années 1960 et 1970, et nos ambiguïtés occidentales : que faire des hommes qui ont commis le mal ?
La Disparition de Josef Mengele est une plongée au cœur des ténèbres. Anciens nazis, agents du Mossad, femmes cupides et dictateurs d’opérette évoluent dans un monde corrompu par le fanatisme, la realpolitik, l’argent et l’ambition. Voici l'odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud. Le roman-vrai de sa cavale après-guerre.


On va commencer par un petit avertissement. Si vous êtes assez sensibles, ou si vous avez besoin d'une lueur d'espoir dans vos lectures, que les méchants soient punis ou au moins qu'ils se repentent, ne lisez pas ce livre. Il sera d'autant plus dur à digérer que la véracité des faits est avérée.
Si Josef Mengele est probablement l'un des nazis les plus tristement célèbres aujourd'hui, ce n'est pas uniquement à cause de la quantité inimaginable d'horreurs qu'il a fait subir. C'est aussi parce qu'il fait partie de ceux qui ont réussi à échapper à la justice suite à la deuxième guerre mondiale.
Ce livre revient sur sa cavale.
Il n'est pas évident à lire. Vraiment pas. Et pourtant, l'auteur nous épargne beaucoup des atrocités commises puisque le roman débute après la défaite du IIIè Reich. Quelques flashbacks nous apprendront à quoi ressemblait le quotidien du médecin d'Auschwitz, mais il n'y aura pas de descriptions inutiles de ses multiples expériences, des brutalités, des assassinats, des crimes qu'il a commis ou fait commettre à ceux qui étaient sous ses ordres.
Aussi peu nombreuses que soient ces descriptions, une chose est sûre : elles vous marqueront. Mengele n'a aucun scrupule, et il n'éprouvera jamais le moindre remords. Après tout, les prisonniers qui arrivaient à Auschwitz n'était que la lie de l'humanité. Et encore, c'est les considérer comme des êtres humains, ce que Mengele ne fait pas.

Ce livre est donc difficile à lire, pas simplement à cause de ça, mais à cause du caractère même que l'auteur dépeint. Aucune compassion, aucune empathie. Aucun remords, donc, mais au-delà, la certitude d'être dans son bon droit et d'avoir fait avancer le monde dans la bonne direction. Si les autres ne s'en rendent pas compte, c'est la faute aux Juifs, ou parce qu'ils appartiennent à des peuples faibles. Ce qui le conforte encore dans ses opinions. 
Evidemment, ce qui concerne les pensées de Mengele est romancé, mais c'est en tout cas très crédible. Et ça fait froid dans le dos de se dire que des gens comme ça puisse exister. 
Ce côté "j'ai des frissons tant je suis mal à l'aise" est encore renforcé par le style de l'auteur. À aucun moment on ne ressent d'empathie pour le personnage (encore heureux !) mais son style très factuel dans ce roman le rend même encore plus froid. 
Mengele va donc traverser plusieurs pays d'Amérique du Sud, comme bon nombre de ses ex-compères. Et qu'importe où il atterrira, il trouvera toujours quelqu'un pour lui tendre la main, notamment grâce à sa famille restée en Allemagne et prête à graisser des pattes généreusement. Ce qui ne nous rassure pas sur l'espèce humaine, soyons clairs.

Il va ainsi vivre 30 ans en échappant à la justice, malgré le Mossad, malgré les condamnations de différents gouvernements (faut dire que certains se réveillent bien bien tard). Et au final, c'est peut-être ce qui est le plus dur dans ce livre : il n'aura jamais eu à répondre de ses actes.
Notre seule petite consolation, bien maigre au regard de ce qui a été commis, sera de se dire que l'homme était tellement timbré qu'il sombre régulièrement dans la paranoïa et se sent persécuté. Il n'aura donc malgré tout pas eu une vie paisible et tranquille, mais sera au contraire bouffé par l'anxiété (et avec une santé en papier mâché, ce qui me fait me dire qu'il y a quand même du karma dans ce monde).
Bref, c'est un livre difficile, parce qu'on n'a pas envie de passer du temps avec un type comme ça, mais je trouve qu'il a aussi quelque chose de nécessaire et d'instructif. Je pense que je ne le relirai jamais, parce qu'il m'a mise en colère, mais il m'a aussi appris des choses, tant sur le plan historique que politique de l'époque

Ma lecture en un GIF : 


- Les recherches historiques
- Le style très factuel qui convient à ce qui est décrit
- Enrichissant sur les plans historiques et politiques

- Pas évident à lire
- La réalité des faits, difficile à encaisser (mais en même temps, l'auteur n'allait pas nous réinventer l'histoire


Acheter via Les Libraires

1 commentaire:

  1. Très belle chronique, précise et pertinente !
    Je te rejoins sur pas mal de points. J'ai abordé ce livre uniquement pour son aspect documentaire. Il faudrait que j'essaye un autre livre de cet auteur pour découvrir un peu mieux son écriture, dans le cas présent j'étais plus dans l'histoire que dans le style (et comme tu le dis très bien, c'est extrêmement factuel comme style). De ton côté as-tu déjà lu autre chose d'Olivier Guez ? :)

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)